Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Homme de l'année - 1440

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Dans la région de Nantes en 1440, un chevalier est envoyé par Rome pour mettre fin à une série de meurtres d'enfants. Un récit très bien construit autour du personnage de Gilles de Rais et d'un chevalier courageux.


1300 - 1453 : Moyen Âge et Guerre de Cent ans Bretagne L'Homme de l'Année

Dans plusieurs régions de l'Ouest du pays, des disparitions d'enfants empoisonnent la vie des familles, faisant régner la peur et un sentiment d'impuissance. Une mystérieuse dame au visage voilé semble attirer les jeunes garçons et filles aux lisières des forêts. On l'appelle la Meffraye. L’évêque de Nantes fait appel au pape pour obtenir de l'aide, et voit bientôt arriver le chevalier Gwen de L'Hôpital, un homme à la réputation contestée, mais dont on imagine que les méthodes vont peut-être mettre fin aux disparitions. Le chevalier se fait très vite remarquer en prévenant le baron de Laval, le seigneur Gilles de Rais, d'un guet-apens qui l'attend dans une rue de la ville après une messe qu'il a fait donner dans la cathédrale de Nantes. Un premier contact qui lui permet d'entrer au service du puissant homme, admirateur de Jeanne d'Arc, qui vit dans le château de Tiffauges aux côtés d'une femme très belle, mystérieuse et très provocante. Gwen va petit à petit découvrir la personnalité du baron, mais aussi certains secrets cachés dans les murs du château. Le baron de Rais serait-il le responsable de tous les meurtres qui terrorisent la région ?

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Mars 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Homme de l'année - 1440
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

31/08/2019 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Dans ce nouvel opus de L'Homme de l'année, Pécau s'intéresse à un moment précis de l'Histoire, ou devrais-je dire de la petite histoire, car ce n'est pas ce qu'on apprend en classe ; personnellement, l'histoire de Gilles de Rais, je l'ai découverte d'abord par un vieux bouquin que j'avais trouvé en Vendée chez mon oncle, puis en visitant le château de Tiffauges à une époque où il n'était pas envahi par des hordes de touristes comme il l'est aujourd'hui, je me souviens que les visiteurs étaient rares, le gardien nous donnait la clé et on se débrouillait en suivant le fléchage, il y avait encore des lierres sur les pierres du donjon, et il règnait dans ces ruines grandioses comme un air maudit, sans doute hanté par l'esprit maléfique de Gilles... bref je m'inventais tout un imaginaire, à 10 ou 12 ans, c'est normal. Mais je crois que j'ai déjà raconté tout ça dans mon avis sur Jhen (Xan). Ce récit tourne donc autour de Gilles de Rais, seigneur de Laval, ancien compagnon de Jeanne d'Arc, qui une fois revenu dans ses terres, s'adonnait à une vie de plaisirs mais aussi à la sorcellerie, ou plutôt l'alchimie, il y a d'ailleurs une salle réservée à cette pratique à Tiffauges. Possédant une fortune considérable qu'il tirait de sa riche dot et de ses autres châteaux (Machecoul, Pouzauges, Pornic...), Gilles sera connu pour ses crimes atroces sur de jeunes garçons qu'il employait d'abord comme pages puis qui servaient à ses jeux démoniaques. Le scénario décrit l'enquête sur Gilles qui permit son arrestation et sa condamnation, et à travers le personnage fictif du chevalier Gwen de L'Hôpital qui est une sorte d'enquêteur médiéval, Pécau parvient à bien structurer tout un tas de thématiques comme les enjeux du pouvoir entre seigneurs, la politique intrigante, la puissance de l'Eglise, la justice et le caractère mystérieux de Gilles de Rais, tout ceci est bien dosé, soigneusement exposé sans embrouiller le lecteur, et fait un peu oublier la vision romanesque qu'en ont donné Jacques Martin et Gilles Chaillet dans Jhen (Xan), série que pourtant j'adorais. Mais ici, le récit est plus proche de la réalité, l'aspect démoniaque ressort moins, le personnage de Gilles est plutôt vu comme un grand seigneur qui pour exorciser ses crimes d'enfants, se livre à des donations pieuses et des messes dans la cathédrales de Nantes. En tout cas, c'est bien plus réussi que dans Les Démons d'Armoises qui avait abordé le sujet de façon maladroite et confuse en bousillant un sujet en or. La croyance populaire a comparé ou assimilé Gilles de Rais à Barbe-Bleue, ça m'a toujours fait rigoler, surtout quand on sait qu'il y a une différence énorme, on s'en aperçoit à la lecture de cet album. A ce côté captivant et prenant, s'ajoute un joli dessin, précis et soigné, qui met en valeur de beaux décors médiévaux, je prend toujours plaisir à voir des édifices récrées comme le château de Tiffauges ; il y a aussi de belles ambiances et une mise en page adéquate, j'avais déjà apprécié ce dessin sur Rédemption (Soleil). C'est donc pour moi un mariage idéal scénario+dessin qui sert encore une nouvelle réussite dans cette collection, et Pécau marque encore 1 point supplémentaire après L'Homme de L'Année - 09 que j'avais trouvé également très intéressant, en faisant oublier ma relative déception sur l'album 1356 (Révolutions - Quand l'Histoire de France a basculé).

04/10/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

A la lecture de ce récit, on se rend compte de l'interprétation de l'histoire par rapport à la légende de Barbe Bleue alias Gilles de Rais, un noble connu pour ses exactions envers les enfants. Entre le conte de Perrault et cette réalité, il y a tout un fossé. Cela a été d'ailleurs assez intriguant de découvrir le pourquoi. Il est question d'enjeux de pouvoirs entre seigneurs puissants et Eglise inquisitoriale. Quand on veut se débarrasser de son chien, on dit qu'il a la rage. Nous avons droit à un dessin assez précis qui met en valeur les décors moyennageux. Quant au scénario, il devient assez précis au fur et à mesure que l'enquête avance dans cette époque assez obscure. Je n'ai cependant pas aimé certaines lourdeurs notamment dans les dialogues. Pour autant, l'ensemble est assez bien structuré. Au final, une fable qui laissera un arrière goût.

31/08/2019 (modifier)