Tête de gondole (Tronchet/Nicoby)

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Gérard Mandon est un homme heureux. Directeur d'un grand magasin dans la région bretonne, il fait son jogging tous les matins dans ses rayons pour vérifier que tout est bien en ordre. Il encourage ses employés à fermer les yeux sur les petits délits et gère ses têtes de gondole d'une main de maître. Un véritable manager à l'ancienne. Un peu trop à l'ancienne, selon son chef de la sécurité, Mathias, qui est convaincu que cela ne plairait pas au siège social. Tellement convaincu qu'il va tout faire pour faire virer son directeur.


Supermarchés

Gérard Mandon est un homme heureux. Directeur d'un grand magasin dans la région bretonne, il fait son jogging tous les matins dans ses rayons pour vérifier que tout est bien en ordre. Il encourage ses employés à fermer les yeux sur les petits délits et gère ses têtes de gondole d'une main de maître. Un véritable manager à l'ancienne. Un peu trop à l'ancienne, selon son chef de la sécurité, Mathias, qui est convaincu que cela ne plairait pas au siège social. Tellement convaincu qu'il va tout faire pour faire virer son directeur. Gérard, lui, ne se doute de rien et cherche surtout à renouer une relation père-fille. Léa, un peu distante, refuse absolument son aide et ne veut pas monter travailler au siège social parisien de l'entreprise, préférant enchaîner les petits boulots. Ils trouveront un deal lorsqu'elle lui promet de partir une semaine là-bas si lui aussi sort de sa zone de confort. Il se retrouve alors à travailler chez un ferrailleur pas vraiment véreux mais vraiment mauvais en compta, pendant que Léa se retrouve par hasard au centre de la comptabilité illégale du siège social de l'hypermarché qui planque des bénéfices dans divers paradis fiscaux... Une semaine qui changera radicalement la vie du père et de sa fille.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 08 Mars 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Tête de gondole (Tronchet/Nicoby)
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

27/03/2019 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Grosse déception pour moi que cet album, pourtant réalisé par deux auteurs que j’apprécie d’ordinaire. Mais ici, j’ai l’impression de n’avoir lu que des lieux communs avec un script qui a réussi à me rappeler ‘Le Grand Bazar’, la comédie de Claude Zidi (qui date de près de 50 ans, quand même). Non qu’il s’agisse d’un copié/collé mais on retrouve cette même thématique du petit broyé par les grands et un ton qui est à la dénonciation des travers de notre société via un humour naïf et bon enfant. Du coup, ce récit est plein de bons sentiments : c’est le gentil sans-papier qui magouille un peu pour s’en sortir, c’est le gentil gérant d’une grande surface qui fait tout pour que sa fille soit bien, c’est la gentille fille qui se tape un boulot qui lui plait pas du tout mais qui fait contre mauvaise fortune bon cœur, ce sont des méchants bureaucrates qui se moquent, exploitent et humilient les gentils travailleurs, c’est le méchant chef de la sécurité qui symbolise l’état policier. C’est caricatural au possible. Chaque personnage est enfermé dans son rôle. Même le fils glandeur du PDG m’a semblé être un personnage déjà mille fois vu. Du coup, la surprise n’est jamais au rendez-vous, le récit suit son petit bonhomme de chemin avec un final en forme de grosse farce et un happy end plein de bons sentiments (mais aussi une petite touche ironique pour souligner que les puissants retombent toujours sur leurs pattes). En fait, mon problème, c’est que j’ai trouvé cette histoire trop prévisible et trop gentille.

13/08/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai rarement vu un milieu de travail décrit de manière aussi peu crédible : si c'est un super-marché, pourquoi le concierge il ne retrouve pas sa conciergerie en désordre le matin parce que les employés font n'importe quoi après qu'il ait terminé son quart de travail ? Pourquoi il n'y a pas de scène où les réfrigérateurs fuient la journée après que les plombiers sont venus les réparer pour qu'ils ne coulent plus ? Pourquoi il n'y a pas plein de mouches qui se promènent partout dans l’entrepôt parce que personne ne sait quoi faire pour les tuer ? (oui je travaille dans un super-marché, pourquoi ?). Plus sérieusement, c'est le genre d'album que je considère comme gentillet. C'est à dire qu'il y a de bonnes scènes et de bons personnages, mais que ça manque un peu de crédibilité et c'est un peu trop rempli de bons sentiments. Les péripéties sont un peu téléphonées (notamment comment les héros vont finir par vaincre la puissante compagnie de super-marché) et je ne suis pas certain d'avoir bien compris les actions du directeur du magasin qui est assez étrange par moment. Cela reste une BD avec quelques bons moments divertissements et qui possède un bon dessin. En gros, le genre d'album pas prise de tête que j'aime bien lire une fois et que rien ne me pousse à la relire un jour.

03/08/2019 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Ce one-shot ressemble au scénario d'un téléfilm français, une histoire sympatoche avec quelques touches d'humour mais qui manque d'envergure et ne convainc pas vraiment. Le concept initial m'a bien plu. Il s'agit de mettre en scène un directeur d'hypermarché à la fois perfectionniste et ultra-dynamique (il fait par exemple son jogging à l'aube tous les matins dans les rayons pour repérer ce qu'il faut y corriger) mais aussi rétrograde et dépassé dans sa vision du monde et des affaires. Sa relation paternaliste et un peu ambiguë avec ses salariés le rend un peu mystérieux, notamment quand on le voit sans réelle raison laisser partir un petit arnaqueur qui joue sur les mots pour voler des bouteilles de lait , ou quand on le voit être un peu démuni face au fort caractère de sa propre fille. Mais l'intrigue qui se met ensuite en branle est moins convaincante. Elle est emplie de petites facilités et de passages téléphonés. Ça ressemble à ces vaudevilles où l'on sent que le scénariste pousse lourdement les événements et les choix des protagonistes pour que les choses se déroulent comme ça l'arrange. Et la fin ne m'a pas trop enthousiasmé même si elle tient relativement la route. Malgré ces reproches, on reste néanmoins sur un divertissement plutôt plaisant, avec quelques moments d'humour bien trouvés. Cela permet un moment de lecture agréable qui fait passer le temps même s'il ne marquera pas vraiment les esprits.

27/03/2019 (modifier)