Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Cons de Fée (Fées en Folie) (Gang Bang)

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Parodies déjantées et très érotiques des personnages de la culture populaire.


Contes de fées revisités Echo des Savanes Fantagraphics Books Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre Les petits éditeurs pendant la pandémie

Malice au pays des merveilles violée, ou Flash Gordon sodomisé, voici l'envers du décor des héros populaires ! Dessinateur de la galaxie des EC Comics, Wallace Wood est surtout connu pour ses récits de guerre. Mais il eut aussi une carrière d’érotomane, dont Cons de fée est la somme. Parodiant des grands personnages de la pop culture, dans la tradition du magazine Mad auquel il collabora, Wood fait ainsi la nique à Blanche-Neige, Alice au pays des merveilles, Prince Vaillant et autre Flash Gordon. Son trait, virtuose, passe ainsi du soft à l’érotique en passant par le définitivement pornographique.

Scénariste
Dessinateur
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1977
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Cons de Fée (Fées en Folie)
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

09/03/2019 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Wallace (ou Wally) Wood est un auteur que j’aime bien. Il a accompagné Kurtzman en mettant en images certains de ses délires de MAD. En solo, il a publié par mal de trucs, dans des genres variés. Le seul que j’ai lu est Sally Forth. « Cons de fées » serait plutôt dans la lignée de Sally Forth (Snorky fait même quelques apparitions), puisqu’on y retrouve imprimés certains fantasmes récurrents de Wood. En effet, la plupart des femmes sont peu vêtues (en tout cas ne le restent pas longtemps !), et elles exhibent des poitrines franchement opulentes ! La douzaine d’histoires rassemblées dans cet album sont des sortes de parodies déjantées de certains contes (Hansel et Gretel, Blanche neige), mais surtout de la culture populaire (cinéma, BD) américaines (Flash Gordon, Prince Valiant, etc), et sont plutôt inégales. Elles sont aussi plus ou moins érotiques. Les plus osées (voire pornographiques – d’où mon classement en « adultes ») sont les premières, autour de « Malice au pays des merveilles » qui, comme vous l’avez compris, parodient l’univers de Lewis Carroll. Malice (qui ressemble pas mal à Sally Forth) y est très délurée (et nue), et tout y est érotisé, chaque personnage, voire objets du décor – ne pense qu’au sexe. Et la chute de chaque histoire est la même, Malice finissant quasi violée par le lièvre de Mars et le Chapelier. Les femmes sont d’ailleurs souvent victimes des représentants de l’autre sexe (généralement ferme et brandi !). La seule exception notable, ici, serait Gale, qui sodomise Flasher Gordon avec un gode… La plus longue histoire, dans laquelle apparaît Nubile Nudine (reprise en couverture) est sans doute la moins pornographique – et, même si ce n’est pas forcément lié, celle qui m’a le moins intéressé. C’est aussi celle où il y a je trouve le moins d’humour. A noter qu’une histoire assez délirante se passe en France, avec (qu’ils soient nommés par leur nom ou par une déformation « transparente » de celui-ci) pas mal d’auteurs du Pilote de 1976-77 (date de rédaction de cette histoire), Uderzo en tête. Je possède la première édition française publiée dans un grand format sous le titre « Cons de Fée » par les éditions du Fromage en 1977. Ces dernières rééditeront l’album l’année suivante sous le titre « Fées en Folie » (c'est donc sous ce titre que j'ai référencé la série), sans que je sache si autre chose a changé (une mention « BD pour adulte » apparaît alors sur la couverture – qui à part ça est la même). C’est en tout cas un album amusant – à ne pas mettre entre toutes les mains c’est sûr – qui intéressera les lecteurs curieux d’un certain underground américain, ici dans sa version érotisée et parodique. De la came pour Agecanonix ! Note réelle 3,5/5. ****************** Je reviens mettre à jour mon avis après la parution de la belle anthologie publiée aux éditions Revival (voir fiche album). Édition qui fait suite à celle parue aux États-Unis chez Fantagraphics, et à l'exposition consacrée à Wood (et que je n'ai hélas pas pu voir) au dernier Festival d'Angoulême. En effet, agrémenté d'une longue préface de Bernard Joubert, bien mise en valeur par le travail éditorial, l’œuvre érotique de Wood est à nouveau plus facilement accessible. A noter que l'album Revival, ne reprend qu'une partie des histoires publiées par les éditions du Fromage, mais complète avec beaucoup d'autres (souvent inédites en France), ainsi que des histoires de Sally Forth. Bref, inutile de dire que les amateurs de cet auteur (un des auteurs US les plus intéressants des années 1950-1970 selon moi), ainsi que les lecteurs curieux (mais avertis et majeurs !), ne peuvent que remercier Revival de leur offrir la possibilité de se replonger dans cet univers loufoque, drôle et fortement érotique voire pornographique: il s'en dégage une fraicheur et une transgression joyeuse que l'on rencontre de plus en plus rarement dans la production contemporaine.

09/03/2019 (MAJ le 07/11/2020) (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

"De la came pour Agecanonix" ? Je vois que l'ami Noirdésir a l'air de bien me connaître, c'est assez flatteur... L'expo "les Mondes de Wallace Wood" cette année au Musée d'Angoulême que j'ai visitée lors du Festival, m'a remis en mémoire le génie graphique de cet auteur américain connu surtout pour Sally Forth, mais on oublie souvent qu'il a oeuvré dans l'érotique joyeux et insouciant, voire parfois dans le pornographique, mais toujours sous le couvert de l'humour et de la parodie. C'est ce qu'il démontre dans cet album. J'ai trouvé récemment pour un prix abordable la première édition de 1977 de ces "Cons de Fée" aux Editions du Fromage, dont ces petits récits avaient été publiés dans l'Echo des Savanes, je n'en avais qu'un faible souvenir vu que ça figurait dans des numéros que je ne possède pas ; cette expo très riche et très complète sur Wood à Angoulême, m'a donné envie de chercher cet album. Il s'agit de parodies très amusantes de personnages de BD et de la pop culture que Wood passe à la moulinette érotique, en poussant parfois dans le créneau plus hard, il tord littéralement le cou à Blanche-Neige, au Magicien d'Oz, à Flash Gordon et quelques autres en sexualisant les femmes de façon débridée, ça reste joyeux et surtout très drôle, le ton est très proche de Sally Forth mais aussi des histoires de Mad, magazine auquel il a collaboré dans un style plus soft mais aussi plus déjanté, et je me souviens que dans l'expo, un texte disait que pour Wood, c'était une sorte de défouloir. Ces historiettes sont d'un niveau à peu près égal, une de mes préférées est "la Belle au poids gonflant", et c'est d'autant plus sympa que le dessin de Wood m'a toujours séduit, il adopte parfois un trait fin et léger, et sur d'autres, il appuie le trait avec un aspect plus encré, les cases sont souvent bien remplies de petits détails savoureux à scruter, c'est un vrai régal. Ces petits récits m'ont beaucoup rappelé également les "Contes Féerotiques", publication chez Elvifrance dont je me régalais pendant mon service militaire ; cet éditeur spécialisé dans les petits formats érotiques dans les années 70, a publié une quarantaine de numéros de ce pocket de 1975 à 1978, avec un collectif de dessinateurs italiens dont faisait partie Stellio Fenzi ; je ne sais pas s'ils se sont inspirés de Wallace Wood et qui a copié sur l'un ou sur l'autre, mais les similitudes entre ces Contes Féerotiques et ces Cons de Fée sont selon moi évidentes puisque ces pockets parodiaient de la même façon nos contes enfantins avec une dose de sexe très poussée. On peut les voir sur BDgest qui a répertorié cette série.

23/10/2020 (modifier)