Sales mioches !

Note: 2.89/5
(2.89/5 pour 9 avis)

Les aventures rafraîchissantes d'une bandes de jeunes gones à Lyon, dans les années 1960.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Corbeyran Lyon

Lyon, années 1950. Nino, Mig et leurs copains sont une bande de petits voyous qui vivent de rapines et trafics divers. les amours de Mig, les aspirations philosophiques de Nino, une rencontre au cours d'une virée... Tout est prétexte à l'aventure. La maison poulaga poursuit toujours la bande à Mig... sans succès.

Scénariste
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1997
Statut histoire Une histoire par tome 8 tomes parus
Couverture de la série Sales mioches !
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

31/12/2002 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà une série sans prétention, mais pas sans qualités. En tout cas, les aventures de ces quatre gamins des rues (plus ou moins jeunes, le « chef de bande », Mig, est un grand ado) se laissent lire agréablement. On arpente avec eux les quartiers populaires du Lyon des années 1960, on les suit dans leurs combines (et leur relation avec « l’élégant », vieux receleur et presque père d’adoption de ces garnements), leurs petits larcins, leurs rêves, gamins bien vivants et plein d’envies. Et donc ces « sales mioches », ces « gones » (pour reprendre la terminologie lyonnaise) se trouvent à chaque fois embarqués (chaque tome raconte une histoire indépendante) dans de plus ou moins sales affaires. Leur courage, leur jugeote, leur débrouillardise – motivés, entre autres, par leur appât du gain – leur permettent de s’en sortir, bien sûr sans l’aide de la police – honneur oblige ! On pourrait juste reprocher à Corbeyran une conclusion souvent trop brutale, des happy-end souvent trop forcés, mais ça se laisse lire. Quant au dessin de Berlion (je n’ai pas lu les albums suivants), je l’ai trouvé bon et fluide.

05/03/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Voici une série très sympathique que j'ai trouvée dans la partie jeunesse de ma médiathèque, mais qui peut plaire à un adulte, la preuve. Je l'ai trouvée très rafraîchissante et très agréable à lire, bien élaborée dans son environnement, par ses personnages typés et son décor lyonnais des années 60 avant la disparition des terrains vagues. Né à Lyon, Berlion a eu plus de facilités pour reproduire le décor des quartiers de sa ville natale, et dans l'approche des mentalités et de son folklore populaire. Ses 4 gones constituant la petite bande de chapardeurs et de galopins sont très attachants et forment une intéressante association avec le vieux brocanteur surnommé L'Elégant, philosophe et généreux, qui est aussi un peu receleur et qui achète le produit de leurs rapines. Pour une fois, Corbeyran ne dérape pas et tisse des histoires bien troussées, palpitantes et originales, toujours liées à quelques sombres affaires lyonnaises, où ses gosses des rues sont confrontés à des individus bien plus dangereux qu'eux. La narration est le plus souvent rapide et bien rythmée, j'aime ce style et j'aime ce côté nostalgique plein de tendresse donné à la série, sur un mode de vie et de fonctionnement révolus. On peut voir "Sales mioches" comme la version urbaine de la précédente série du duo d'auteurs, Le Cadet des Soupetard qui elle, se déroulait en milieu rural, mais je trouve "Sales mioches" plus réussie par son approche plus humaine, et mieux pensée, Corbeyran ayant su trouver des détails plus typés et une ambiance pleins de générosité, notamment les traboules (un truc typique de la ville) et le parler populaire lyonnais. Berlion dessine de belle façon sa ville de Lyon, avec justement ses traboules, et ses personnages ; je préfère nettement ce type de graphisme à celui qu'il adoptera plus tard sur Tony Corso et d'autres Bd que j'ai lues de lui comme Garrigue, où son dessin est plus approximatif, moins appliqué, c'est une chose qui m'étonnera toujours chez certains dessinateurs, un peu comme une régression, alors qu'en principe, lorsqu'un dessinateur débute, son dessin est plus fébrile et il s'améliore en suivant pour atteindre parfois des sommets, il suffit de voir Marini, Delaby ou même des anciens comme Franquin et Uderzo... Je n'ai lu que les 5 albums dessinés par Berlion, je ne pense pas lire les autres, mais c'est une bonne série divertissante à fond social.

25/09/2017 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Une série que je qualifierais de divertissante sans plus. 'Sales mioches !' est un peu la version adolescente de Le Cadet des Soupetard (un de personnages me fait d'ailleurs penser au cadet des Soupetard). J'aime bien le dessin qui est le genre de dessin réaliste qui me plait. Sinon, les histoires sont sympathiques, mais je suis d'accord avec Pasukare au sujet des chutes. D'ailleurs, j'aurais préféré que la série ne soit pas du genre 'une histoire par tome'. Je pense que cela aurait été mieux si c'était une histoire étalée sur plusieurs tomes. Cela aurait permis de développer d'avantage une intrigue et aussi la personnalité des personnages. Les jeunes sont sympathiques, mais ils sont aussi un peu trop génériques à mon goût.

07/05/2012 (modifier)
Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

Ayant découvert et apprécié le dessin de Berlion dans Histoires d'en ville, j'ai emprunté sans hésiter cette série, dont il dessine les 5 premiers albums (il ne s'occupe que de la colorisation pour les suivants). Avec Corbeyran au scénario, on tient, a priori, une série de qualité. Et c'est le cas : jolis dessins, belles couleurs, histoires sympathiques et distrayantes, dialogues acérés, personnages récurrents et attachants. Un vieux sage, 4 gosses des rues débrouillards, des méchants politiquement corrects : on trouve dans ces histoires courtes le même genre d'ambiance que (en exagérant un peu quand même) Le club des 5, en un peu moins bon enfant tout de même mais en restant largement tous publics. J'aurais juste à faire deux reproches principaux. Avec une histoire par tome, ça donne des chutes rapides et parfois faciles avec tout qui se dénoue en deux coups de cuillère à pot. En plus j'ai eu l'impression au bout de 7 tomes que tous les albums étaient calibrés de la même manière, au millimètre près. Mon deuxième bémol va au dessin à partir du tome 6 : Berlion passe la main à Skiav et même si ça reste dans l'esprit et que c'est toujours Berlion qui s'occupe des couleurs, le style est plus grossier, avec parfois des proportions douteuses.

11/05/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est une série bien sympathique qui respire la France profonde et nostalgique. Le scénario est généralement ultra convenu mais on s'attache assez facilement à ces gamins pauvres qui tentent de survivre dans le Lyon des années 60. Comme à chaque fois avec Corbeyran, nous avons droit à un lexique des termes argotiques qu'il utilise toutes les deux trois planches comme pour étaler son savoir. Or, c'est cela qui m'agace le plus avec cet auteur car il reproduit ce procédé dans de nombreuses autres séries de son cru. Le dessin demeure très enfantin. Cette série manque singulièrement de maturité. Cependant, on doit bien avouer que c'est très divertissant avec finalement une bonne fluidité des scènes. Le côté sympathique prend très légèrement le dessus. A emprunter seulement !

03/12/2007 (MAJ le 03/12/2007) (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

La France qui sent bon l'herbe fraîche, l'odeur des pins et de la lavande. Une France nostalgique.. Ici, au début des années 60, les gamins peuvent encore jouer dans les rues. Ces "Sales mioches" sont quatre garçons de Lyon. Un peu paumés. Des garçons qui se débrouillent comme ils peuvent pour survivre. Les auteurs ne sont pas des nouveaux Zola. Pas question de faire dans le larmoyant. La débrouille ce n'est pas la déprime. Avec un peu d'imagination, de rapines et d'audace, les garnements parviennent à s'en sortir assez aisément. Ces "sales mioches" ?... de bonnes petites intrigues qui ne révolutionneront pas le monde de la BD mais qui se laissent lire très facilement, agréablement même. Un bon postulat, des scénarios rythmés, un bon graphisme, un bon duo d'auteurs qui ont le chic pour échafauder des saynètes gouleyantes... comme un bon milk-shake aux fraises... Un bon moment de lecture, quoi... Cote perso : 3,5/5

10/11/2007 (modifier)
Par A.bomba
Note: 2/5

Mouais ! Il y a du bon et du mauvais... En premier, le scénario est des plus classique, enquête par des gavroches sur des disparitions de mouflets, le tout bardé d’un monsieur sans âge avec une philosophie qui se résume à je cite : "mieux vaut avoir compris qu’avoir appris ! ". Cela dit, l’argot utilisé et les expressions sont bien "titi" de l’époque. Bon, on se pose quelques questions, mais rapidement on s’aperçoit du manque de suspense haletant. Il n’y a pas d’intrigue échevelée, pas de rebondissements frissonnants. C’est finalement simple et assez synthétique. C'est une bd destinée à la jeunesse, mais cela ne veut pas dire qu'il faille absolument la faire lire à la dite jeunesse! (si on doit comparer à d'autres éditions jeunesse telle Pitchi Poï). Les personnages sont plutôt sympathiques mais sans un réel caractère. Côté dessin, je dirais pas mal, rien d’exceptionnel, car sans personnalité palpable. Du travail propre, ni bâclé ni léger, les décors ne sont pas très bien détaillés, pas de mouvement non plus. Il ne nous reste plus grand chose me direz-vous. Et vous avez raison saperlotte ! Et le bon dans tout ça ? Ben je le cherche encore... je dirais c’est mignon ou gentil. Je ne saurais vous dire s’il y a une suite ou un avant, la fin nous annonce un prochain épisode, encore un mystère insondable que je n’essaierai pas de résoudre. C’est au détour d’une braderie que j’ai trouvé cette modeste bd, il faisait soleil, j’en avais marre de marcher, et voilà le mal se fait à l’insu de notre plein gré. ;) (euh, je m’égare là ! ) Pour l’achat n’insistez pas, je ne vous la vendrai pas mais je veux bien la donner!

13/08/2004 (modifier)
Par Cedricval
Note: 3/5

Histoire de se divertir et de prendre du bon temps, cette série devrait vous satisfaire en ce sens. C'est pas très original mais bon, on lit avec plaisirs et on découvre des personnages très attachants.

01/01/2003 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Les auteurs s’attachent à décrire la vie des mômes dans les années 60 à Lyon. Ils ont parfaitement su rendre l’atmosphère et le vocabulaire de cette époque. Les gones sont plus ou moins honnêtes certes, mais ils sont si attachants qu’on se prend à avoir peur pour eux qu’ils ne se fassent poisser par la maison poulaga. Avec brio, Corbeyran et Berlion proposent une série où se mêlent suspense, humour et comédie, sur fond de critique sociale, suffisamment diluée pour ne pas lasser. Une série bien sympa, sans prétention autre que de divertir. A noter que le tome 6 est dessiné par Schiavinato (Skiav), au style très proche de celui de Berlion, celui-ci réalisant les story-boards et les couleurs.

31/12/2002 (modifier)