Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Mésaventures du Roi Midas

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

L’argent ne fait pas le bonheur. L'or non plus...


La BD au féminin Mythologie

Royaume de Phrygie. Perdu dans la forêt, un satyre est mis aux fers à cause de son apparence hideuse. Il est cependant très vite libéré par le roi Midas qui reconnait en lui Silène, le père adoptif de Dionysos. En remerciement pour son geste, le dieu de la vigne et des excès octroie alors au sauveur de son compagnon le vœu de son choix. Naïf et avide de richesses, Midas choisit d’obtenir le toucher d’or, sans imaginer les effets pervers d’un tel pouvoir... En effet, comment boire ou se nourrir si tout ce que l’on touche se transforme instantanément en or ? Personnage emblématique de la mythologie grecque, Midas illustre par ses mésaventures les conséquences néfastes de l’hybris et forme une critique contre l’accumulation de richesse, contradictoire avec la notion de bonheur dans la philosophie grecque. Texte:L'éditeur

Scénariste
Dessinateurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Novembre 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Mésaventures du Roi Midas
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

18/02/2019 | Gaston
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

On ne va pas pleurer sur les mésaventures du roi Midas. Certains lecteurs diront qu'il n'a que ce qu'il mérite. A force de vouloir toujours plus de richesse, on en perd les valeurs essentielles. Il voulait avoir le toucher d'or dans un excès d'orgueil. Il l'aura avec tous les inconvénients que cela entraîne. Attention par exemple à ne pas prendre ses enfants dans les bras. Il est l'or de se réveiller... Si la première partie est plus ou moins connue, la seconde avec ce concours musical entre Apollon et Pan l'est beaucoup moins ce qui m'a permis de combler une lacune. Moralité : il ne faut jamais froisser un Dieu en émettant un avis. C'est parfois la même chose avec des auteurs de bd. Il est vrai que ce titre faisait partie des derniers que je n'avais pas lus dans cette excellente collection qu'est la sagesse des mythes initiée par Luc Ferry. J'ai l'impression que les bons titres ont tous été exploités et qu'il ne reste que des mythes avec des personnages secondaires et cela se ressent. Cependant, dans l'ensemble, ce titre est assez moyen. J'avais découvert beaucoup mieux. Reste le dessin qui reste au top et cette ambiance de conte mythologique assez séduisante.

01/11/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Tiens, Luc Ferry lance une collection de BD sur la mythologie grecque. N'étant pas français, je connais vaguement ce philosophe à cause de quelques controverses et je n'ai qu'une vague idée de son idéologie. Je n'ai donc pas eu de réaction de joie ou de rejet en voyant son nom sur la couverture vu qu'il me laisse indifférent et que j'étais surtout curieux de voir ce que donnait cette collection. Je ne sais pas trop si Luc Ferry a participé à la BD ou s'il a juste écrit le dossier présent à la fin de l'album. C'est indiqué 'conçu et écrit par Luc Ferry' et ensuite on voit 'scénario Clotilde Bruneau'. De ce que je comprends, j'ai l'impression que Ferry dirige cette collection et donne à des scénariste de BD les mythes qu'il veut voir adaptés en BD. En tout cas, cette BD qui adapte le mythe du Roi Midas se laisse lire, mais sans grande passion. Il n'y a pas de surprise si on connait ce récit. Enfin, si il y a une surprise vu qu'on a aussi droit à quelques pages sur une histoire qui arrive au dieu Hermès et je n'ai pas trop compris ce que ça faisait dans l'album. Quant au dessin, il est correct, mais je trouve les visages un peu ratés sur plusieurs cases et ça manque vraiment de personnalité. On notera qu'il y a deux personnes sur le dessin (un au dessin et un autre crédité pour le storyboard) ce qui donne l'impression que c'est un récit sorti vite fait d'un studio sans aucune considération artistique. J'ai aussi un petit problème avec la morale de la seconde partie du récit. Autant tout ce qui arrive à Midas après avoir souhaité de tout changer en or est de sa faute, autant je trouve qu'il ne fait rien de mal lorsqu'il trouve que Pan fait de la meilleure musique qu’Apollon. C'est quoi la morale au juste ? Il ne faut pas critiquer l'autorité ? Il faut pas avoir une opinion différente des autres ?

18/02/2019 (modifier)