Beastars

Note: 3.4/5
(3.4/5 pour 5 avis)

Entre les carnivores et les herbivores, l'ambiance chauffe...


Akita Shoten Animalier Les meilleurs mangas policiers Racisme, fascisme Shonen

À l’institut Cherryton, herbivores et carnivores vivent dans une harmonie orchestrée en détail. La consommation de viande est strictement interdite, et les dortoirs sont séparés en fonction des régimes alimentaires. Tout pourrait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes… mais la culture ne peut étouffer tous les instincts. Quand le cadavre de l’alpaga Tem est retrouvé déchiqueté sur le campus, les méfiances ancestrales refont surface ! Legoshi est la cible de toutes les suspicions. Parce qu’il était proche de Tem, parce qu’il est une des dernières personnes à avoir été vues en sa compagnie, et surtout… parce que c’est un loup. Pourtant, sensible et timide, il fait son possible pour réprimer ses instincts. Hélas, ses efforts sont vains face au vent de discrimination qui souffle sur le pensionnat… Le seul qui pourra apaiser ce climat de terreur est le Beastar, le leader de l’école. Pour l’heure, les candidats se préparent, les élections approchent... Le favori n’est autre que le cerf Louis, étoile incontestée du club de théâtre auquel appartient Legoshi. Bien décidé à remettre les carnivores à leur place, il fait mine de ne pas craindre les crocs acérés du loup gris. Mais peut-être serait-il mieux avisé de ne pas le sous-estimer ! (texte : Ki-oon)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Janvier 2019
Statut histoire Série en cours (14 tomes parus au Japon, série en cours) 7 tomes parus
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Beastars
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

18/01/2019 | Spooky
Modifier


Par Gaendoul
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaendoul

J'ai pas mal entendu parler de ce manga et c'est donc sans la moindre appréhension que je l'ai feuilleté dans un magasin. J'ai tout de suite eu envie de l'acheter (et j'ai pris directement les 5 tomes sortis, je découvre d'ailleurs à l'instant que le tome 6 est sorti...mon dieu les magasins sont fermés!!! :'( ). J'ai alors découvert un univers riche et des personnages intéressants, loins des clichés. Ce monde où herbivores et carnivores cohabitent tant bien que mal cache bien des secrets, que Legoshi va découvrir au fil de cette histoire. Lui, le grand carnivore, est un peu à part...en effet, il est assez taciturne et ne comprend pas vraiment le comportement de certains autres de ses camarades voire ne s'y intéresse pas. Certains sont motivés par le fait de devenir le Beastar, d'autres par la domination des herbivores, les petits herbivores comme les souris tentent surtout d'arriver à la fin de la journée sans encombre, etc. Tout est bien maîtrisé et la psychologie des différents personnages est cohérente et intéressante. Le dessin, quant à lui, est bon et dynamique, personnellement je l'ai bien apprécié. Il n'est certes pas très "précis" mais je pense que cela donne un style au manga et permet de faire passer les émotions des protagonistes plus facilement. Bref, j'attends avec impatience de lire la suite et je recommande vivement cette lecture!

30/09/2019 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Ce manga émarge dans plusieurs genres ou plutôt traite de plusieurs sujets : on a une histoire de tueur en série dans une école fréquentée par des animaux qui se mélangent. Un peu. La frontière et la défiance entre herbivores et carnivores sont fortes. Mais au-delà de l'atmosphère de suspicion, voire de terreur induite par l'assassinat sauvage qui a endeuillé l'Institut Cherryton, c'est aussi une plongée dans la réalité des établissements scolaires de notre époque qui nous est proposée : harcèlement, sexualité, isolement, clubs fermés... Seule l'éducation n'est pas vraiment abordée... Au bout de 3 tomes on sent que le sujet principal est la lutte des carnivores contre leur nature de prédateurs envers les herbivores, cristallisée par l'attirance difficile à définir qu'éprouve Legoshi envers Haru. Celle-ci semble d'ailleurs cacher son jeu... Et puis il y a le personnage de Louis, trouble, au passé difficile, qui a déjà une relation particulière avec la lapine... C'est plutôt agréable et intéressant à lire, surtout si l'on considère Beastars via le prisme de l'allégorie du milieu scolaire. On sent que l'autrice a pas mal de choses à raconter. La fin du tome 4 nous laisse avec un gros cliffhanger... Après le tome 6, certaines choses semblent installées entre Legoshi et Haru, même si rien, ou presque, n'a eu lieu. Louis est carrément passé à autre chose. je ne sais toujours pas quoi penser de ce manga, et je ne suis pas sûr de vouloir poursuivre sa lecture... Par contre, au niveau du dessin, je suis un peu moins positif. Cela manque à mon goût de maîtrise, de sûreté dans le trait, certaines cases relèvent plus de l'esquisse, du crayonné, que d'un encrage à proprement parler. C'est une tendance pour certains mangas, mais cela me gêne.

18/01/2019 (MAJ le 03/09/2019) (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Étonnante cette série ! C'est son originalité qui m'a attiré vers elle et qui a su m'accrocher au fil de ses tomes, mais j'ai dû pour cela passer outre certains défauts qui auraient pu me faire lâcher l'affaire à certains moments moins passionnants que d'autres. Le contexte rappellera celui du dessin animé Zootopia, un monde où des animaux anthropomorphes cohabitent dans un grand mélange de races et avec surtout une véritable tension entre races d'herbivores et races de carnivores. Chacun a des caractéristiques propres à sa race, qu'il s'agisse de sa taille ou ses instincts. Mais ils vivent comme des humains dans une société très japonaises, avec ses lycées avec étudiants en uniformes, ses festivals folkloriques, ses yakuzas et ses quartiers mal famés. Et dans ce cadre, le héros est un grand loup gris, costaud et taciturne, qui se retrouve du jour au lendemain fasciné par une petite lapine naine. La Bête et la Belle. Mais dans une version nettement plus complexe où les uns et les autres doivent lutter contre leurs instincts et évoluer dans une société compliquée où chacun suit sa voie tortueuse. Cela permet entre autres à l'auteur d'aborder de différentes manières le thème du racisme mais aussi un peu du sexisme et de la lutte des classes. J'ai apprécié de ne pas savoir où le récit allait me mener. Il est très adulte avec certains passages plutôt crus voire même un peu dérangeants. Je suis d'ailleurs surpris qu'au Japon il soit considéré comme un Shonen mais l'édition française a corrigé le tir en le classant dans une collection Seinen. Les personnages ont une vraie profondeur, ce qui rend d'autant plus intéressante la lecture. Mais en même temps, leurs relations sont parfois si élaborées qu'on en vient à avoir du mal à toujours les comprendre. C'est ce qui m'a un peu dérangé par moments car je trouvais que certains chapitres sont un peu trop verbeux, avec les protagonistes qui se prennent un peu trop la tête. De même, il faut se faire au dessin. Son trait un peu hésitant a un petit goût d'inachevé. Mais on finit par ne plus s'en soucier et il devient très efficace sur la longueur. Globalement, malgré quelques lenteurs dans le rythme, j'ai bien accroché à cette lecture et beaucoup apprécié son originalité et la complexité de son monde et de ses protagonistes.

25/06/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

Après des années à trouver que les nouvelles séries shonen étaient au mieux moyennes, je suis bien content de voir émerger des séries comme celle-ci et The Promised Neverland qui ont un scénario qui est autre chose que du sous-Dragon Ball. Ici, on fait la part belle à la psychologie des personnages et c'est bien traité. L'auteure aborde plusieurs sujets dont le racisme, la sexualité, les problèmes d'adolescents, etc....et les maîtrisent bien. Elle exploite bien son univers animalier où les carnivores doivent surveiller leurs instincts et ne pas dévorer les herbivores. Les personnages sont intéressants, complexes et même attachants même si certains sont de vrais cons pour le moment. J'aime surtout Legoshi le loup et sa relation avec la lapine Haru. Le seul truc qui m'a gêné dans le scénario est que le récit commence avec l’assassinat d'un herbivore par un mystérieux carnivore et, passés les premiers chapitres, on dirait que tout le monde à l'école s'en fiche un peu. Le dessin est bon même si parfois on dirait que certaines cases ne sont pas terminées (comme le dit Spooky, on dirait de l'esquisse) ce qui peut être un peu troublant au début.

18/06/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Pour une fois, il y a une originalité dans ces histoires de lycéen au milieu d'un club de théâtre puisque les principaux protagonistes ont tous des têtes d'animaux dans une société où les herbivores et les carnivores coexistent pacifiquement. Cependant, parfois la nature reprend le dessus. Le meurtre d'un gentil alpaga sera le point de départ de ce récit où il est question de respect de la différence. J'aime bien Legoshi, notre gentil héros qui semble être un méchant loup aux yeux de tous. Il est vrai que les carnivores sont plutôt mal vus dans cette société qu'ils pourraient cependant largement dominer. Ils ont même interdiction de consommer de la viande. Je ne pourrais jamais vivre dans une telle société herbivore. A noter que le graphisme est plutôt réussi avec ces têtes d'animaux qui sont une espèce d'allégorie aux visages humains. Il y a une grande richesse qui se cache derrière cette histoire. Le thème est celui du vivre ensemble genre black blanc beur. Ce n'est sans doute pas une réflexion inutile surtout de nos jours...

06/04/2019 (modifier)