Les souris du Louvre

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Pour sa nouvelle série, le scénariste des Carnets de Cerise puise son inspiration dans le plus célèbre musée du monde. Il y développe un univers fantastique où les souris vénèrent et protègent l’héritage de l’humanité…


Le Musée du Louvre Les Rongeurs

Milo a grandi dans l’amour de l’Art et il ne manque jamais l’occasion de communiquer sa passion à ses camarades. Son dernier exposé traite de l’attitude du public du Louvre, le musée pour lequel sa maman travaille. Sur certaines photos qui l’illustrent, on peut apercevoir la silhouette d’une souris qui semble observer le jeune photographe. C’est Ésope, un souriceau promis à un incroyable destin…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Novembre 2018
Statut histoire Série en cours 2 tomes parus
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Les souris du Louvre
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

07/12/2018 | PAco
Modifier


Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Après le succès de ses "Carnets de Cerise", Joris Chamblain nous revient avec une nouvelle série jeunesse co-éditée par Delcourt et le musée du Louvre. Celle-ci prend donc forcément place au Louvre et nous raconte l'histoire du jeune Milo, 10 ans, fils de la conservatrice en chef du musée. Il connait l'édifice comme sa poche, ou tout du moins c'est ce qu'il croyait jusqu'à ce qu'Henryck, un ancien gardien de nuit, lui révèle un étrange secret. Le Louvre est aussi un lieu où cohabitent et complotent différentes tribus de souris dont les us et coutumes fluctuent en fonction des salles d'exposition du musée. On y trouve donc les égyptiennes, les grecques, les romaines, etc. Tout ce petit monde invisible le jour manigance et s'affronte la nuit ! Le scénario de Joris Chamblain est plutôt intelligent et inventif, évitant les pièges de ce genre de production un peu promotionnelle. Le dessin de Sandrine Goalec est tout à fait raccord avec cette histoire pour la jeunesse, avec un trait fin et dynamique. S'il reste sobre pour les humains et les souris, j'ai apprécié son sens du détail dès qu'il s'agissait de la bâtisse ou des œuvres du musée. Seul reproche, la faible pagination : 30 pages. Même s'il s'agit d'une BD jeunesse, vu qu'il s'agit d'un premier tome, je trouve décevant de couper court si rapidement au récit alors qu'une suite est prévue. Sorti de cela, voilà un bel album prometteur pour cette nouvelle série. A suivre, donc !

07/12/2018 (modifier)