Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Catherine de Médicis - La Reine maudite

Note: 3.6/5
(3.6/5 pour 5 avis)

Une nouvelle Reine de sang convoite le trône de la maison Delcourt. Issue d’une famille non moins terrible, elle est certainement la plus redoutée de toutes : Catherine de Médicis. Prenez garde, l’agneau de Florence a des crocs !


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Auteurs argentins Auteurs italiens Italie La Saint-Barthélémy Les Médicis Les meilleures séries terminées en 2019 Rois et Reines d'Europe

6 mai 1527, les Lansquenets font le siège de Rome. Non loin de là, sur la colline adjacente, Charles III de Bourbon attend le moment propice pour lancer ses forces dans l’attaque. C’est le point d’orgue d’une croisade antipapiste. Les gardes suisses font tout leur possible pour mettre le pape Clément VII à l’abri. Mais le très saint père est rattrapé par les assaillants.

Scénaristes
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 26 Septembre 2018
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Catherine de Médicis - La Reine maudite © Delcourt 2018

03/12/2018 | PAco
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Catherine de Médicis est sans conteste un personnage important et intrigant de l’histoire de France. Intrigant parce que, femme, « étrangère », issue de la richesse banquière et non de la noblesse, elle a pourtant occupé le pouvoir durant plusieurs décennies au sommet d’un Etat puissant. Important parce qu’elle l’a fait à un moment charnière, au cœur des guerres de religions, alors que la France, paradoxalement affaiblie par ces guerres religieuses, est en passe de prendre le dessus sur ses adversaires (cela se fera réellement au siècle suivant). J’ai remis ici l’introduction de mon avis sur l’album Catherine de Médicis paru chez Glénat, que j’ai lu juste avant ce triptyque. Je regrettais d’ailleurs à propos de « Catherine de Médicis » le choix de ne traiter le sujet qu’en un seul album. Je ne peux donc que saluer celui de Delalande et Mogavino de le faire en trois albums. En effet, cela leur a permis de bien planter le décor et de développer un portrait très riche, sans sacrifier la grande histoire ni les étapes de la construction d’une personnalité. En cela le premier tome, qui montre bien la violence des intérêts en jeu dans l’Italie de la première moitié du XVIème siècle, est très intéressant. Il l’est aussi pour comprendre pourquoi et comment Catherine a pu et surtout dû se forger une carapace pour se protéger, elle qui fut confrontée très tôt à la folie des hommes, dont elle a d’abord été un instrument, pour ensuite devenir maitresse de son destin – ce que les deux albums suivants montrent bien. Les deux tomes suivants, construits sur des flash-backs, montrent l’action de Catherine en France, en tant que reine, mais surtout en tant que reine-mère et inspiratrice de la politique de ses rois de fils, recherchant sans fin et sans succès un équilibre entre les différentes factions (catholiques et protestants, mais aussi grandes familles). Les auteurs réussissent très bien le dosage de la part romancée, inventée, au milieu de ces faits historiques (évidemment, tout culmine avec les massacres de la Saint-Barthélemy) : cela se lit agréablement, et on est captivé par cette histoire rendue vivante. Ce qui rend aussi cette série intéressante et d’une lecture très fluide, c’est bien évidemment le dessin, vraiment très bon et très beau (et très bien mis en lumière et en valeur par une colorisation aux petits oignons). Bref, voilà une série historique de très belle facture, et sans doute l’une des meilleures de cette collection des « Reines de sang ».

02/09/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Le trio Mogavino-Delalande-Gomez se retrouve après Aliénor, la légende noire pour une nouvelle réussite de cette collection des Reines de sang. Ouah, je sais même pas par où commencer tellement il y a dire sur ce genre de Bd qui ne peut que me réjouir, et je me réjouis largement parce que j'ai apprécié le très grand respect des faits historiques, et bien sûr le dessin superbe de Gomez qui a déjà l'expérience acquise sur Aliénor, la légende noire ; quel énorme travail de recherche pour illustrer une période remplie de décors et de costumes chatoyants, d'armes et de châteaux, ce sont des détails que je scrute toujours avec attention, et ici il a reproduit des décors monumentaux célèbres comme Saint-Germain ou Blois avec une grande fidélité. La colorisation est également à saluer. Le découpage en 3 albums, ce n'était pas de trop pour conter le destin de la Médicis, là où l'album Glénat Catherine de Médicis compilait les événements de façon trop resserrée en sacrifiant énormément de faits, même si cet album était de qualité. Mais là, je crois que les auteurs ont réussi à raconter tout ce qu'il y avait à savoir sur cette reine, et pourtant la période est d'une richesse et d'une densité inouïes sur le plan historique. On peut classer les 3 albums en 3 parties bien définies : le tome 1 raconte l'enfance et la jeunesse chaotique de la petite Catherine à Florence et à Rome, alors que les provinces italiennes sont en guerre contre les Impériaux. Le tome 2 la voit devenue reine de France et explore majoritairement le règne d'Henri II avec la rivalité qui oppose Catherine à Diane de Poitiers, favorite royale. Le tome 3 se consacre au massacre de la Saint-Barthélémy et aux guerres de Religion dans l'ensemble, de même que Catherine est au château de Blois au bord de son trépas début 1589, elle se souvient de ses actions en cherchant sa rédemption car elle sait qu'elle a du sang sur les mains. Les auteurs parviennent tout en racontant la grande Histoire de France, à dresser un portrait de Catherine qui a hérité de la laideur physique de son aïeul Laurent le Magnifique, mais aussi de son éducation florentine ; au passage, le dessin de Gomez l'enjolive et lui donne des traits de jeunesse avantageux. Mariée au dauphin Henri qui succède à son père François Ier en 1547, elle devient reine de France alors qu'elle n'était pas destinée à cette place. Longtemps stérile, elle finira par donner à Henri 10 enfants en 12 ans dont 3 seront rois. C'est à travers ses fils qu'elle accède au pouvoir et à la puissance, surtout sous les règnes du chétif François II et du faible Charles IX, conservant son influence même sous le règne de Henri III, son fils le plus capable, et ce jusqu'à sa mort le 5 janvier 1589. J'ai appris un truc important : toute sa jeunesse chaotique en italie qui fait l'objet du premier album, j'ignorais complètement ce qu'elle avait vécu parce qu'on présente toujours Catherine de Médicis en apprenant l'Histoire de France, que lorsqu'elle arrive à la cour de France et qu'elle devient reine. C'est donc une excellente initiative d'avoir fouillé ce passé obscur et tragique, et ça a dû être ardu à dégoter comme infos. Tout ce qui suit dans les 2 albums suivants, je connais ça sur le bout des doigts, et je peux dire qu'il n'y a pas une erreur, tout est très précis, seuls les physiques de certains personnages sont arrangés, c'est tout. Les auteurs arrivent à livrer une foule d'informations de façon claire sans noyer le lecteur, à condition de faire un effort d'attention et d'être intéressé par le sujet. On y voit en vrac le sac de Rome, le mariage avec Henri II, le début des guerres de Religion avec le massacre de Wassy qui déclenche tout, la conjuration d'Amboise en 1560, la mort tragique du roi son époux dans le funeste tournoi des Tournelles, le mariage de Henri de Navarre avec sa fille Marguerite de Valois, le colloque de Poissy, l'attentat contre Coligny, la Saint-Barthélémy le 25 aout 1572, la Ligue qui s'empare de Paris, l'assassinat du duc de Guise (en une seule image mais très parlante)... bref ça fait beaucoup, et encore je n'ai cité que le plus important. Je regrette seulement que le règne de Henri III soit le plus sacrifié. La narration chronologique est d'une haute tenue, elle change au tome 3 et adopte un mode flashback, c'est rempli de faits et de détails, avec beaucoup de personnages (Coligny, Michel de L'Hospital, les Guise, Diane de Poitiers, Nostradamus, l'astrologue Ruggieri etc...), tout ça ressemble au même mode de narration vu dans Le Trône d'argile, on peut comparer les 2 séries sur le plan de la progression, c'est d'une densité incroyable, avec une tonne d'informations qu'il faut digérer et qui peut saturer les néophytes qui n'ont pas une connaissance parfaite de ces périodes, mais alors pour les fanas d'Histoire comme moi, c'est un régal absolu, l'enchainement est remarquable, le traitement est d'un grand brio, même si cette narration est un peu alourdie par endroits par trop de texte, mais honnêtement ça ne m'a pas dérangé, et il est difficile de balancer autant de faits et d'informations sur une période extrêmement riche sans bien les expliquer. En tentant de réhabiliter cette reine qui n'a pas su accomplir la conciliation malgré son grand sens de l'Etat, et en s'attaquant à une page d'Histoire aussi complexe et aussi tortueuse, les auteurs ont réussi un pari insensé : le tour de force de captiver par un récit passionnant de bout en bout, sans aucune once d'ennui, un grand bravo !

29/05/2021 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

C'est grâce à cette BD que j'ai découvert que je ne connaissais quasiment rien de Catherine de Médicis. A dire vrai, je la confondais même avec Marie de Médicis, la femme d'Henri IV. Je n'avais même pas réalisé en débutant cette série que c'était la même qu'on voit dans Charly 9. Difficile d'imaginer qu'elle soit devenue la régente intrigante déclenchant les Noces de Sang, coup d'envoi du massacre de la Saint-Barthélémy, quand on voit la jeune fille souriante et agréable qu'elle était dans sa prime jeunesse. Et pourtant, justement, les événements racontés dans le premier tome de la série vont nettement expliquer sa personnalité et l'état d'esprit de son règne et de sa régence. Certes noble et certaine de son autorité, la jeune duchesse se fait aimer de ses serviteurs. Jusqu'au drame de 1527 quand le Pape Clément VII se rend à l'armée de Charles Quint et que les partisans de la République de Florence en profitent pour s'en prendre aux Médicis et la tenir prisonnière et humiliée. Une fois libérée, elle va retrouver de sa superbe mais gardera une attitude prudente et intelligente, marquée par son passé. Cette habileté et les circonstances feront d'elle une puissante reine de France puis une régente... avec pourtant une mauvaise réputation qui lui collera à la peau et bien sûr cette fameuse Sainte-Barthélémy... Nous avons là une très bonne série historique. Son dessin est d'une grande qualité, réaliste et très soigné, avec une bonne mise en scène. Si j'avais un regret à formuler, ce serait une propension à rendre les dents des personnages un peu trop visibles dès qu'ils crient ou montrent des émotions vives, mais pour le reste, c'est visuellement impeccable et détaillé. La situation historique et politique de l'époque est très complexe, de même que la vie de Catherine de Médicis elle-même. Et pourtant les auteurs réussissent à la rendre ici claire et très compréhensible. C'est certes dense, il faut parfois s'accrocher un petit peu pour ne pas manquer une étape, mais pour peu qu'on lise en étant bien éveillé, la BD est très bien racontée et m'a permis d'apprendre beaucoup de choses sur une époque et des personnages que je ne connaissais quasiment pas du tout. Du beau boulot, à mettre entre les mains de tous les amateurs d'Histoire !

13/01/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est l'une des reines les plus célèbres de France et c'est une Médicis rescapée d'une famille décimée à Florence. C'est encore une jeune fille dans ce premier tome qui doit échapper à la mort suite à de sanglantes batailles dans les provinces italiennes qui se déchirent. On va également assister au sac de Rome suite à la colère de l'empereur Charles Quint contre le Pape qui complote derrière son dos. On se rend compte que cette reine a subi de terribles épreuves alors qu'elle était toute jeune mais cela va façonner d'une certaine manière son caractère afin de gouverner la France et lui rendre sa grandeur dans un monde dominé par l'Espagne et ses richesses. Un tome qui devient intéressant lorsque Catherine va à la Cour de France en épousant le second fils du roi Henri. Elle n'était pas destinée à devenir une reine mais elle va le devenir à la faveur des événements tragiques. Elle va devenir une personne hors du commun qui imposera le respect à tous.

15/02/2019 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

C'est que je vais finir par prendre goût à l'Histoire moi avec ces reine sanglantes ! Voici venir Catherine ! Mais si LA Médicis. Même moi qui suis plutôt piètre historien, je garde en mémoire l'importance de ce personnage dans une Europe des plus complexes à comprendre en pleine moitié du XVIe siècle. Avec ce premier tome les auteurs nous ramènent loin dans le jeunesse de cette aristocrate milanaise qui ne sait encore rien du destin qui l'attend (normal me direz-vous) ni de la dangerosité et de la férocité du pouvoir en ces années troublées. Ce premier tome s'ouvre sur les grands troubles qui secouent l'Italie ne cette année 1527. Les Lansquenets (les Gilets jaunes de l'époque ?) saccagent Rome pour s'emparer du Pape, tandis qu'à Florence les Médicis se font chasser de la ville ; Les Guerres d'Italie, c'est pas fini ! La jeune Catherine va l'apprendre à ses dépend. Capturée, elle manque d'être lynchée par la foule mais finira captive dans un couvent qui ne porte pas sa famille dans son cœur, loin de là ! De son côté le Pape réussira à s'enfuir et continuera ses arrangements avec le roi de France François Ier pour contrecarrer la toute puissance du roi d'Espagne Charles Quint sur l'Europe. C'est ainsi que notre "petite" Médicis va forger son destin pour ensuite infléchir celui de la France. C'est plutôt bien réalisé, et malgré la difficulté et la complexité de cette période historique j'avoue avoir réussi à m'y retrouver globalement. Ok, il y a bien eu l'attaque de Gavinana où j'ai été un peu largué entre toutes les différentes forces en puissances, les factions et les intérêts de chacun. Mais bon, j'ai repris le fil un peu plus loin sans que cela ne me perturbe plus que ça dans ma lecture. Car c'est là tout le talent des deux scénaristes Arnaud Delalande et Simona Mogavino que d'avoir su rendre intelligible l'imbroglio de cette période historique qui m'a toujours parue incompréhensible, tout en nous captivant par la jeunesse de ce personnage qui a marqué l'histoire de France : Catherine de Médicis. Le trait du dessinateur argentin Carlos Gomez n'y est pas pour rien non plus ; dans un style très réaliste qui fonctionne très bien pour de la BD historique, j'ai surtout apprécié l'expressivité qu'il a su donné a ses personnages. Encore une belle réussite que cette nouvelle série dans la collection Reines de Sang. Les passionnés d'histoire devraient s'y retrouver facilement et les novices comme moi comprendre un peu mieux cette période trouble de l'histoire de l'Europe.

03/12/2018 (modifier)