Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Nada

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Ils sont six : Épaulard, l'expert vieillissant ; D'Arcy, l'alcoolique violent ; Buenaventura Diaz, le caméléon aux identités multiples ; Treuffais, le prof de philo désabusé ; le jeune Meyer, dont la femme folle finira bien par le tuer un de ces quatre ; et Cash, la putain auto-proclamée à l'intelligence troublante. Des profils aussi disparates que leurs passés respectifs. Pourtant, ensemble, ces paumés d'extrême gauche formeront le groupe « Nada ». Leur premier coup d'éclat : enlever l'ambassadeur américain, en visite discrète dans une maison close parisienne.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Adaptations de romans en BD Aire Libre Paris Région parisienne

Ils sont six : Épaulard, l'expert vieillissant ; D'Arcy, l'alcoolique violent ; Buenaventura Diaz, le caméléon aux identités multiples ; Treuffais, le prof de philo désabusé ; le jeune Meyer, dont la femme folle finira bien par le tuer un de ces quatre ; et Cash, la putain auto-proclamée à l'intelligence troublante. Des profils aussi disparates que leurs passés respectifs. Pourtant, ensemble, ces paumés d'extrême gauche formeront le groupe « Nada ». Leur premier coup d'éclat : enlever l'ambassadeur américain, en visite discrète dans une maison close parisienne. Une opération aussi risquée exige audace et maîtrise. Mais si le gang de marginaux l'exécute sans coup férir, la suite ne sera pas si simple. Chargé de l'affaire, le rusé commissaire Goémond va mener une sanglante traque aux "anarchistes"... Entre morts inutiles, dégâts collatéraux et pressions politiques, les membres du groupe « Nada » s'apprêtent à passer les plus longues heures de leur existence... Avant quelle fin ? Chef-d’œuvre du néo-polar écrit en 1972 par Jean-Patrick Manchette, puis adapté au cinéma par Claude Chabrol, « Nada » dessine les trajectoires écorchées d'une poignée de desperados révoltés.

Scénaristes
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Octobre 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Nada
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

04/10/2018 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

On retrouve bien le style de Manchette (ici adapté) dans cet album. En effet, il y a presque plus de texte en off que de réels dialogues, le ton général est très désabusé, les personnages – et les commentaires en off étant très froids, dépassionnés. L’ensemble donnant une impression de fatalité dans le déroulement, un petit côté « drame antique », destin vampirisant le scénario et les acteurs, engloutis dans une violence complètement subie. L’intrigue adaptée par Headline se laisse lire – pour peu donc que l’on soit réceptif à ce style, qui peut rebuter. Le décor est celui du Paris du début des années 1970, avec des personnages qui ont encore en eux des réflexes, des réflexions influencés par les courants gauchistes des années précédentes, et qui ont bourlingué, pour finir dans une opération improbable, à savoir l’enlèvement de l’ambassadeur des Etats-Unis. A cela s’ajoutent les atermoiements et le cynisme des décideurs politiques, l’action de barbouzes et la guerre des services. L’intrigue semble squelettique, mais tous ces ingrédients la densifient, la dynamisent, même si c’est sur un « faux rythme ». Le dessin de Cabanes est bon, intéressant. Mais aussi surprenant. En effet, une partie des décors – des personnages aussi – donnent l’impression d’être de simples crayonnés incomplètement « finis », incomplètement « colorisés », alors que par ailleurs, Cabanes a vraiment eu le soucis de bien reconstituer l’époque à laquelle se déroule cette histoire. Mais j’ai bien aimé l’aspect graphique, finalement très raccord avec le ton de l’intrigue.

21/11/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai moins accroché à cette adaptation de Manchette que les deux autres adaptations de Cabanes et Headline. C'est dommage parce que j'aime bien comment le scénario montre bien le côté sombre de la France des années 70 où les militants d’extrême-gauche sont au final aussi pourris que l'ordre qu'ils combattent. L'histoire se laisse lire même si effectivement la narration peut être un peu énervante par moment. Personnellement, ce qui m'a surtout gêné ce sont certaines ellipses, comme lorsqu'un personnage se bat avec sa femme. C'est difficile à expliquer, mais lorsque j'ai lu cette scène j'ai vraiment eu l'impression qu'elle sortait de nulle part et qu'elle manquait de naturel. Sinon, un autre problème est que si les personnages sont un peu intéressants, je me suis attaché à aucun et je me foutais un peu de leurs destins. Je n'ai donc ressenti aucune tension durant tout l'album. Le dessin de Cabanes est excellent comme d'habitude.

28/02/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Visiblement, ce style de polar assez pompeux ne m'intéresse guère. Il faut dire que la narration est d'emblée assez assommante avec également un caractère de lettrage assez illisible. Dès lors, j'ai eu du mal à me relever et suivre cette aventure sans intérêt. C'est assez vieux jeu dans la mise en scène. Il n'y a rien à faire: je n'apprécie pas vraiment ce genre de polar. Certes, on pourra reconnaître que c'est dans un bel écrin et que c'est assez soigné dans l'emballage. Cependant, en ce qui concerne, cela ne le fait pas.

24/02/2019 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Adapté du roman du même nom, Nada se déroule en 1972 et met en scène un petit groupe de gauchistes bien décidés à passer à l'acte contre la société capitaliste et le pouvoir en place. Leur objectif : kidnapper l'ambassadeur américain à Paris pour obtenir à la fois une rançon, faire publier leur manifeste politique mais aussi et surtout se révolter contre le monde qui les entoure. Ce groupe est formé de 6 caractères forts et très différents : un vieil expert désabusé qui s'engage avec eux par désespoir, un ancien militant extrémiste et violent, un fils de famille poivrot, un prof de philo révolté et violent, un mari affligé par la folie de sa femme et enfin une femme fatale à la personnalité indéfinissable, se définissant elle-même comme une salope prostituée. Et dans le camp d'en face, une autre belle brochette de personnages tout aussi marqués, que ce soit l'ambassadeur dépravé mais intelligent, un ministre hautain et politicien, un secrétaire d'état sournois ou encore un commissaire adepte de barbouzeries et de la méthode forte. Nada est une peinture réaliste et sombre de la société politique et extrémiste de la France des années 70, avec des personnages très crédibles et pittoresques qui donnent envie d'être suivis et à d'être vus interagir. Il ressort d'eux un réel désespoir, une fuite en avant vers la violence et la rébellion qui se présente comme une inéluctable fatalité et se révèle intéressante tant sur le plan sociologique que psychologique. Sur le fond, Manchette dresse dans ce récit autant la critique du pouvoir en place, du simple flic servile jusqu'au ministre pourri, que de ces groupuscules d'extrême-gauche aux motivations floues et aux méthodes très discutables. L'adaptation est réussie. On ne sent pas la moindre lourdeur d'un livre transposé en BD. La densité du roman se reflète uniquement dans la taille de l'ouvrage qui fait pas loin de 200 pages. Ce nombre est d'autant plus impressionnant que chaque planche est finement dessinée par un Cabanes qui maîtrise parfaitement son art et offre de superbes dessins. Son trait est excellent, ses personnages sont vivants et ses décors nous plongent immédiatement dans le Paris et sa banlieue de l'époque. Et les couleurs ne sont pas en reste puisque chaque page possède sa propre teinte chromatique harmonieuse et belle. Très bel ouvrage.

04/10/2018 (modifier)