Serena

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Dans les années 30, une femme de fer laisse sa vénalité s’exprimer en toute liberté après avoir convolé avec le patron d’une exploitation forestière de Caroline du nord.


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Adaptations de romans en BD La BD au féminin [USA] - Dixie, le sud des USA

En 1930, dans les Smoky Mountains, un train entre en gare à Waynesville. Deux hommes attendent le retour de leur patron parti trois mois à Boston pour affaire et qui revient marié. Sacré Pemberton ! Dès la descente de la voiture de première classe, l’atmosphère change, quand elle apparait. Serena coupe le souffle de Wilkie et Buchanan. Elle devine d’entrée qui est qui, puis reprend l’un et l’autre sur leurs manières de serrer la main sans regarder droit dans les yeux. Buchanan prévient Pemberton qu’il est attendu par le vieux Hamon, sa fille et un nouveau-né. Le patriarche a un compte à régler avec le jeune marié. Serena s’interpose puis ordonne à Pemberton de régler cette affaire vite fait. Le vieux sort un couteau et fend l’air en s’approchant de sa cible. Malgré les cris de sa fille, il plante la lame dans le bras de l’homme d’affaire. Celui-ci la retire prestement et sort son propre couteau pour achever un vieux en bout de course et sans défense. Le shérif Mac Dowell arrive juste à temps pour demander des comptes à Pemberton, qui s’en tire avec une amende de 10$ pour désordre sur la voie publique…

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Mars 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Serena
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

10/06/2018 | Erik
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cette BD présente deux qualités à mes yeux. La première est de mettre en scène un personnage féminin vraiment fort et assez original. La seconde est de le mettre en scène dans le cadre d'une exploitation forestière de Caroline du Nord durant la Grande Dépression de 1930, décor et époque charnière qui ont des allures de Far-West alors que la modernité et l'influence du gouvernement fédéral américain se font ressentir dans un cocktail qui change des sentiers battus des récits habituels. Mais revenons sur ce personnage féminin, Séréna. Très forte femme, elle commence par fasciner avant de finalement faire vraiment peur. Car Ron Rash, l'auteur du roman qui a été ici adapté, voulait créer un personnage de vilain(e), de véritable méchant. Avec elle, on regarde avec curiosité comment, par des actes d'abord durs mais acceptables, puis de plus en plus illégaux et violents, elle va, avec son mari, gravir les échelons de son ambition. Et on imagine bien que les grands caïds et magnats bien implantés qu'on voit jouer le rôle du méchant dans nombre de récits, films et autres BD, ont probablement suivi un parcours similaire, à la fois fascinant d'audace et méprisable de vilenie. Et comme il s'agit ici en plus d'une femme plutôt qu'un homme, c'est d'autant plus troublant. Le dessin est appréciable sans être totalement ma tasse de thé. Il manque parfois trop de finesse et de soucis du détail. Du coup, les expressions des personnages passent relativement peu à mon goût. L'intrigue est bien menée et prenante. J'ai été tout de même un petit peu déçu par les derniers chapitres et notamment par le fait que l'héroïne sombre trop dans la folie. L'une de ses motivations profondes ("rien que nous deux") disparaît d'un coup et ce brusque changement et cette plongée définitive vers la psychose peinent à trouver une explication suffisante dans l'information qu'elle a reçue à ce moment là. J'aurais préféré davantage de conflit intérieur pour un résultat plus crédible et moins artificiel. Mais pour le reste, c'est une bonne lecture, intéressante et bien racontée, et surtout avec un personnage féminin vraiment marquant.

13/12/2018 (modifier)
Par McClure
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Oh la très belle BD que voici. Adaptation d'un roman dont je ne connais rien, je me suis plongé dans cette oeuvre qui va nous dépeindre une femme forte dans un environnement et une époque où elles étaient plus reléguées à la portion congrue. Pemberton est le propriétaire d'une concession de bûcheronnage dans les Smoky Mountains, Caroline du Nord au début des années 30. Il va faire débarquer dans cet îlot de sueur, de sang et de mecs son épouse, Serena. Et loin de l'image d'Epinal de la femme précieuse, celle ci va d'abord se révéler une redoutable manager avant, progressivement, d'avaler ce cher Pemberton dans son ambition démesurée, en laissant ici puis là les cadavres des gens qui la dérangent. Ce qui est prégnant avec Serena, c'est qu'elle n'a aucun scrupule, aucun remord. Une personne est utile ou pas. Et si elle devient inutile, elle est mieux morte. A l'image de sa façon de gérer le cas de Galloway qui perd sa main, elle se révèle redoutable dans la lecture de l'âme humaine, elle qui semble en être dépourvue. Pemberton va d'abord suivre cette soif d'ambition et de pouvoir, avant lui aussi finalement de lâcher. La force du récit, outre la peinture de cette femme incroyable (belle, blessée, redoutable et froide), est aussi de souligner, par touches ténues mais subtiles, la grande dépression et ses conséquences sur l'emploi et les conditions sociales de l'époque, renforcée par une Amérique encore marquée par la violence où les explorateurs économiques remplacent progressivement les cowboys. De même, nous y découvrons l'absence totale d'équilibre pour l'homme blanc entre dollars et gestion maîtrisée de l'environnement. Ici, une forêt est rasée puis on se déplace, à l'instar de crickets à 2 pattes. Le dessin n'est pas très joli de prime abord. Pour autant il n'est pas non plus désagréable et il va finalement s'avérer excellemment choisi pour "optimiser" les éléments climatiques, pour démonter cette massive déforestation, pour amplifier les comportements et caractères des protagonistes. Vraiment du très très bon.

24/10/2018 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Ce titre qui est issu d'un roman à succès de Ron Rash risque de sévères critiques de ligues féministes. En effet, il a malheur de décrire le portrait d'une femme dans tout ce qu'il y a de plus vil, de plus vénale et de plus horrible au niveau du comportement. On ne pourra difficilement faire pire. Il parait que notre héroïne d'Hunger Games à savoir Jennifer Lawrence s'est essayée à la version cinématographique de ce roman portant le même nom en 2014 et cela a été un flop retentissant. Elle n'était visiblement pas assez crédible ou convaincante pour ce rôle de méchante perfide. Pour autant, je dois bien avouer que la bd m'a beaucoup plu. Le récit se déroule dans le contexte économique de la crise de 1929 et notamment dans l'industrie du bois. On apprend qu'être bûcheron était alors un métier plus que difficile où on avait de grande malchance de perdre la vie entre une branche acérée, un coup de hache mal placé ou encore les crotales vénéneux. Une bonne mise en scène, un format très grand qui laisse admirer le graphisme, aucun temps mort. Bref, c'est une bd très réussie sur le fond et sur la forme. On se souviendra longtemps de Séréna en espérant ne jamais la croiser dans nos vies.

10/06/2018 (modifier)