Les Louves

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Comment vit-on lorsqu'on est une femme belge sous l'occupation allemande ? C'est ce que vont apprendre Marcelle et Yvette, deux filles de La Louvière, au cours de ces longues années de guerre.


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Aire Libre La BD au féminin La Résistance Wallonie

Comment vit-on lorsqu'on est une femme belge sous l'occupation allemande ? C'est ce que vont apprendre Marcelle et Yvette, deux filles de La Louvière, au cours de ces longues années de guerre. Aux côtés de leurs frères et de leurs parents, elles grandiront jusqu'à devenir peu à peu des femmes soucieuses de préserver leur monde, des louves prêtes à se battre pour vivre et à vivre pour être elles-mêmes.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Février 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Louves
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

26/02/2018 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Cet album s'inspire de faits et de personnages réels, et se révèle donc très réaliste, très proche d'une réalité tragique. En effet, nous allons suivre la vie de certains habitants de La Louvière, en Belgique durant la Seconde guerre mondiale. C'est une chronique bien fichue, et qui se laisse lire. Mais sans enthousiasme me concernant, avec quelques longueurs. On insiste sur le quotidien, les relations simples entre les membres de la famille et leurs proches, les conséquences de la guerre, etc. Mais au bout de la moitié de l'album, j'avoue avoir ressenti un peu d'ennui. Un petit dossier clôt l'album, en resituant personnages et faits dans leur contexte, avec des photos, etc. En tout cas, il a manqué à cet album un peu d'originalité, ou alors quelques coupes, pour le rendre plus captivant, même si c'est un témoignage qui n'est pas inintéressant.

24/06/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Encore un récit se déroulant durant la Seconde Guerre Mondiale du côté des civils qui ont dû faire face aux terribles bombardements aussi bien de l’ennemi que des alliés par la suite. L’action ne se situe pas en France mais dans la Belgique également occupée par l’envahisseur représenté par des loups assoiffés de sang. Cela ne se différencie pas tellement de tout ce que j’ai pu déjà lire sur la question. On peut tout de même trouver cela intéressant dans la mesure où on se focalise sur un autre pays voisin occupé également lors de l’offensive allemande de ce qu’on a appelé le blitzkrieg. Malgré les discours fanfarons du roi, ce pays est tombé en 18 jours. Il y a eu par la suite une administration militaire, une collaboration et également une résistance. La famille que l’on suit ne va pas essuyer de grosses pertes mais il y aura des moments d’angoisse. On ne pourra en dire autant de l’institutrice qui semblait appeler à la collaboration mais qui va s’impliquer personnellement et autrement. Je pense que ce genre de témoignage est salutaire dans la mesure où il rappelle à nos générations ce que fut la guerre en Europe et pourquoi il faut construire une communauté européenne forte sans céder au nationalisme et au repli sur soi. La paix, c’est quand même le plus important.

11/06/2018 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Les Louves est un récit légèrement romancé se basant sur des faits réels, à savoir d'une part les souvenirs de jeunesse de la grand-tante de l'auteure et d'autre part l'histoire vraie d'une résistante belge célèbre. Elle raconte le quotidien de plusieurs femmes dans la ville de La Louvière tout au long de la seconde guerre mondiale. C'est un récit intimiste, faits de moments du quotidien qui sont autant de petits combats dans ces circonstances compliquées non seulement pour la Belgique occupée mais aussi en même temps pour les femmes qui subissent leurs propres vexations à cette époque où l'égalité homme-femme était loin d'être faite. C'est le parcours d'une femme qui a fait le choix de s'engager au péril de sa vie. Mais c'est aussi celui d'autres femmes qui se sont contentées de survivre au mieux en prenant soin de leur famille et en espérant des jours meilleurs. C'est une histoire enrichissante puisqu'on y découvre les détails de la vie de tous les jours avant l'Occupation, durant celle-ci puis au moment où la Libération approche. Le dessin y est simple. Son encrage y manque un peu d'aisance et j'aurais aimé davantage de pleins et déliés pour le rendre plus clair et assuré. Les visages ont aussi un peu tendance à s'y ressembler, ce qui m'a posé problème quand j'ai confondu en début de lecture les deux protagonistes rousses du récit, m'étonnant à tort de voir une jeune enfant s'engager dans un mouvement résistant avant de réaliser qu'il s'agissait d'une autre personne. J'ai envie de comparer cet album à la très bonne série Les Enfants de la Résistance que j'ai lue récemment. Les deux abordent en effet des sujets très similaires à savoir la vie quotidienne depuis les tous débuts de l'Occupation et l'engagement progressif dans la Résistance de ses protagonistes. D'un côté, nous avons des enfants pour héros et de l'autre des femmes. D'un côté, nous avons un récit purement romancé, avec une histoire prenante qui mêle aventure et justesse historique. De l'autre, nous avons les Louves qui ne prend jamais la direction de l'aventureux mais qui a l'avantage de se montrer d'autant plus crédible et instructif qu'on sait qu'il y a derrière son scénario l'histoire vraie d'une famille et d'une résistante. Cependant, ce côté journal intime rend l'intrigue un peu plate. Plutôt que d'être entraînés avec les héroïnes dans les émotions et les difficultés de l'époque, on a parfois l'impression de sauter d'une séquence à la suivante comme une simple succession de faits. Cela ne tourne heureusement pas à l'énumération et le récit reste fluide et suffisamment intéressant pour ne pas s'ennuyer du début à la fin de l'album. Mais on ne se sent pas particulièrement proche des protagonistes et de leur quotidien. Il manque une part d'émotion et une mise en scène qui permettrait davantage au lecteur de se sentir impliqué dans les aventures des héroïnes. Nous avons donc une lecture instructive et suffisamment bien menée pour être prenante mais pas suffisamment marquante pour transmettre ses émotions.

26/02/2018 (modifier)