Shelton et Felter

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 6 avis)

Les enquêtes policière d'un duo improbable composé d'un ex-boxeur reconverti tant bien que mal dans le journalisme et d'un libraire, fin observateur mais pas spécialement homme d'action.


1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Auteurs Canadiens Policier, mais drôle

Boston, États-Unis, 1924. Isaac Shelton est un ex-boxeur, jeune journaliste à la plume encore mal dégrossie, qui traque le fait divers à la recherche du scoop qui pourrait booster sa carrière. Thomas Felter est quant à lui un libraire d'un certain âge, vivant seul avec ses chats, grand amateur de littérature policière et qui a aiguisé à travers ses lectures un esprit analytique hors du commun. Quand Shelton rencontre Felter, le premier convainc le second de l'aider à résoudre les grands mystères de la ville, ce qui lui permettra de pondre l'article qui fera de lui un journaliste reconnu.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Août 2017
Statut histoire Une histoire par tome 2 tomes parus
Couverture de la série Shelton et Felter
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

04/09/2017 | Mac Arthur
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Un des points forts de cette bd est le duo plutôt mal assorti entre un ancien boxeur et un petit libraire qui font des enquêtes sur le dos de la police qui fait pourtant son travail. C’est tout d’abord la qualité de l’écriture avec des dialogues assez bien ciselés. Pour le reste, c’est assez classique avec ses fausses pistes et le coupable dont on n’aurait jamais pensé. Les codes du polar seront respectés. Le graphisme rappelle la ligne claire des années 80. Il faut aimer ce style. Pour moi, cela a un petit coup de vieux malgré une agréable mise en couleur. Cela reste assez classique. Ceci dit, c’est une bonne bande dessinée qui plaira aux amateurs d’enquête policière dans la plus pure tradition.

12/06/2019 (modifier)
Par Ju
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ju

J'ai longuement hésité entre 3 et 4/5. Et puis allez, je ne vais pas bouder mon plaisir, j'ai lu Shelton et Felter d'une traite et avec beaucoup de plaisir. L'histoire est certes assez classique : une enquête policière sur fond de vieille histoire sordide et de scandale, tout ça au temps de la prohibition. Mais c'est raconté de façon très plaisante. Les deux personnages sont attachants et pourront être davantage développés dans d'autres albums. L'opposition entre le petit pharmacien malin et hypocondriaque et le journaliste balèze ancien boxeur marche bien et prête à plusieurs reprises à sourire. Côté dessin, je dois avouer que je suis tombé sous le charme. C'est rond, bonhomme, classique tout en étant particulier... bref c'est de toute beauté, et le fruit d'un long travail, si on en croit le cahier graphique. Bref une très belle surprise que cet album, certes pas incroyablement original mais franchement sympathique. J'attends une suite, sinon avec impatience, du moins avec attention. Note réelle : 3,5/5

15/02/2018 (modifier)
Par herve
Note: 3/5
L'avatar du posteur herve

En s 'inspirant d'un fait réel (l'explosion d'une citerne de mélasse à Boston en 1919), Jacques Lamontagne nous offre une enquête policière digne d'un très bon Sherlock Holmes. Il ajoute des pointes d'humour en confrontant les deux caractères de Shelton et Felter, dans cette sombre histoire. Côté dessin , c'est du pur Franco-Belge mais de très bonne qualité (jetez un coup d'oeil au cahier graphique en fin d'album, pour vous rendre compte du travail de Jacques Lamontagne). Je trouve que l'atmosphère de ces années de "prohibition" est parfaitement rendue avec ces dessins. Une bonne bande dessinée qui repose sur un scénario solide. Amateur des aventures du locataire de Baker street, ce livre est pour vous.

05/11/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Rien de nouveau ni d’extraordinaire dans cet album, qui nous plonge dans une affaire louche dans le Boston d’il y a un siècle, au temps de la prohibition. Le duo d’enquêteurs est constitué d’un journaliste, grande gueule et gros muscles prêt à s’affranchir des règles pour mener à bien son enquête et avoir son scoop, et d’un bibliothécaire quasi nain et méticuleux. Aux antipodes, leurs personnalités vont bien évidemment se révéler complémentaires. Et le décalage entre les deux bonhommes (Shelton le journaliste bordélique, ancien boxeur, et Felter le bibliothécaire hyper méticuleux, quasi maniaque) est exploité pour injecter de l’humour dans l’intrigue. Felter, avec ses fringues et ses méthodes d’enquête – mettant l’accent sur l’observation, la chasse aux détails – est une sorte de Sherlock Holmes (en plus petit). D’ailleurs l’intrigue elle-même est classique, et fait furieusement penser aux enquêtes d’Hercule Poirot (ou autres créatures d’Agatha Christie). La conclusion, dans laquelle Felter confond le coupable, en révélant à ce dernier et au lecteur tous les indices qui l’ont immanquablement conduit vers la résolution de l’énigme, ressemble à pas mal de fins d’Hercule Poirot (ou de Scoubidoo d’ailleurs !, avec Véra dans le rôle de l’intelligence éclairant les naïfs). Du classique donc, rien d’extraordinaire ai-je écrit. Certes, mais Lamontagne fait prendre la sauce, et cela se laisse lire très agréablement. Divertissant.

22/09/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Eric2Vzoul

J'aime bien le travail de Lamontagne. Dans cette nouvelle série, il nous offre une histoire d'un immense classicisme, mais que sa maîtrise du dessin et du découpage narratif rendent plutôt bien troussée. Il inscrit son récit autour de la « grande inondation de mélasse de Boston », événement aussi absurde que tragique, déjà évoqué par Denis Lehane dans Un pays à l'aube . Mais ce n'est finalement qu'un contexte autour duquel il bâtit un récit policier en forme de whodunit que n'aurait pas renié Agatha Christie (d'ailleurs, la trame du récit rappelle furieusement une enquête d'Hercule Poirot). Lehane avait choisi de donner une dimension plus noire et sociale à l'ambiance du Boston des années 1920, je préférais… Les deux personnages, aux caractères et aux physiques opposés, relèvent aussi du ressort scénaristique classique. Sympas mais ni très originaux, ni follement attachants… Le dessin est propre, net, précis. Mais il ne rend guère compte de la crasse et de la misère qui caractérisent un port et une cité industrielle comme Boston au cours des années 1920… En somme, c'est un album policier fort honnêtement construit. Il ne soulève pas chez moi un enthousiasme démesuré, mais je ne boude pas mon plaisir ; sa lecture m'a diverti. De là à attendre la prochaine enquête avec impatience… Disons que je préfère les histoires fantastiques que Lamontagne illustre dans Aspic Détectives de l'étrange.

14/09/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

On pourra reprocher à cette série son classicisme. De fait nous nous retrouvons devant un récit de type policier utilisant à titre de héros deux personnages antinomiques (l’un grand et costaud, l’autre petit et futé) et se déroulant durant la période de la prohibition aux USA. Si cela ne vous donne pas comme un goût de déjà-vu dans la bouche, c’est que vous n’avez vraiment pas lu beaucoup de récits policiers dans votre existence. On pourrait encore ajouter à cela que l’album se conclut sur la traditionnelle séquence des révélations dans laquelle le coupable se voit démasqué face aux subtiles conclusions de nos héros et appréhendé par la police. Donc voilà, rien de neuf a priori… mais que c’est bon ! Premier atout : une enquête policière complexe juste ce qu’il faut pour captiver un large public. Nous avons droit aux fausses pistes, aux déductions futées (que l’on peut plus ou moins anticiper selon que l’on est plus ou moins expérimenté ou habitué de ce type d’univers), aux raisonnements logiques et à une conclusion bien amenée. Jacques Lamontagne illustre très bien son récit, nous montrant quand et comment chaque personnage va découvrir tel ou tel élément, tout en restant très fluide dans sa narration. Deuxième atout : l’anecdote dramatique et véridique qui sert de support à cette intrigue. Un tsunami meurtrier de mélasse, voilà qui n’est pas courant. Troisième atout : le dessin de Jacques Lamontagne. Un trait net et rond, bien mis en valeur par une coloration soignée. L’ensemble est bien lisible, détaillé, expressif, dynamique, vraiment très agréable à suivre. J’ai pris autant de plaisir à m’attarder sur certaines cases qu’à reprendre un rythme plus soutenu de lecture (que la netteté et la précision du dessin permettaient) lorsque la conclusion approchait. Quatrième atout : le ton. Humoristique grâce aux caractères opposés des personnages mais pas bêtifiant. L’enquête est très bien construite et ne prend pas les lecteurs pour des simplets, c’est clair, mais le ton léger et humoristique garantit une lecture avant tout divertissante. Bien foutu, donc. Classique mais bien foutu. J’espère que les enquêtes suivantes resteront de cette qualité (je prie pour me tromper mais il s'agira d'une vraie gageure à mes yeux). Pour les personnages, je ne m’inquiète pas trop, cette formule a déjà fait ses preuves. A suivre (de très près).

04/09/2017 (modifier)