Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Monument Amour

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Quand la boue des tranchées façonne l’avenir d’un sculpteur...


1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Sculpture Séquelles de guerre

1918 - Camille sculpte des femmes sur une douille quand un obus tombe dans sa tranchée. Il est sauvé par un chien qui ne le quittera plus. Envoyé à l’hôpital, le soldat se mure dans le silence, ne s’adressant quasiment qu’à son chien qui vient le voir dans son lit. Peu à peu, il va se passionner pour le dressage de chiens, car la guerre en a besoin. Ce sculpteur « muet » doué avec les animaux accepte enfin de sortir du silence. Lorsqu’arrive la longue démobilisation des hommes, Camille rentre chez lui à Nantes, accompagné de quelques bêtes et retrouve son atelier d’artiste, mais son comportement avec les femmes, et les modèles en particulier, est pour le moins... curieux.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Mai 2017
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Monument Amour
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

17/05/2017 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Bon, en général je suis assez indulgent avec ce genre de production, mais là je dois avouer que ça ne mérite pas, à mes yeux, la moyenne. On a donc l'histoire d'un Poilu, sauvé de la mort dans une tranchée par un chien, qui le veille durant sa convalescence (belle histoire, mais à laquelle j'ai du mal à croire) puis pendant et après sa démobilisation. Un homme dont la passion et le métier, la sculpture, vont lui servir de rédemption, de résilience après le traumatisme de la guerre. Un traumatisme pas si fort visiblement, puisqu'à part sa froideur sexuelle envers ses modèles, et que le moment le plus douloureux reste la mort de sa femme, qui elle est nimbée de mystère. Et puis il est difficile de comprendre pourquoi soudain il tente d'abuser d'une femme qu'il a à peine croisée, alors qu'il se tient à carreaux le reste du temps. Bref, le personnage me semble mal cerné, et l'histoire, qui tourne autour de lui, plutôt maladroite. Côté graphisme, j'avais déjà remarqué la fragilité du trait d'Arnaud Floc'h dans d'autres albums. Laquelle perdure dans celui-ci, qui même s'il est une sorte de reprise après une période d'arrêt de la bande dessinée, est un peu incompréhensible. C'est bien simple, aucun visage n'est correct, et pire, les héros en changent tout le temps, si bien qu'on ne comprend qui sont les protagonistes d'une scène qu'en lisant les dialogues et en observant les circonstances. Bref, je ne lirai pas la deuxième partie de ce diptyque.

17/05/2017 (modifier)