Le Club des divorcés

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

Angoulême 2017 : Prix du Patrimoine Le maître du Gekiga s’attaque à un tabou toujours vivace de la société japonaise : le divorce. Le « Club des Divorcés » est un petit bar à Ginza géré par Yukô, jeune femme de 25 ans divorcée. Elle devient la « mama » du bar après son divorce afin de subvenir aux besoins de sa petite fille de trois ans. Difficile de tenir bon en tant qu’hôtesse, patronne et femme divorcée au milieu du Japon des années 70.


Angoulême 2017 : les gagnants ! Angoulême : récapitulatif des séries primées Futabasha Gekiga

Le « Club des Divorcés » est un petit bar à Ginza géré par Yukô, jeune femme de 25 ans, divorcée. Elle devient la « mama » du bar après son divorce afin de subvenir aux besoins de sa petite fille de trois ans. Dans cette série en deux tomes, on découvre le quotidien difficile d’une hôtesse, patronne et femme divorcée dans le Japon des années 70.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Novembre 2015
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Le Club des divorcés
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

17/03/2016 | Erik
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Je n'ai pas réussi à rentrer dans ce manga. Le titre de la série m'intriguait et au final je ne vois qu'une suite d'histoires son intérêt mettant en vedette un personnage principal peu charismatique. J'ai abandonné au cours du premier tome. Il y a quelques scènes qui m'ont un peu intéressé, mais globalement j'ai lu ce manga dans une certaine indifférence. Il faut dire que le sujet du divorce et les bars ne m'intéressent pas du tout. Il y a tout de même un certain intérêt sociologique et historique qui risque de plaire à certains. J'aime bien le dessin et la préface qui explique le divorce au Japon est beaucoup plus passionnant à lire que le manga lui-même.

29/01/2017 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Le club des divorcés raconte la vie d’une jeune divorcée dans le Japon des années 70. Cette société a connu assez rapidement la possibilité de rompre les liens du mariage à savoir dans la deuxième moitié du XIXème siècle mais le mouvement s’est poursuivi pour en faire une sorte de marque d’infamie pour les femmes. Le club des divorcés est un café où tous les divorcés ont le droit de boire un verre le soir après leur travail afin de noyer leur chagrin ou leur honte. C’est un lieu convivial propice aux rencontres mais surtout au partage d’expériences. Ainsi, on devine aux motifs de séparations qui peuvent variés. Pour les femmes, c’est prioritairement le manque d’argent et accessoirement la perte du lien amoureux. Pour les hommes, cela peut être l’appétence sexuelle ou les beaux-parents. Objectivement, cette bd sur ce tabou de la société nippone n’est pas à bannir. En ce qui me concerne, je ne suis pas entré dans le sujet car peu concerné. Je n’ai pas non plus aimé cette femme Yuko qui n’hésite pas à balancer un ballon du haut d’un immeuble en provoquant un accident de la route. Oui, j’ai eu peu de sympathie alors que l’auteur voulait sans doute l’inverse pour la montrer un peu espiègle. Ma morale et mes valeurs sont sans doute sans concession pour ce genre de divagation. Certes, les hôtesses de bar ont également des conditions de vie difficiles. Sinon, juste un mot sur l’auteur Kazuo Kamimura qui est un grand mangaka au Japon mort prématurément à 48 ans en 1986. Il est l’auteur de La Plaine du Kanto mais également de l’œuvre qui m’avait un peu ému par sa nostalgie à savoir Lorsque nous vivions ensemble. On est loin de l’action. On est dans l’introspection d’un être humain avec ses douleurs intimes vives. J’ai aimé par contre ces critiques contre l’aspect conservateur de la société japonaise des années 70. Et puis, on a plaisir à suivre la relation qu’entretient Yuko avec son barman.

17/03/2016 (modifier)