J'ai tué Philippe II de Macédoine

Note: 3.2/5
(3.2/5 pour 5 avis)

Les débuts d'Alexandre le grand.


Au temps de la Grèce Antique La BD au féminin

Philippe II de Macédoine prend une 7ème épouse. Mais Alexandre son fils héritier se sent en danger. Si un autre fils héritier naissait de cette union?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Septembre 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série J'ai tué Philippe II de Macédoine
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

07/10/2015 | Canarde
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Une tragédie grecque bien dans le fil de la tradition, ne manque ici que l'inceste quoique, il me semble bien que le tonton ait des vues sur sa nièce. Autres temps, autres mœurs! J'ai appris des choses en lisant cette bd et c'est bien le principal. Dans cette histoire familiale qui vaudrait à ses membres une rude mesure d'aide éducative et un fort soutien psychologique, il faut dire qu'il y a de quoi s'y perdre. Qui aime qui ? Qui veut la mort de qui ? Chapeau à Isabelle Dethan qui arrive à nous rendre les choses limpides. Quelques pages suffisent en effet à se plonger dans le bain et après il n'y a plus qu'à se laisser emporter par les évènements. J'aime beaucoup le dessin qui s'inspire de la statuaire grecque sans être ostentatoire mais c'est surtout la colorisation que j'apprécie particulièrement. Sans être un fan absolu d'Alexandre cette BD me semble être un bon moyen d'aborder le personnage avant d'aller voir une biographie de la suite des exploits (oublions le pauvre Colin Farrell).

05/10/2016 (modifier)
Par Mitch
Note: 4/5

Fan absolu du magnifique dessin d'Isabelle Dethan et de l'épopée d'Alexandre le Grand, j'ai dévoré cet album. A mon sens, cette BD est la meilleure qui ait jamais été réalisée sur le jeune conquérant, jusqu'ici. Résumer l'ensemble de l'oeuvre d'Alexandre sur une cinquantaine de pages seulement, comme plusieurs auteurs de BD l'ont tenté auparavant, n'a pas beaucoup de sens. Ici, on n'a heureusement pas ce problème de narration accélérée: on s'intéresse uniquement aux circonstances qui ont amené le Macédonien à prendre la couronne de son royaume. Au final, je regrette que cet album ne soit qu'un one-shot. J'attends avec impatience les prochaines BD liées à l'Antiquité réalisées par l'auteure.

16/08/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai plutôt été conquis par ce titre. On retrouve l'excellente mais rare Isabelle Dethan aux commandes de cet album qui fait partie d'une série concept plus large. La thématique est intéressante car elle met en valeur les assassins d'illustres personnes qui ont marqué l'Histoire. En fait, j'ignorais totalement qui était Philippe II de Macédoine. En effet, c'est le père d'Alexandre le Grand qui n'était d'ailleurs pas tendre avec son fils. Cette bd permet de réparer certaines lacunes historiques. Ce roi Philippe n'était de toute façon pas très sympathique et on ne pleurera pas sa mort. La lecture a été très agréable car le récit est bien construit. La fin est un peu spéciale car elle arrive trop vite. Le dessin de l'auteure en couleur directe m'est toujours aussi plaisant. On se rend compte que l'Histoire est parsemée de faits hasardeux qui peuvent construire des destinées. Sans cette mort, Alexandre n'aurait jamais pu conquérir le Monde et marquer son nom dans l'Histoire. A qui profite le crime ?

02/01/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Je pensais que j'allais m'ennuyer en lisant cet album, car s'étendre sur la cruauté, les beuveries et les coucheries du père d'Alexandre le Grand ne m'attirait pas spécialement... mais pas du tout. Finalement, en me documentant j'ai appris des trucs intéressants sur Philippe II de Macédoine, et cette lecture fut loin d'être morne. Isabelle Dethan, habituée à l'Antiquité (Sur les Terres d'Horus, Les Ombres du Styx...), livre un bel album peut-être plus soigné graphiquement, et surtout elle brode sur les légendes, car on ne sait pas tout avec certitude ; elle évoque non seulement le roi Philippe mais aussi plusieurs autres acteurs de son entourage, dont Alexandre bien-sûr, encore jeune, ses soeurs, sa mère Olympias (et ses serpents), les épouses dont Cléopatre fut la dernière (ne pas se méprendre avec la reine d'Egypte que l'on connait, ce fut le nom de plusieurs reines de Macédoine), et quelques autres comme ce fameux Perdicas qui aurait été un instrument et un bras armé pour se débarrasser d'un roi devenu gênant pour son fils. Il ne faut pas le confondre lui aussi avec d'autres Perdiccas, ce fut le nom de plusieurs rois de Macédoine du VIIIème siècle au IIème siècle avant J.C., et surtout le nom d'un des plus fameux généraux d'Alexandre dont la cruauté et la perfidie firent des ravages à sa mort lors des luttes entre les diadoques.. Encore une fois, tous ces personnages présentés furent-ils réels et les faits proposés sont-ils le reflet d'une vérité historique ? C'est donc sur une hypothèse très plausible que Isabelle Dethan décide de jouer, avec un fond très politique, car elle démontre habilement les complots, jeux de pouvoir, jalousies et rancoeurs qui conduisent à l'assassinat de Philippe. Tout est clair et bien élaboré, comme dans une véritable tragédie grecque, et finalement je me suis régalé avec cet album qui tente une relecture à peu près conforme à la réalité antique. Le dessin est classique et agréable à l'oeil, plus soigné sur les décors grecs que sur les personnages. A noter en fin d'album, des pages succinctes d'annexe qui renseignent sur le destin des acteurs vus dans cette Bd. Un bon album.

23/12/2015 (modifier)
Par Canarde
Note: 3/5
L'avatar du posteur Canarde

Une tragédie antique d'un grand classicisme. C'est le moment où la période hellénistique va s'ouvrir, la jeunesse d'Alexandre le Grand. Évidement, c'est surtout un drame de la jalousie plutôt qu'un cours d'histoire. Il n'est pas fait mention d'Aristote par exemple. Au moment où l'empereur Philipe prend une 7ème épouse, la mère d'Alexandre, Olympias (4ème épouse) et son fils vont s'allier à un troisième larron pour s'assurer de l'héritage de Philippe II de Macédoine. C'est rondement mené, les dessins d'Isabelle Dethan sont très gracieux et agréablement aquarellés. On s'identifie aux personnages, la beauté du jeune Alexandre est très fidèle aux sculptures d'époque. Distrayant.

07/10/2015 (modifier)