Six-Gun Gorilla

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Un Gorille. Deux 6 coups. Un Bleu... et quelques rebondissements :)


Les Singes

Au XXIIe siècle, dans un monde étrange colonisé par les humains, une guerre sanglante fait rage. Bleu-3425, un ancien bibliothécaire, s’engage dans l’armée après une douloureuse rupture. Son unique obsession est de mourir dignement sur le champ de bataille. Mais sa rencontre avec un gorille vagabond as de la gâchette va contrarier ses plans. D’où vient cet étrange personnage ? Pourquoi cherche-t-il à l’aider ? Ensemble, ils partent à travers les plaines sauvages à la rencontre de leurs destins.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 17 Avril 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Six-Gun Gorilla
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

22/05/2015 | PAco
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

D'après le 4ème de couverture, c'est un étrange mélange de western fantastique et de SF rétro ? Oui c'est vrai que ce comics complètement barré est étrange et très accrocheur sans oublier d'être drôle. Déjà c'est l'avis joliment argumenté de Paco qui m'a interpellé, aussi quand j'ai vu ce petit ouvrage dans ma médiathèque locale, je me suis rué dessus. J'en suis ressorti mitigé. Certes, c'est une vision très critique de la société américaine actuelle, car sous cette histoire de science-fiction fantaisiste, transpirent des préoccupations bien contemporaines. L'influence grandissante des médias est encore en ligne de mire, avec ces émissions affligeantes, sa télé-poubelle, ces chaînes qui flattent les bas instincts... Mais il y a aussi les plans secrets de ceux qui nous gouvernent, l'embourbement volontaire des conflits, les états-majors incompétents qui ne font que jacter, le contournement de la démocratie... tout ceci s'ajoute au pouvoir de la télé sur les masses. Alors oui, on a des situations destroy, des fusillades hard et des étripages divers, sans compter le personnage de bibliothécaire dépressif qui joue le grain de sable faisant déraper les rouages bien huilés du pouvoir et d'une gigantesque machine à distraire les foules. Mais il y a surtout ce gorille surgi de nulle part avec son six-coups qui donne au récit le souffle nécessaire, bref ce quadrumane solitaire imperturbable a un potentiel assez jouissif, et certains dialogues sont amusants. Mais finalement, tout ça s'annihile par le gros truc qui me dérange : c'est le dessin qui n'est pas joli et qui ne correspond pas du tout à ma conception d'un comics clean, c'est du comics moderne, donc différent de ceux que je lisais il y a 30 ans, avec un graphisme plus léché. Mais même aujourd'hui, j'ai vu ailleurs du dessin de comics beaucoup plus esthétique, donc j'ai beaucoup de mal avec ce dessin, et la couverture agressive de Ramon Perez est trompeuse ; non seulement elle donne le ton délirant de l'ensemble, mais le dessin m'aurait mieux convenu. Dommage, il y a de bons trucs dans tout ça et je ne regrette pas ma lecture quand même.

22/04/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Yannou D. Yannou

Contrairement aux avis précédents je trouve que cette bd se positionne comme imaginative alors que son imaginaire est pauvre et assez convenu. Par ailleurs certaines planches sont vraiment faites à la truelle et je trouve que le dessinateur n'a pas le niveau pour que ça passe bien malgré tout. Reste le personnage du gorille banditos qui est très stylé. Il fallait juste s'en tenir à lui et nous écrire quelques aventures délirantes ! Au lieu de ça on a un pseudo scénario déjà vu et un peu pompeux avec un blondinet qui s'initie..mouais... Dans le style imaginatif, drôle et déjanté je conseillerai plus tôt Umbrella Academy de Gerard Way et Gabriel Ba.

12/03/2016 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur sloane

Allez hop! Comme mon précédent camarade je ne vais que vous louer ce petit bijou de délire, de coups de gun en pleine face mais qui néanmoins sait garder le cap et ne nous perd jamais. J'aurais pu faire un bête copier coller de l'avis de PAco. Sachez que cette histoire est hautement jubilatoire, le monde dans lequel les personnages évoluent réserve de bonnes et belles surprises: le brasier, les enroncets (sorte de plantes carnivores), les fleurs de quartz. Hormis le côté je dégomme à tout va, il y a ici ou là, quelques réflexions bien senties sur le pouvoir des médias, l'abêtissement de foules et la manipulation qui sont plutôt pas mal. Mais attention pas de prise de tête, énormément de fun, de l'action, un récit bien construit et quelques cases plus qu'agréables à regarder. Le bougre d'avant ayant perdu toutes ses ratiches, il a omis de vous engager à lire et acheter ce petit concentré d'action, d'humour qui mêle la SF et le western à la Tarantino. Courez y.

04/07/2015 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur PAco

Poupouyouuuuuuu ! Y’en a qui vont encore croire que je me suis passé la moquette en intraveineuse quand je vais commencer à leur faire le topo du bousin ! Genre, c’est l’histoire d’un mec, bleubite depressivo-suicidaire, ex-bibliothécaire de son état, qui après s’être fait larguer par sa meuf’ décide d’en finir avec la life en s’engageant comme chair à canon dans un conflit sanglant dans lequel est engagé la Terre, sur un monde étrange que l’espèce humaine a colonisé. Ah oui, on est accessoirement au XXIIe siècle, et la dernière bibliothèque vient de fermer ses portes… Mais forcément, pas moyen de crever les tripes à l’air tranquille dans ce bled. Notre gus qui pensait en terminer fissa se voit sauver la mise par un gorille armé de deux six coup qui ne font pas semblant de faire mouche. Genre, le bestiau efficace et improbable, issu d’un croisement génétique entre un Clint Sergioléoné (cigare inclus dans la formule de base) et un Neo matrixien au mieux de sa forme, regard noir et poil luisant, le tout dans une enveloppe de 250kg environ, apte à vous décocher une mornifle qui vous fera regretter de ne pas avoir compté vos ratiches avant le « hajime !» que vous attendez toujours… Vous suivez encore ? Parce que ça c’était juste la mise en bouche – avec les quelques molaires qu’il doit vous rester – Meunonmeunonmeunon ! Pô de panique ! Tout se tient, même si on va voyager grave et que les annonceurs vont en avoir pour leur pognon. Ah oui, je ne vous ai pas dit non plus, on est aussi en plein jeu téléréalité… Tous les terriens connectés voient à travers le regard de notre pauvre Bleu… Bon, j’arrête de vous décourager d’avance d’un album complètement déjanté, truffé de bonnes idées, de références et de délires assumés, le tout servi sur un oneshot - 2x6coups- qui tient malgré tout cela complètement la route et vous embarque sans escale ni vous laisser le temps d’aller pisser un bol. C’est de l’excellent western coupé SF (ou vice versa ?), tiré façon roquette qu’on nous tire pleine poire et qu’il n’est pas la peine d’essayer d’esquiver. On ouvre grand la gueule (sans les dents ça passe tout seul) et on digère comme on peut. Un peu d’appétit pour ce genre d’OVNI, un brin de curiosité chemisé kevlar et une grosse envie de prendre cher facilitent le transit. En tout cas, pas le temps de s’ennuyer entre ce récit dynamité et le dessin de Jeff Strokely qui nous distillent une narration survitaminée qui malgré la richesse de l’histoire et les méandres de cet univers complexe nous accroche du début à la fin. Cela tient aussi énormément à la force des personnages que les auteurs nous proposent. Bref, vous l’aurez compris, gros coup de cœur pour cet album qui envoie du lourd ! J’fais tourner ?

22/05/2015 (modifier)