Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Freaks' Squeele - Masiko

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Une recueil de 3 histoires retraçant le peu qu'on sait sur la terrible Masiko...


Gobelins, l'École de l'Image Label 619 Spin-off

Trois histoires, trois scenarii de série Z avec une matrone des triades aussi dangereuse que sexy, des vampires mexicains phallocrates et enfin une biographie mafieuse à même la peau. Trois histoires, une héroïne. À la fois madone à l’enfant et femme-enfant, Masiko fait tout ce qu’elle peut pour élever seule, sa fille Xiong-Mao (Freaks’ Squeele) dans un monde de brutes. Heureusement la jeune maman est généreusement équipée pour dézinguer du vilain, dans un grand hommage à la “sex and fury” des années 70.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Freaks' Squeele - Masiko
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

20/03/2015 | PAco
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai bien aimé la première nouvelle sur Masiko, la tueuse légendaire, mais un peu moins les deux suivantes. Il faut dire que la dernière n'est qu'une compilation de portraits illustratifs avec une narration tout à fait pesante. Cependant, graphiquement, c'est beaucoup de bonheur pour les amateurs du genre. Au final, c'est pas mal mais ce n'est pas une réussite car un certain déséquilibre est perceptible. Il est vrai que l'héroïne portant son bébé sur le dos est une sacrée combattante. Maintenant, les mères de famille seront certainement assez offusquées car quand on a la responsabilité d'un être aussi fragile, on ne combat pas les triades comme si de rien n'était. C'est parfois violent et trash.

18/07/2019 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Oui, bon, peut-être que c'est un peu exagéré de mettre 4 ... Mais soyons honnête, les deux premières histoires (bien qu'ayant déjà été visibles dans Doggybags) sont tout de même très sympathiques à relire et collent bien à l'ensemble de l'univers de Freak's Squeele. On y retrouve avec plaisir Masiko et ses lames de choc pour des combats dantesques. C'est divertissant et toujours plaisant à lire. Et bien dessiné en plus. Mais c'est surtout pour la troisième partie que cette BD vaut le coup : un dessin sans pareil qui évolue progressivement, dans une mise en scène très inspirée. L'auteur nous présente Masiko du point de vue du père de Petit Panda, et c'est tout bonnement enchanteur. On sent toute la volonté de Florent Maudoux de retransmettre la beauté et le charme de cette tueuse. C'est époustouflant ! Une BD qui reste dans l'idée de la série Freak's Squeele et qui n'a sans doute pas un intérêt immense si vous ne la connaissez pas. Mais sinon, franchement, ça vaut le coup d'oeil. Surtout le coup d'oeil.

18/02/2018 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Voilà que Fabien Maudoux remet le couvert pour sortir chez Ankama, fidèle au Label 619, un album regroupant 3 récits sur Masiko, la belle mais ô combien dangereuse mère de "Petit Panda", que certains auront sans doute découvert dans l'excellente série Freaks' Squeele. Le plus indéniable de cette collection reste sans conteste le soin apporté à l'objet. Et celui-ci ne déroge pas à la règle. Couverture magnifique, le talent de Maudoux se prolongeant sans mauvaise surprise à l'intérieur. Le seul reproche que l'on pourrait faire tient au fait que deux des récits sont issus de publications antérieures dans la série Doggybags du même éditeur, et que les lecteurs (comme moi ?) qui n'y auraient pas pris garde pourraient être un brin déçu. Mais ne boudons pas notre plaisir car, le dernier récit, qui tient pratiquement plus de l'illustration puisqu'il s'agit d'un récit composé sur le corps de la belle et des tatouages qui vont nous conter des bribes de sa vie à travers le regard du père de Petit Panda, leur fille. C'est juste magnifique. Maudoux s'amuse (ou se torture ?) à nous dessiner ce corps dans des cadrages et des angles ambitieux pour nous révéler les tatouages qui vont finir par vêtir ce corps... Un album qui ne pourra que ravir les amoureux du personnage et du genre.

20/03/2015 (modifier)