les Inoxydables

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Imaginée par Victor Mora, Illustrée par Antonio Parras, cette série mêlant aventure et humour débute dans "Charlie Mensuel" en 1982, et se poursuit dans "Pilote" et "Charlie". Dargaud editera les histoire sous forme d'albums de 1984 à 1989


1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Auteurs espagnols BDs oubliées Charlie Mensuel Gangsters [USA] - Middle West

Dans les années 20, Chicago est tout entière régie par le gangstérisme. Dans cette ambiance survoltée quelques voix s’élèvent, au rang des-quelles se distingue celle du patron du quotidien The Clarion. Bien mal lui en prend puisqu’il meurt assassiné. Mark, un chroniqueur mondain dudit journal, bien de sa personne et cultivé, fait la connaissance dans ces circonstances dramatiques avec Golo, un homme de main un peu fruste à la solde d’un gang sordide. Après moult péripéties, Mark et Golo deviennent les meilleurs amis du monde. Tout cela n’est pas véritablement du goût de la pègre, et le duo doit rapidement partir à la recherche d’un endroit plus paisible...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1984
Statut histoire Série terminée 5 tomes parus
Couverture de la série les Inoxydables
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

07/08/2001 | Pedro
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

J'ai découvert cette bande en N/B dans Charlie Mensuel vers 1982-83 ; c'est une série très rythmée qui va à 100 à l'heure, et pleine d'humour, avec un zeste d'érotisme conforme aux Bd du début des années 80 dans ce journal. Véritable référence aux Incorruptibles par son titre et son décor de Prohibition dans l'Amérique des années 20 (les fameuses "roaring twenties"), la série affiche un ton pas toujours sérieux qui est très plaisant, les scénarios de Mora étant plein de fantaisie. L'époque est à peu près la même que celle de Les Mystères de Chinatown, précédente série de Parras, et la colorisation y est aussi chargée, sauf que là, c'est pas vu du côté d'un privé, mais du côté des gangsters, des bootleggers et des aventuriers dépassés par les événements que sont les 2 héros, qui subissent l'action plus qu'ils ne la créent. Parras dynamise son trait, il est plus nerveux mais aussi épais que dans ses autres créations, et dessine des filles superbes pour un cocktail action/humour très réussi. De l'excellente lecture de détente passée à l'époque (presque) injustement inaperçue. Les 5 albums sont assez faciles à trouver en occase.

16/02/2014 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Le Chicago des années 20... une période que j'aime bien... Le gangstérisme y a la cote, malheureusement. Un patron d'édition se fait assassiner. Un chroniqueur et un homme de main à la solde d'un gang qui vont devenir de bons copains ; un duo qui ne va pas plaire à la pègre.... Ainsi débute une série assez décoiffante. Nos "inoxydables" font leur entrée pétaradante dans Charlie Mensuel n° 9 de Décembre 1982. C'est dans le Pilote mensuel, n° 33, de Février 1989 qu'ils refermeront sept années de dur labeur. Bonne série qui, dans une époque souvent visitée par les scénaristes et dessinateurs, mêle ici -et d'une façon très habile- aventures et humour. Ce duo me fait un peu penser, d'ailleurs, au "Gringos" de Palacios (l'époque étant néanmoins différente). Les scénarios ?... De solides histoires de gangsters, bien construites, pour lesquelles il ne faut pas se prendre trop la tête. Linéaires dans chacun de leurs postulats, elles font la part belle à l'action pure, relativisant parfois les états d'âmes des intervenants. Le dessin ?... Un graphisme réaliste, au trait puissant ; une mise en page "pétante de santé" qui éclate les cases. Bonne lisibilité d'ensemble ; même si parfois les couleurs en "mettent" un peu trop. Série pas trop connue. Dommage, car j'y ai passé de bons moments d'une lecture agréable.

24/11/2006 (modifier)
Par Pedro
Note: 4/5

Le dessin de Parras rend ces albums très rythmés et met bien en valeur un scénario riche en rebondissements. On a là de vrai stories board pour le cinéma. Les couvertures des albums ne sont-elles pas de vrai affiches de cinéma. Cette série mérite vraiment d’être relue, ou rapidement découverte si vous ne la connaissez pas encore. Le problème c’est qu’on ne la trouve qu’en occasion car elle n’a pas été rééditée depuis plus de dix ans. Alors bonne recherche si vous ne la possédez pas, cela vaut le "coût" de la trouver.

07/08/2001 (modifier)