Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les Enfants de Saphir (Futago no Kishi)

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Il était une fois, un roi et une reine qui avaient deux jumeaux...


J'ai changé de sexe Jumeaux, jumelles Kodansha Shojo Tezuka

Il étaient une fois, un roi et une reine qui avaient deux jumeaux. Un jour le garçon est enlevé par un méchant Duc qui souhaite prendre le trône. Évidemment il va perdre l'enfant mâle en forêt. Une biche passe par là, une fée passe par là, une gitane passe par là... Pour cacher cette disparition, le roi et le reine, décide d'habiller les jours paires leur fille en princesse et les jours impairs en prince...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Enfants de Saphir

08/11/2014 | Canarde
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Déjà à la base je n'étais pas fan de Princesse Saphir (quoique je devrais peut-être relire cette série un jour), mais comme je suis fan de Tezuka j'ai envie de lire le plus possible son oeuvre j'ai fini par lire cette suite. Il y a des bonnes idées dans ce conte (j'aime bien que le prince se fasses kidnapper et du coup sa jumelle doit jouer les deux rôles durant des années), le dessin est dynamique et mignon et c'est remplis de rebondissements. Malheureusement, le ton est trop enfantin pour un vieux con comme moi. Je n'ai pas réussit à trouver le récit sympathique à lire et j'ai même fini par m'ennuyer. Au final, c'est une lecture parfaite pour un enfant qui aime bien les contes.

03/03/2018 (MAJ le 03/03/2018) (modifier)
Par Canarde
Note: 3/5
L'avatar du posteur Canarde

C'est un vrai conte de fée. Je suis tombée dessus par hasard à la bibliothèque, dans le rayon adulte, mais je suis encore embarrassée pour le caser : les enfants sont-ils encore intéressés par les rois, les princes, les fées et les biches ? Le dessin en noir et blanc est peu réaliste. Les visages sont rondouillards pour les bons et pointus pour les méchants, avec une sorte de plaisir à retourner aux stéréotypes de notre enfance. On imagine le scénariste en train de raconter son histoire et de rajouter à chaque fois le cliché qui manquait, comme on apporte le gâteau d'anniversaire : avec le sentiment d'accomplir le rituel parfait. Je suis étonnée moi-même du plaisir que j'ai eu à tourner les pages de ce conte où les jumeaux, les fées, les sorcières, les châteaux et les forêts profondes sont parfaitement ficelés pour nous prendre dans un suspens inattendu.

08/11/2014 (modifier)