Sillage - Premières armes

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Entraînement drastique et départ en trombe, Nävis, entourée de ses amis anxieux et fiers à la fois, se prépare pour son grand jour. Elle vient d'être sélectionnée, avec d'autres agents en herbe, pour servir Sillage.


Ecole Emile Cohl Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc, Bruxelles Jean-David Morvan Sillage Spin-off

Entraînement drastique et départ en trombe, Nävis, entourée de ses amis anxieux et fiers à la fois, se prépare pour son grand jour. Elle vient d'être sélectionnée, avec d'autres agents en herbe, pour servir Sillage. Leur mission, qui fera office d'évaluation : contrôler le bon déroulement des élections sur une planète au contexte politique trouble. A priori, une mission de routine. A priori... Série spin-off se déroulant entre les tomes 2 et 3 de "Sillage".

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 11 Juin 2014
Statut histoire Une histoire par tome 1 tome paru
Couverture de la série Sillage - Premières armes
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

16/10/2014 | Ro
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Il est vrai que je déteste les déclinaisons à but essentiellement commerciales. Sillage a déjà connu Navis ou encore ses fameuses chroniques qui n'ont d'ailleurs pas défrayé la chronique. Bref, les précédents spin-off avaient moyennement convaincu le lectorat. Quelques années plus tard, on remet le couvert car c'est à nouveau un effet de mode avec les séries qui fonctionne. On se situe entre le tome 2 et le tome 3 mais on notera des références avec le tome 7 ce qui nous fait perdre un peu nos repères chronologiques. Bref, ce n'est pas exact. Sur la forme, c'est bien dessinée et parfois mieux que sur la série mère notamment au niveau des personnages et des détails. Le style graphique s'apparente un peu au manga. Un autre avantage est celui de lire une histoire indépendante et non à suivre. L'efficacité sera de mise. Le contexte politique sera également bien expliqué avec ce référendum qui en rappelle d'autre. On retrouve de l'humour et de l'action, un peu comme au début de la saga culte. Si l'objectif était de renouer avec les débuts, c'est plutôt réussi.

11/11/2014 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Ces Premières armes se déroulent, pour le moment, entre les albums 2 et 3 de la série Sillage. On y suit les premières missions de Nävis en tant qu'agent de la Constituante. Ce concept fait un petit peu doublon avec l'autre spin-off de la série, Les Chroniques de Sillage, mais elle s'en distingue par le fait de raconter de grandes histoires en un tome et à priori de proposer un suivi de ces aventures tout en les intégrant soigneusement à l'univers de Sillage. Finalement, ça aurait tout aussi bien pu être des tomes parmi d'autres de la série Sillage, à part que ce n'est pas Buchet au dessin et que leur récit se passe moins loin dans la chronologie que là où en est rendue la série mère à l'heure actuelle. Le dessinateur choisi par Morvan et Buchet est Pierre-Mony Chan. Il fait preuve d'un graphisme très soigné et maîtrisé, c'est du beau boulot de pro. Je ne suis cependant pas tombé sous son charme pour deux raisons. D'abord, il y a une influence asiatique dans le trait dont je ne suis pas fan. Elle se retrouve dans les expressions des visages et dans le regard de Nävis qui m'a parfois donné la légère impression d'avoir les yeux bridés. Ensuite il y a la colorisation qui est très informatique, un peu froide et qui me donne l'impression que les planches manquent de profondeur et de contraste. Bref, il y a de très bonnes bases techniques, mais par goût personnel, je trouve qu'il y a encore une marge de progrès au niveau du dessin. Le scénario, quant à lui, est plutôt bon sans sortir véritablement des sentiers battus. On est dans du pur Sillage, avec une aventure un peu alambiquée où, comme on s'en doute dès le départ, la situation est plus compliquée qu'on l'imagine, et où Morvan en profite comme à son habitude à passer des messages d'actualité, comme le contexte de ce premier tome qui parle de manière très peu déguisée de la mondialisation capitaliste et de son impact sur la société. Rien de bien nouveau mais un divertissement bien mené que les fans apprécieront.

16/10/2014 (modifier)