Hollywood Killer

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Devenu une star lorsqu'il était enfant, Richie Reese a bien grandi. Pour compenser une célébrité oubliée, il est devenu tueur à gages. Une mise en bouche prometteuse, servie par les dessins assez incroyables de l'argentin Ariel Olivetti.


Los Angeles Tueurs à gages

Richie Reese vit depuis son enfance dans la célébrité. Son apparition sur une boîte de céréales a fait de lui une icône populaire. Mais en grandissant, ses centres d'intérêt ont clairement changé. Lors d'une émission-confession, Richie évoque à son confesseur d'un soir, que la célébrité est comme une drogue et qu'il lui a fallu du temps pour surmonter une carrière en berne et surtout une nouvelle passion. En plein direct, il sort une arme et abat son vis à vis de deux balles. Content de lui, il repart tranquillement, la panique ayant provoquée la fuite des personnels présents dans le studio. Une bien belle publicité. Richie est devenu un tueur à gages et sa formation auprès de la mafia d'Hollywood lui vaut d'exécuter moult missions. Le lendemain, Charlie, l'un de ses commanditaires, le sollicite pour se débarrasser de Molly Hines, une comptable chargée de blanchir une belle somme d'argent mais... qui a disparu avec le fric. Le pire est que les quelques informations dont il dispose laissent à penser qu'il s'agirait d'un agent triple...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Juin 2013
Statut histoire Série abandonnée (2 albums prévus à l'origine) 1 tome paru
Couverture de la série Hollywood Killer
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

11/08/2014 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Etre un enfant star à Hollywood n'a pas que du bon. La preuve, celui-ci termine tueur en série mais toujours sous les projecteurs. Autant faire les choses en direct. A vrai dire, cet acteur raté veut attirer l'attention et obtenir la reconnaissance de ses pairs. Pour cela, il faudra passer par la case mafia. Le cadrage du dessin est audacieux et dynamique car il met en valeur une approche très cinématographique des scènes. J'ai bien aimé également la colorisation. Je regrette juste un graphisme un peu figé. Le fond sera beaucoup plus critiquable sur cette apologie de la violence. L'intrigue va se corser au beau milieu et cela perdra un peu de sa crédibilité. Certes, cela reste une création tout à fait original à découvrir. Cependant, ce tueur a du mal à nous convaincre.

11/08/2014 (modifier)