Hedge Fund

Note: 3.56/5
(3.56/5 pour 9 avis)

Hedge Fund raconte l'ascension de Franck Carvale, petit courtier en assurance, jusqu'au plus haut niveau de la finance internationale.


Thrillers financiers

Hedge Fund raconte l'ascension de Franck Carvale, petit courtier en assurance, jusqu'au plus haut niveau de la finance internationale. De Hong Kong à New York, piloté à son insu par un mentor en quête de vengeance, sera-t-il l'instrument de la chute planifiée de l'économie mondiale ?

Scénaristes
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 17 Janvier 2014
Statut histoire Série terminée (3 cycles distincts dont le dernier est conclusif) 7 tomes parus
Couverture de la série Hedge Fund © Le Lombard 2014

21/01/2014 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Hedge Fund est une série en sept tomes qui peut se décomposer en trois cycles distincts. Dans le premier cycle, nous allons assister à l’ascension et à la déchéance d’une jeune traider manipulé par un vieux briscard sur fond de crise des subprimes. Ce premier cycle est exceptionnel par sa capacité à nous faire comprendre les mécanismes financiers complexes à l’origine de cette crise. Même pour qui, comme moi, ne s’intéresse que de loin aux mécanismes boursiers, les explications livrées ici sont d’une grande clarté et, cerise sur le gâteau, glissées au cœur du récit sans que celui-ci n’en devienne lourdingue. L’aspect thriller financier reste toujours en avant et nous tient en haleine. Le deuxième cycle nous emmène en Afrique pour une intrigue qui mêle géopolitique et jeux boursiers. C’est à nouveau très intéressant car l’intrigue semble très crédible et nous explique certaines techniques boursières employées par des pays influents pour, justement, imposer leur vision au reste du monde. A niveau de la fiction, la fin de ce deuxième cycle m’est apparue un peu facile, d’où le sentiment que ce deuxième cycle est un cran plus bas que le premier. Mais les personnages mûrissent et les rapports de force évoluent, du coup, on n’est pas dans une redite du premier cycle mais bien dans un récit en constante évolution. Une constante évolution qui se confirme dans le troisième cycle, cycle qui nous embarque en Chine pour un final dévastateur. Ce troisième cycle est totalement cohérent avec les deux précédents et en est vraiment la suite directe. Ne pensez donc pas lire ces cycles dans un autre ordre que celui de leur date de parution, ça ne fonctionnerait pas. J’ai beaucoup aimé le final de ce cycle et, à nouveau, les aspects techniques de cette intrigue mêlant géopolitique et jeux boursiers sont clairement expliqués. Par-delà l’aspect fictionnel du récit, ce qui nous est livré dans ce troisième cycle fait froid dans le dos tant tout cela semble plausible. Ces jeux de puissants sont tellement éloignés de nos vies lambda ! Pourtant elles les influencent au plus haut point et voir à quoi tiennent certains « équilibres », même s’il s’agit ici d’une fiction, donne à réfléchir sur le fonctionnement de notre société. Au final, j’ai vraiment bien aimé cette série et la relire dans son entièreté m’a permis de mieux saisir toute la cohérence de l’ensemble. Du coup, même si le premier cycle peut se suffire à lui-même, les deux derniers cycles ne me sont plus apparus comme une suite opportuniste née du succès du premier cycle mais bien comme deux parties d’un tout mis en place dès le premier tome de la série. Au niveau du dessin, je suis moins fan. Je trouve le trait de Patrick Hénaff parfois trop brut et trop dépouillé. Il donne à la série un style plus américain, qui lui convient bien dans l’esprit mais dont je ne suis pas fan. Ceci dit, c’est efficace et pas désagréable à regarder mais mon intérêt pour la série tient bien plus à son scénario ainsi qu’à la manière dont les mécanismes boursiers nous sont expliqués plutôt qu’à la beauté d’une case ou à l’originalité de la composition d’une planche. A réserver aux fans de thrillers financiers qui ne seraient pas en recherche d’un récit d’action (dans l’ensemble, cette série est assez statique) mais bien d’un récit reposant sur les techniques boursières.

21/01/2014 (MAJ le 04/01/2022) (modifier)
Par Benjie
Note: 4/5
L'avatar du posteur Benjie

Un des meilleurs thrillers financiers que j’ai lus. Le sujet aurait pu être rébarbatif, incompréhensible et le scénario statique et répétitif. Eh bien, pas du tout ! L’ensemble fonctionne très bien ! A travers le personnage de Franck Carvale, on plonge dans le monde de la finance internationale et de la crise des subprimes. Le scénario relativement didactique par moments n’est jamais indigeste. Il suffit de suivre le héros qui au début de l’histoire n’y connaît pas grand-chose pour apprendre en même temps que lui. C’est clair qu’il apprend vite, guidé par un mentor providentiel au comportement trouble et manipulateur ! Au cours des deux cycles de cette série, on assiste à son ascension, à ses erreurs, à ses déboires, à ses coups bas et à ses rebonds inespérés. Le second cycle parvient à renouveler l’intrigue et à relancer l’aventure dans une nouvelle direction. Très bien vu ! C’est plein de rebondissements, on voyage dans le monde entier sur les traces de ce jeune homme aux dents très longues et à l’intelligence vive. Petit bémol pour moi, le dessin. Les ambiances de villes sont très réussies mais moins les visages sur certaines cases.

08/08/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5
L'avatar du posteur Yann135

Voilà une énième série de la très belle collection « troisième vague ». Celle-ci se déroule dans l’univers implacable du monde de la finance. Nous suivons ainsi le chemin professionnel de Franck Carvale dans un hedge fund qui ne tarde pas à être confronté à la crise des subprimes. Il y avait deux dangers pour cette série. Le premier c’est d’être une fade copie de Largo Winch ou d’I.R.S, et le second est de grossir le trait en montrant le monde de la finance peuplé que d’hommes et de femmes avides et sans scrupule. Belle surprise au final. Tristan Roulot et Philippe Sabbah s’en sont très bien sortis en vulgarisant cet univers opaque tout en critiquant ses travers. Autre particularité à souligner, les scénaristes ont réussi le tour de force d’expliquer simplement le trading ou encore les ventes à découvert en utilisant un néophyte à s’approprier le jargon cette profession très fermée. C’est ça le talent ! Le trait de Patrick Henaff est réaliste voire classique. Beaucoup de cases très détaillées. Un petit régal pour les yeux. L’intrigue est admirable, elle est réaliste et elle tient la route. Suspens haletant dans tous les albums. De nombreux rebondissements. Des ingrédients qui font que ce thriller financier est à découvrir et pas besoin d’être un expert de la bourse pour apprécier.

09/10/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Un thriller financier qui est dans la droite ligne des fameux loups de Wall Street, Margin Call ou encore la référence Wall Street d'Oliver Stone. Certaines scènes sont frappantes de ressemblance non pas qu'il y ait plagiat, mais que ces financiers qui volent votre argent en font un usage anti-moral dans un festival de sexe et de drogue. Nous allons avoir droit à l'explication de la crise financière de 2007 et des fameux subprimes, ces produits incroyablement prometteurs. Actuellement près de 7 ans après, la France paye encore la note de cette crise surtout au niveau du chômage quand le pays instigateur s'en sort plutôt très bien. L'argent ne dort jamais dit-on. Bien que le récit soit plutôt classique avec l'ascension d'un jeune trader dans l'ombre de son mentor, il est très efficace mais surtout il explique réellement en profondeur les mécanismes de la finance internationale. J'avoue avoir été plutôt agréablement surpris par cette technicité du vocabulaire ce qui rend le tout assez réaliste. Après un premier tome à Hong-Kong, le second nous plonge directement au coeur de Wall Street en décrivant précisément la fameuse crise des subprimes qui a ruiné des millions d'américains chassés de leurs maisons. C'est également la chute pour notre trader Franck Carvale à la tête d'un fond d'investissement. On se dit que son sort est franchement mérité car son comportement avec les autres n'a rien d'exemplaire. Il rêvait de gloire mais en écrasant les autres. Finalement, il va avoir ce qu'il mérite. Point de compassion. Reste un troisième tome pour clore cette saga financière. Notre anti-héros est dans une bien mauvaise posture suite au scandale des subprimes. On ne pouvait pas tomber plus bas dans la chute d'un golden boy. Ce dernier tome marque un revirement de taille sur fond de crise de la dette grecque ayant des conséquences sur l'Europe. On comprend les motivations du mentor de Franck Carvale à savoir l'excellent Ergyu Bilaker dans cette stratégie du chaos. Cela fait froid dans le dos tant cela pourrait coller à une certaine réalité. Sous couvert de trame ayant pour thème l'économie mondiale, c'est une véritable critique du système au bord de l'explosion. Les auteurs ont mis l'accent sur le pouvoir sans limites de la finance qui pourrait renverser des Etats. Je dois dire que pour moi ce 4ème tome est plutôt une bonne surprise. Il est vrai qu’Hedge Fund se présentait au départ comme une trilogie sur la crise financière de 2007 et des fameux subprimes, ces produits incroyablement prometteurs qui se sont révélés finalement assez destructeurs. On retrouve avec plaisir le personnage de Franck Carvale, le golden boy qui a bien évolué depuis le premier tome entre arrogance et ambition. Il s’est frotté au puissant homme d’affaire Ergyu Bilaker, son mentor, qui lui a appris le métier. Il est passé également par la case prison. Mais le revoilà de retour à la tête de son puissant fond d’investissement Bright Capital. Il compte bien se refaire une virginité après s’être fait manipuler. Franck n’est plus seulement à la recherche d’un résultat financier mais il milite pour une conception différente de la finance, comme il l’explique devant un parterre de journalistes. On comprend que ces thèmes d’éthique sont plus que d’actualité. Ce tome annonce une nouvelle trilogie qui va se concentrer sur le 5ème pays le plus pauvre au monde à savoir l’Erythrée. On va apprendre plein de choses assez intéressantes sur cet état un peu méconnu de l’Occident qui est classé dernier en termes de respect des droits de l’homme. Le président dictateur aurait mis tout un peuple en esclavage. Franck va se rendre sur place avec cette héritière qui rappelle étrangement Paris Hilton en version black. Sous couvert de trame ayant pour thème l’économie mondiale, il y a également un fort aspect géopolitique. On voit par exemple les chinois qui viennent investir en masse dans ces pays pauvres pour en tirer les matières premières nécessaires à leur développement. Il y a malheureusement également ce dictateur qui fait construire un palais de marbre alors que son peuple est victime de la famine. Il y a également une critique des démocraties occidentales qui ont fermé les yeux durant 30 ans de guerre de sécession qui a abouti à ce piètre résultat. En conclusion, un excellent polar financier sur les hautes sphères de la finance mondiale. Tous les coups sont permis et rien ne va plus ! Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4/5 – Note Globale : 4/5

10/11/2014 (MAJ le 25/10/2017) (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Sans l'avis élogieux de Mac Arthur je ne me serais pas intéressé à cette série. En plus je suis généralement bon client pour ce genre de récit. Une fois le premier tome terminé j'ai trouvé ça pas mal sur un certain nombre de points mais j'en attendais sans doute un peu plus. Je m'explique. Le pari des scénaristes de rendre compréhensible à tous la partie financière et tout ce qui tourne autour, les spéculations, les marchés boursiers, les actions etc. est gagné. Trop souvent dans les thrillers financiers cette partie est complexe et on s'y perd. Ici c'est effectivement l'inverse. Le héros est novice en la matière et on nous explique les tenants et les aboutissants en même temps qu'à lui, et ça fonctionne très bien. Coté intrigue on assiste en fait à la montée en puissance de notre jeune trader. Sa formation, ses premiers bons coups sur les marchés et, pour conclure ce premier tome, un gros coup d'éclat. C'est bien mais ça reste trop centré sur ces histoires de trading. Il y a bien quelques séquences sur la vie du héros, son passé et ses sorties entre amis. Mais je pense qu'il m'a manqué un coté purement polar avec un enjeux autre que "gagner de l'argent en bourse". Peut-être que cela arrivera dans les tomes suivants ? Coté dessin, on retrouve un style très approprié pour ce genre de récit et j'aime plutôt bien. Après lecture des 3 tomes J'ai bien aimé le second, où j'ai trouvé la petite dose d'intrigue qui me manquait dans le premier. Il y a enfin de l'intrigue, du complot et du coup bas pour pimenter ce récit. Ca reste toujours de la finance, accessible grâce à des explications judicieuses mais la machination contre notre jeune héros rend l'histoire un peu plus interessante. Un peu moins séduit par contre par le 3e, dans lequel le rôle du héros est trop limité. Tout tourne autour de son avocate qui va devoir le tirer d'un bien mauvais pas. Lui est cantonné au rôle de lion en cage. Après avoir explorer les méandres de la bourse, on fait un crochet par le droit des affaires et de la finance... Ca fonctionne quand même, mais je le referme un peu avec la même impression que le tome 1 : pas mal mais manque un petit frisson.

07/02/2014 (MAJ le 08/07/2016) (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Nous sommes moins du côté glamour de Largo Winch, ici c'est de véritables finances qu'il s'agit avec un décorticage des rouages d'un système qui se moque bien de l'intérêt général. La lecture n'est pas toujours évidente à moins d'être soi même un féru de la chose, cependant les auteurs font un réel effort pour que les mécanismes qui sont à l’œuvre soient expliqués le plus simplement possible. A la fermeture des deux premiers albums de cette trilogie nous avons l'impression d'avoir lu un véritable polar mais sans les ficelles habituelles de ce genre. Certes il y a des jolies filles , les mecs ne pensent qu'au fric et ce dans un état de stress incroyable mais pas de flingues ni de courses poursuite comme dans l'autre série pré-citée. Le dessin réaliste convient parfaitement; neutre mais plaisant. Avec un minimum d'effort cette série est fort instructive, elle ne réconciliera pas avec le monde de la finance, mais ce n'est pas son but, quoi qu'il en soit du bel ouvrage qui devrait trouver sa conclusion prochainement et que je lirais avec plaisir.

25/10/2015 (modifier)

Après lecture du tome 1. Une excellente série dans le monde de la finance. J'ai beaucoup aimé l'approche, à la fois très didactique, mais les manipulations font que le tout est une bonne base type thriller. Ce tome est dense, il se passe beaucoup de choses, entre la montée de notre jeune héros, sa vie privée avec ses colocs et collègues, sa vie pro avec ce magnat de la finance qui le prend sous son aile. L'intrigue est bien fichue et donne envie de suivre la série. Le dessin est classique pour ce type de série. A suivre

07/11/2014 (modifier)

Expliquer les dérives du trading au grand public n'est pas chose aisée. C'est pourtant ce que Hedge Fund tente tout de même de faire, avec en prime une première page d'introduction qui pose les bases de cette trilogie : un homme à lui seul semble avoir réussi à ruiner les plus puissants. C'est l'histoire de cet homme (pas du tout charismatique) que l'on va suivre. Il est choisi pour son peu de "talents" en tant que trader par un homme richissime et puissant pour diriger un fond d'investissement. On ne connait pas bien le pourquoi de ce choix bien curieux, mais il se trouve que le "héros" va réussir un gros coup, expliqué avec du jargon qui restera un peu nébuleux à ceux qui ne connaissent rien à la finance (c'est mon cas), bien qu'on sente le souci de simplifier au maximum les explications. L'intrigue est plutôt prenante, même lorsqu'il est difficile de suivre les explications (on se demande alors si tout ça est basé sur des choses un tant soit peu réelles, ou si c'est juste du grand n'importe quoi raconté avec talent). Je ne serais pas certain de vouloir connaître la suite de l'histoire s'il n'y avait la toute première page (celle où l'on sait qu'il a réussi à ruiner l'économie terrestre). La suite devrait donc monter en puissance. Cela sera-t-il bien ficelé, ou cela flirtera-t-il avec le ridicule ? J'avoue être un poil curieux quand même.

27/08/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Eric2Vzoul

Tiens, encore un thriller financier ? En ces temps mercantiles, la mode n'est plus à l'aventurier viril et musclé, le véritable héros est un trader au nez poudré qui manie des milliards à la bourse. Le monde des affaires a déjà servi de décor à quelques séries de BD, telles que Largo Winch, I.R.$. et ses séquelles, ou encore Secrets bancaires et Secrets bancaires USA. On pourrait s'en lasser, mais finalement, les auteurs ont une imagination débordante et parviennent à développer des récits qui nous tiennent en haleine. Il faut dire que l'oligarchie de la haute finance n'est pas en reste quand il s'agit de monter des coups tordus et que ses pratiques sont dignes des meilleures histoires de mafia. Tous ces traders qui manient des milliards virtuels fascinent par la mégalomanie, le cynisme, la malhonnêteté et le mépris d'autrui dont ils font preuve en toutes circonstances. Ils sont les Fantômas, les Olrik et les Tony Montana de notre époque. Dans Hedge Fund, nous suivons le parcours de Frank Carvale, un jeune loup des affaires, qui n'a rien de remarquable sinon son incroyable aplomb et une ambition sans limite. Ce garçon, aussi médiocre qu'inculte, est persuadé qu'il est capable d'atteindre les plus hautes sommets de la finance pour peu que quelqu'un lui donne sa chance. Un mystérieux et richissime vieillard le prend à son service et devient son mentor. Voilà notre Frankie lancé dans le grand monde… Le premier tome est le récit d'une ascension fulgurante, mais on se doute que ça va mal finir dans les deux albums suivants. L'histoire n'est pas neuve, mais l'approche fondée sur le récit du succès (et de la chute attendue) d'un trader qui n'est au départ qu'un merdaillon plutôt haïssable est bien menée. Le scénariste sait expliquer à l'aide de situations et d'exemples simples les arcanes de la finances, dont les ressorts ne paraissent finalement pas si compliqués. Par exemple, il montre à travers une scène de jeu dans un casino de Macao comment la chance ne suffit jamais à gagner et explique les principes de la spéculation à la baisse à l'aide d'une parabole de cour d'école primaire. Et du coup, j'ai tout compris ! Cette approche très pédagogique n'est pas pour rien dans l'agrément de ce premier album. Et puis il y a ce petit con prétentieux de Carvale, entre bling bling et rodomontades, qui est très antipathique. Un personnage que l'on aime détester, ça c'est fort ! Vivement la suite car j'espère qu'il va vite se casser la gueule et se retrouver en tôle entre deux culturistes en mal d'amour… Je trouve le dessin classique, propre et consciencieux, sans virtuosité particulière. Il sert correctement l'histoire. Ce n'est pas si mal, mais ce n'est pas ce qui m'attire le plus dans cet album. Pour l'instant, je mets un 3+3,5/5 à Hedge Fund, surtout parce que le scénario est bien structuré, et j'espère que l'intrigue tiendra ses promesses dans les deux prochains tomes.

27/01/2014 (modifier)