Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Mystères de la Quatrième République

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

La découverte d'un charnier dans le Lubéron met un commissaire marseillais sur la piste d'une vengeance entre miliciens et résistants. Des investigations policières méticuleuses et denses, héritées du régime de Vichy...


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Auteurs Italiens

En ce matin d'automne 1946, le commissaire de police marseillais Serge Coste passe prendre son adjoint Hautcoeur, qui habite encore avec sa maman possessive. Ils se rendent ensuite sur la parcelle de terre d'un paysan du Luberon, qui vient d'exhumer un cadavre en passant sa charrue. Dans une poche du veston, une carte de visite au nom de Daumier leur donne l'identité d'un ancien résistant, membre du Parti Communiste local. Les policiers débutent leur enquête en interrogeant ses anciens collègues de travail, puis le leader du PCF marseillais, affligé. Un courrier anonyme laconique leur parvient alors et déclenche des investigations d'une toute autre envergure : « il y a d'autres morts ». Dans les jours qui suivent, un bulldozer retourne en effet le champ et exhume sept cadavres, en tout. Il semble de plus en plus évident que ces exactions sont des règlements de compte hérités de la lutte entre résistants et miliciens sous le régime de Vichy. Après avoir entendu quelques détails de l'affaire, le responsable de Coste à l'Évêché (hôtel de police de Marseille) l'incite à étouffer l'affaire. Il est temps, selon lui, de faire table rase des sombres excès de l'épuration. C'est sans compter sur l'intégrité de Coste, qui propose à son équipe d'enquêteurs d'aller jusqu'au bout. Etant donné que les cadavres n'ont pas été tués sur place, ils se demandent pourquoi on les a enterrés là ? Les policiers orientent donc leurs recherches vers les habitants du coin, et interrogent le maire sur d'éventuels anciens miliciens. Deux noms leur sont donnés : Carnot, suicidé à la libération, et Bannier, introuvable...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Mai 2013
Statut histoire Série terminée 5 tomes parus
Couverture de la série Les Mystères de la Quatrième République
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

19/12/2013 | Erik
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 J'ai à peu près le même avis pour cette série que pour les deux autres séries de ce même scénariste qui fonctionne sur le même principe. J'aime bien la période historique et les intrigues autour de la face obscure de la France et c'est pour cette raison que j'ai lue cette série même si j'avais trouvé les deux autres séries moyennes. C'était plus fort que moi. Donc on a droit à des enquêtes qui montrent des faits historiques intéressants, mais je n'arrive pas a trouvé le tout passionnant. Je trouve l'inspecteur sans intérêt et le dessin manque de vie. Je me suis tout de même surpris apprend un certain plaisir en lisant le tome 2 qui parle d'un sujet que je connaissais peu, mais ensuite j'ai lu le tome 3 qui m'a un peu ennuyé et donc a refroidi tout envie de lire le tome 4 qui va sortir la semaine prochaine.

18/05/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Après avoir lu Les Mystères de la Cinquième République puis Les Mystères de la Troisième République, je poursuis dans ce concept échafaudé par Richelle qui commence un peu à s'user ici. Le principe est le même que dans les 2 autres séries, à savoir étudier une époque dans une durée resserrée avant, pendant ou après la guerre, à travers une enquête policière qui révèle plein de choses qui auraient parfois dû rester enfouies. En gros, ces enquêtes fort bien élaborées par le scénariste, et rondement menées, remuent sérieusement la merde et gênent plein de gens importants qui se croyaient intouchables, et qui n'hésitent pas à user de méthodes condamnables. A chaque fois, les 3 tomes s'enchaînent bien, la progression est bonne, le tout est solide et très bien documenté, la restitution d'époque est fidèle, mais à la fin de ce tome 3 (comme dans les 2 autres séries), il y a encore l'opportunité d'un tome 4, ça ne finit donc jamais, et ça commence à me lasser un peu, surtout que dans cette série, les intrigues sont très différentes et n'ont pas de lien entre elles, il y a juste une continuité à travers l'évolution des personnages, notamment le commissaire Coste qui quitte Marseille pour Paris, la naissance de son gosse etc... Je trouve donc que Richelle aurait dû s'en tenir à 3 triptyques dans chaque série pour ne pas rallonger la sauce, et encore plus dans celle-ci. Je crois que l'essentiel est dit, beaucoup de lièvres ont été soulevés, j'ai appris pas mal de choses sur ces périodes troubles d'Occupation, de collaboration, d'épuration et d'après-guerre, je n'ai pas envie que ça tire trop sur la corde. En plus, le dessin ici m'a un peu moins séduit que sur les 2 autres séries, même s'il reste bon, je le trouve un peu plus stylisé pour les personnages, mais excellent sur les voitures..

08/07/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Après avoir lu « les mystères de la Troisième République », voici ceux de la Quatrième. Là encore, il est question de ce qui s’est passé pendant l’Occupation ainsi que par la suite lors de l’épuration où des comptes ont été réglés entre miliciens et résistants. Les deux inspecteurs de police ressemblent à s’y méprendre à ceux de la précédente série concept. Cependant, leurs caractères semblent diamétralement opposés ce qui finit par les différencier. La trame est un peu la même à travers une enquête complexe. Il s’agit en l’occurrence de découvrir l’auteur d’un charnier dans le Lubéron. Là encore, l’historique semble absent au profit de l’intrigue policière. A noter que le dessinateur est différent mais que le style graphique reste le même. Rien à dire sur une colorisation impeccable. Après, il faut aimer se plonger dans les affaires policières à connotations politiques. Scénario et dialogues qui restent très classiques.

19/12/2013 (modifier)