James Joyce, l'homme de Dublin

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Evocation de la vie de l'un des plus célèbres auteurs irlandais...


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle 1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale 1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Biographies Documentaires Iles Britanniques Italie Romanciers et Monde littéraire

James Joyce est considéré comme l’un des auteurs les plus marquants du 20e siècle. Son oeuvre majeure, Ulysse, a marqué des générations de lecteurs. Alfonso Zapico, dans ce long récit très documenté, nous propose de découvrir l’homme qui se cache derrière ce monument de la littérature mondiale… et ce n’est pas triste ! (texte : Futuropolis)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Mai 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série James Joyce, l'homme de Dublin
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

20/05/2013 | Spooky
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Je ne connaissais pas du tout James Joyce (ou alors si j'ai déjà entendu parler de lui et ben je l'ai oublié) et d'ailleurs vu que l'auteur parle beaucoup de la situation politique de l'Irlande de cette époque j'ai cru que James Joyce allait devenir un politicien indépendantiste ! L'histoire de sa vie est plutôt intéressante et j'ai bien aimé plusieurs anecdotes. Malheureusement, il manque quelque chose pour rendre le tout passionnant et je dois avouer que j'ai fini par trouver ce one-shot un peu long et que certains passages étaient moins intéressants que d'autres. J'aime bien le dessin en noir et blanc qui a un style qui je trouve mélange le réalisme et le dessin plus comique (notamment au niveau des visages).

29/08/2017 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est une lecture assez longue pour décrire la vie de James Joyce, l'un des plus grands auteurs irlandais. Je dois bien avouer que je ne le connaissais pas n'étant pas un homme de lettres. On se rend vite compte que c'était une sorte de parasite qui vivait aux crochet de ses amis en étant certain de sa supériorité artistique. Pour certaines personnes, l'art justifie tout. Il s'adonnait à la boisson en dépensant sans compter et avait une vie pour le moins dissolue. Je ne juge pas mais je n'approuve pas. Ce n'est pas mon trip. Pour le reste, l'homme de Dublin va très vite quitter la capitale irlandaise pour ne plus jamais revenir dans son pays. Il parcourra l'Europe en dilettante. L'auteur a choisit la chronologie la plus simpliste ce qui rend la lecture plutôt accessible. On traverse une Europe en proie aux deux guerres mondiales. C'est assez intéressant par moment. Le style graphique est assez réaliste et expressif ce qui m'a tout à fait convenu. Le noir et blanc ne gâche rien. Bref, sur la forme, c'est assez sympa. Sur le fond, je n'ai pas éprouvé d'empathie particulière.

09/05/2015 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

James Joyce est considéré par ses concitoyens irlandais comme l'un de leurs auteurs majeurs, voire comme le plus grand. pourtant sa vie est loin d'être triste, comme le montre cette biographie dessinée. Comme nombre d'artistes, il a mis du temps à rencontrer la célébrité et le succès. Comme nombre d'entre eux, son esprit bohême, un peu frondeur, s'est parfois heurté aux réalités matérielles de son temps. Ainsi, vivant à Trieste, il a ignoré pendant quelques temps qu'une guerre, qui deviendra la première mondiale, se déroulait à quelques kilomètres... Ainsi a-t-il vécu aux crochets de sa famille, de mécènes et d'amis, au risque de se brouiller définitivement avec eux. Sa vie fut longue, riche et complexe, mais il sut se montrer inflexible quant à son oeuvre. Alfonso Zapico retranscrit bien tous ces éléments, malgré son dessin qui, je trouve, manque d'expressivité. Son style a beaucoup évolué depuis La Guerre du Professeur Bertenev, et le rapprochement d'une ligne claire un peu old school n'aide pas forcément. cependant cette lecture, un peu longue, est loin d'être inintéressante. J'imagine que les amateurs de Joyce y trouveront un bon moment.

20/05/2013 (modifier)