Cendres

Note: 3.4/5
(3.4/5 pour 5 avis)

Polly, Moho et Piter, trois amis qui se sont perdus de vue depuis plusieurs années, se retrouvent pour exaucer le vœu de Héctor, leur ami commun décédé peu de temps auparavant.


Auteurs espagnols Les week-ends entre copains Road movie

Polly, Moho et Piter, trois amis qui se sont perdus de vue depuis plusieurs années, se retrouvent pour exaucer le vœu de Héctor, leur ami commun décédé peu de temps auparavant. Dans ses dernières volontés, Héctor les a désignés pour disperser ses cendres dans un lieux mystérieux, indiqué par une croix sur une carte. Surpris et perplexes, les trois protagonistes se préparent à ce qui s’annonce comme un long et ennuyeux voyage en voiture sans se douter qu’il va vite être parsemé d’embûches, courses poursuites, rencontres inattendues, équivoques et coups de théâtre. Entre motels miteux, restoroutes et clubs de strip-tease, les trois amis devront faire face à des lutteurs de catch, trafiquants de drogue, chanteur paranoïaque et à deux hommes de main barbus dans une suite ininterrompue de rebondissements qui vont mettre leurs nerfs à rude épreuve… tout en levant peu à peu le voile sur les petits secrets des uns et des autres. Álvaro Ortiz mélange avec adresse les ingrédients classiques du road-movie en y ajoutant au bon moment les justes doses d’humour et de suspense qui insufflent à son récit un rythme soutenu mais toujours parfaitement maîtrisé. Au fil des pages, Ortiz donne vie par petites touches à des personnages authentiques et attachants, menés d’une main de maître vers le dénouement inattendu de cette aventure qui cache, en filigrane, une émouvante histoire d’amitié. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Avril 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Cendres
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

26/04/2013 | Alix
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai eu un léger sentiment de déjà-vu avec cette histoire. On y retrouve en effet le thème de trois anciens amis qui se retrouvent à l'occasion de la mort du quatrième membre de la bande qu'ils formaient étant jeunes et qui partent pour un road-movie qui va leur permettre de se retrouver et de vivre ensemble des aventures qui vont les rapprocher. Outre son graphisme assez personnel, l'album se différencie un peu quand même par l'originalité de ses personnages, aussi bien dans le background de ces fameux amis que dans celui des deux brutes qui les poursuivent. Car il y a en effet une petite touche de récit de gangsters avec deux gros bras au look de ZZ Top qui en veulent pour une raison au départ mystérieuse à l'un des trois amis. Or il s'avère au fil des tomes que la raison pour laquelle ils le poursuivent est plutôt amusante et que ces deux là se révèlent finalement assez attachants. Ah ! Et il y a aussi un singe, adopté par l'un des trois amis. Tout ça pour dire que cette histoire inclut des éléments assez originaux et amusants dans une intrigue plus classique. Associés à un graphisme clair et un peu naïf et à des couleurs doucement acidulées, cela donne une lecture légère et divertissante. Je n'ai pas toujours fortement accroché car je trouvais que les amis en question n'étaient pas des plus attachants, mais par contre j'ai plutôt bien aimé la toute fin et le fameux endroit où ils arrivent. C'est un rêve qui me parle bien.

06/02/2017 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Blue Boy

Entre thriller et roman graphique, Álvaro Ortiz nous délivre ici un « road » qui aurait pu rapidement tourner à l’ennui s’il n’avait placé quantité d’obstacles sur la route de ses personnages. Publiée en 2013, « Cendres » était sa première œuvre. L’auteur espagnol y fait déjà preuve d’une impressionnante maîtrise scénaristique. Malgré plusieurs inserts documentaires et historiques de deux pages autour du thème de l’incinération, et maints flashbacks sur le passé des protagonistes, on ne perd jamais le fil du récit. Non seulement celui-ci reste fluide, mais il est intriguant grâce au mystère entourant cet étrange jeu de piste laissé par Hector à l’intention de ses vieux amis, telle une quête du Graal semblant comme par magie maintenir entre eux trois une sorte d’unité malgré leurs dissensions. De même, les personnages, chacun avec leurs failles, sont suffisamment bien campés pour être attachants. D’ailleurs, même les « méchants » ne sont au fond pas si méchants et nous font presque rire, car il faut le préciser, l’humour est présent… Graphiquement, Álvaro Ortiz fait preuve d’une grande originalité dans la mise en page où parfois les vignettes réunies forment un plan plus large. Son « petit » dessin minimaliste force le lecteur à l’attention, exerçant sur ce dernier une certaine fascination. Il faut se rendre à l’évidence, et l’auteur le prouve : un récit aussi « cinématographique » peut parfaitement tenir dans d’aussi petites cases. L’ensemble est agrémenté de couleurs désaturées aux tons chauds, renforçant la cohérence de l’objet. Incontestablement, cette première œuvre, belle histoire d'amitié, est une réussite, laissant entrevoir chez cet auteur un talent certain pour conter des histoires humaines et atypiques bénéficiant d’un fond puissant. En somme, un auteur aussi doué pour créer des histoires que pour les mettre en scène, et ce de façon très personnelle. Est-ce en raison de la tonalité non seulement cinématographique mais aussi littéraire du livre (notamment avec une référence à Paul Auster), mais il me vient à l’esprit qu’Álvaro Ortiz mérite pleinement le qualificatif de romancier graphique. Une assertion qui se vérifie à la lecture de sa deuxième production, Murderabilia », et que Rituels, le troisième opus tout juste sorti, ne viendra pas espérons-le démentir (avis prochainement sur ces pages). Enfin, on peut féliciter, une fois encore, les Editions Rackham pour le soin apporté au tirage et à la reliure de la version 2015 (avec une très belle couverture cartonnée, celle d’origine ayant une couverture souple).

20/07/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un road movie sympathique et bien construit. Je trouve que ce one-shot a de bonnes idées et des personnages attachants, mais pour je ne sais quelle raison je n'ai jamais été capable de trouver l'histoire passionnante. Je reconnais que c'est bien construit, que la narration est bien maitrisée et que cela se lit plutôt vite pour une histoire de plus de 180 pages, mais à aucun moment j'avais une envie folle de connaitre la suite et de savoir comment cela va se terminer. Cela fait passer le temps sans plus. Le dessin est sympathique. J'aime bien les couleurs et la tête des personnages.

12/05/2015 (modifier)

(3.5/5) Un petit one shot bien sympathique, original dans la construction du récit, entrecoupé de petits intermèdes divertissants, reprenant le passé de certains personnages comme le petit singe, par exemple. L'histoire est originale et on ne sait jamais trop dans quelle direction l'auteur va nous faire virer. La présentation initiale de l'ouvrage dans les premières pages est assez fidèle à ce que vous pourrez lire ici: pleins de personnages divers et variés, pleins de situations différentes à partir d'un même fil conducteur, à savoir le road trip de trois potes autour du testament d'un quatrième larron hélas décédé... Le graphisme est assez naïf, pas très recherché, peu détaillé, mais ça ne m'a pas dérangé le moins du monde. Le papier est à grain, ce que j'adore, et les couleurs, pastelles. Certains aimeront sûrement, d'autres moins. La lecture a été plaisante, mais ne restera pas incontournable, notamment du fait de la rapidité avec laquelle l'album est "avalé"... A découvrir, l'emprunt est suffisant à mon sens. (232)

19/06/2013 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

« Cendres » est à ma connaissance le premier album de Álvaro Ortiz traduit en français. Les éditions Rackham ont du flair, ce jeune auteur espagnol a du talent. La lecture est fluide et prenante au possible. On se demande vraiment où l’intrigue va nous mener. Que vont trouver nos protagonistes une fois arrivés à leur destination (le X sur la carte) ? La fin est belle et satisfaisante, même si j’imagine que certains la verront venir. En cours de route, on ne s’ennuie pas : passages racontant la jeunesse des personnages, beaucoup d’humour, de l’action, des engueulades, et des pages sur l’histoire de la crémation venant s’intercaler habillement dans l’histoire. Bref, on ne voit pas les 180 pages passer. Le graphisme est maitrisé, et se rapproche de ce que l’on trouve dans le comix indépendant américain, mais en couleur. C’est simple, c’est élégant. Un road movie prenant et original. Un album que je recommande chaudement.

26/04/2013 (modifier)