Rituels

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Lorenzo et Manuel débarquent à Barcelone et emménagent dans un vieux immeuble du centre ville. L'appartement du dessous devrait être l'entrepôt d'un antiquaire. Cependant, ils n'ont jamais vu personne y entrer ni entendu le moindre bruit en sortir. Le mystère qui semble entourer ce lieu intrigue Lorenzo et finit vite pour l'obséder...


Auteurs espagnols Barcelone Maudite statuette !

Lorenzo et Manuel débarquent à Barcelone et emménagent dans un vieux immeuble du centre ville. L'appartement du dessous devrait être l'entrepôt d'un antiquaire. Cependant, ils n'ont jamais vu personne y entrer ni entendu le moindre bruit en sortir. Le mystère qui semble entourer ce lieu intrigue Lorenzo et finit vite pour l'obséder...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 13 Avril 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Rituels
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

02/05/2016 | Ro
Modifier


Par Blue Boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue Boy

Après deux productions qui l’ont brillamment révélé depuis 2013, Cendres et en particulier Murderabilia l’an dernier, Álvaro Ortiz était attendu au tournant. Le jeune auteur espagnol savait allier un graphisme original à un sens accompli de la narration. Avec ce « Rituels » doté d’une couverture évoquant des pratiques ésotériques et tribales (avec divers objets funéraires et/ou phalliques, notamment une statuette à la virilité prodigieuse), le lecteur ne pouvait être qu’intrigué… Le récit commence avec l’installation de deux jeunes gens au dernier étage d’un immeuble barcelonais. Le mystère va rapidement entrer en action quand ils réaliseront que l’appartement du dessous n’est ni habité ni même visité par son locataire, qui s’en sert pour stocker des antiquités. Leur histoire servira de fil conducteur tout au long du livre, entrecoupé de mystérieux faits divers se déroulant dans différents pays et à d’autres époques, sans lien apparent avec la narration principale, si ce n’est la statuette ithyphallique… Il y aura même une évocation du Caravage, qui semblait avoir connaissance de l’objet fétiche ! Un drôle de puzzle où le lecteur devra mettre en action tous ses neurones disponibles pour tenter de rassembler les pièces (ou pas)… Si le dessin, qui permet de retrouver ce style si particulier caractérisé notamment par ces « micro-cases » - marque de fabrique de l’auteur - ne déçoit aucunement, il n’en va pas de même pour le scénario. Álvaro Ortiz aurait-il surestimé sa capacité de conteur ? On retrouve bien ici son univers si particulier avec cette tonalité littéraire qui fait tout son charme, mais la narration souffre hélas de ce format « histoires dans l’histoire ». On saisit parfaitement le lien avec cette statuette maudite, mais au fil de pages, le doute s’installe alors que chaque chapitre ne fait que complexifier la chose, sans que l’on puisse vraiment comprendre le pourquoi du comment. Du coup l’intérêt pour la lecture s’en trouve grandement atténué. Jusqu’à cette fin sibylline qui ne fait qu’élargir le fossé d’incompréhension. On lui pardonnera volontiers ce qui ne peut être qu’un faux pas, car il est certain que ce monsieur a encore des choses à dire…

04/12/2016 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Je suis vraiment fan du travail d’Ortiz (Murderabilia, Cendres) mais je dois avouer que je reste sur une impression mitigée suite à lecture de ce nouvel album. J’ai trouvé l’intrigue prenante, et j’aime beaucoup la narration, avec ces différentes histoires sans liens apparents qui se recoupent petit à petit. Le mystère autour de ces statuettes est vraiment intriguant. J’adore aussi le style graphique de l’auteur, son trait aéré, le découpage des planches (ce mélange de grandes cases et de toutes petites cases) et les couleurs sont vraiment belles. Mais voilà, comme le dit déjà Ro dans son avis, la fin ne m’a pas du tout satisfait. Je ne l’ai pas compris (malgré une relecture), et je suis ressorti de ma lecture déçu et frustré. Dommage, ça gâche un peu l’album en ce qui me concerne… je mets quand même 3/5 pour le dessin et le début de l’histoire, mais sans conseiller l’achat.

01/08/2016 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Cette BD est assez inclassable dans son genre, mêlant roman graphique, fantastique, enquête et narrations multiples. Découpée en une vingtaine de chapitres courts, elle alterne l'histoire d'un étudiant en art, obnubilé par l'appartement vide au-dessus duquel il vit et qui renferme un étrange secret, avec des histoires plus ou moins indépendantes mais ayant toutes ou presque en commun de mystérieuses statuettes priapiques. Peu à peu se tisse la trame des effets surnaturels de ces statuettes et la curiosité de comprendre ce qu'il en est réellement et à quoi le héros de l'histoire en fil rouge va être confronté au final. Le récit est dense et pas toujours évident à suivre. La narration est un peu alambiquée, avec des personnages originaux, à la limite de l'absurde. Chacune des histoires indépendantes insérées entre les épisodes du récit principal est très différente des autres, à part dans le ton qui reste pareillement étrange, comme légèrement onirique. On saute d'une époque à une autre et on alterne des personnages, des lieux et des contextes très disparates. Et quand ces histoires se terminent on reste parfois sur notre faim, se demandant où l'auteur voulait en venir, si c'est vraiment tout ou si on n'a pas manqué quelque chose. Malgré l'aspect décousu de la narration, le côté intrigant du récit maintient l'intérêt du lecteur. L'aspect hétéroclite des scènes et protagonistes apporte également une touche amusante, pleine d'imagination et d'une certain humour ironique. Le dessin n'est pas terrible mais il reste efficace et pas désagréable. Au fur et à mesure de la lecture, on commence cependant à craindre de plus en plus une fin en queue de poisson, sans explication à tous ces événements bizarres. Et c'est là que le bât blesse car la conclusion de l'album est pire que je le craignais puisqu'elle joue la carte du délire incompréhensible. C'est comme si l'auteur n'avait aucune idée de comment conclure son récit qui partait dans trop de directions à la fois et a préféré la jouer artistique et mystérieux. Et moi ça me frustre fortement, surtout après tant de pages de lecture où l'on se pose plein de questions. J'ai un peu le sentiment d'avoir été floué, d'autant que je n'ai vraiment pas ressenti d'émotion artistique, poétique, humoristique ou autre dans ces dernières pages.

02/05/2016 (modifier)