Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Down Under

Note: 3.4/5
(3.4/5 pour 5 avis)

Avec ce premier volume de Down Under, c’est un touchant western australien qui prend son envol, autour de personnages passionnants, au cœur d'une nature époustouflante. (texte de l'éditeur)


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle La BD au féminin Océanie

Fin XIXe. Ian McFarlane, fils de migrants écossais, quitte Sydney pour rejoindre la propriété familiale qu’il a quittée sept ans plus tôt. Il entreprend le voyage accompagné d’Allambee, son ami aborigène, et d’un petit passager clandestin tout juste débarqué sur le continent ! Lonàn O’Farrell, orphelin irlandais de dix ans, tente d'échapper à un père adoptif violent... Arrivé à destination, Ian découvre brutalement le décès de son père et la disparition de son jeune frère, Kyle, suite à la dépossession de leurs terres par de puissants squatteurs anglais, dans des circonstances troubles. Contraints de fuir la région, Ian et ses compagnons partent sur les traces de Kyle dans le désert ocre de l’outback, où ils confient le jeune Lonàn à une tribu aborigène, pour le mettre à l’abri des dangers qui les menacent.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Juin 2012
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Down Under
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

12/07/2012 | Mac Arthur
Modifier


Par McClure
Note: 3/5

Une bonne bd que celle ci, que je conseille vivement. Nous avons affaire à un très bon western en terres australiennes. Cet île continent se prète magnifiquement à cela avec des territoires magnifiques, ensorcelant diversifié et mystiques pour certains. Ensuite, le creuset de la "colonisation" de cette terre, entre aventuriers avides de richesses mais surtout la lie de la société britannique, envoyée aller voir ailleurs si c'est mieux et qui explique en partie ce monde brutal et violent. A cela s'ajoute les spoliations des aborigènes, nous avons là de quoi raconter unebelle histoire. Et les auteurs s'y attèlent avec succès, entre le dessin de Pezzi, qui très classique rend un parfait hommage au genre et un scénario qui n'en fait pas trop et qui aborde son sujet par plusieurs prismes. C'est à lire.

14/05/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Très peu de Bd réalistes prennent pour décor l'Australie ; "Down Under" rend un juste et superbe hommage à la splendeur de ce pays-continent vaste et sauvage. Mes souvenirs d'Australie en BD se limitaient à Sandy & Hoppy et accessoirement à "Ian McDonald" (voir Tu n'es pas le bon dieu petit Chinois) ; le cinéma a complété mes connaissances avec des films comme Mad Max 2, Crocodile Dundee ou Razorback... Cette Bd m'a attiré immédiatement car j'ai une sorte de fascination pour cette Australie aux vastes étendues désertiques, ce pays de sable rouge, où trône Ayers Rock, où vivent des aborigènes et une faune typique, où la vie hors des villes s'écoule un peu comme dans l'Ouest sauvage américain, et d'ailleurs, le récit est traité à la manière d'un western, l'époque choisie étant la fin du XIXème siècle. Sur fond de spoliation, c'est le prétexte pour s'intéresser à la culture aborigène qu'on peut comparer par bien des points à celle de la culture indienne du Far West, car on s'aperçoit que comme l'Amérique, ce pays magnifique a lui aussi été corrompu par le colonialisme des Blancs. On constate notamment encore une fois la morgue des Anglais et le mépris qu'ils ont en général pour les peuples autochtones. A travers une intrigue classique qui rappelle un peu Monsieur Quigley l'Australien (Quigley Down Under), film de 1990 avec Tom Selleck, tout ceci est montré sans éclat, discrètement, résultat d'une réalité, avec en plus d'inévitables images de carte postale (kangourous, koalas, eucalyptus...). C'est un véritable western austral captivant, rythmé, dépaysant, qui repique à sa façon tous les stéréotypes de l'aventure avec un grand A. Le dessin rend lui aussi hommage à cette terre ocre et rouge par ses tons superbes, et magnifie littéralement l'histoire ; j'aime beaucoup ce genre de dessin élégant et racé de Pezzi que j'avais déjà pu apprécier sur Alamo, c'est le grand atout de cette Bd. Le plaisir de lecture est donc total, tout est parfaitement calibré, décor, personnages, narration, dessin, intérêt du sujet, et son approche de la culture aborigène n'est pas caricaturale mais authentique.

18/02/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Excellente surprise que ce premier tome de Down Under. L’originalité de la série est cependant bien plus à aller chercher dans sa localisation géographique que dans l’intrigue centrale. En effet, « Down Under » est à l’Australie ce que « Far West » est à l’Amérique. En clair, nous nous retrouvons au pays des kangourous à la fin du XIXème siècle. Des pionniers débarquent, d’autres sont déjà bien implantés, tous font montre d’opiniâtreté et de caractère. Les aborigènes remplacent les indiens mais sont toujours victimes de l’homme blanc. Oui, mais voilà ! L’Australie n’est pas l’Amérique et Nathalie Sergeef (un nom à suivre si ses prochaines productions sont de la même trempe que ce premier tome) exploite parfaitement ses particularités. Faune et flore naturelles, culture du « rêve » chez les aborigènes, particularités des pionniers (dont beaucoup étaient des repris de justice), même ce fameux lapin introduit par les européens et qui ravagea le continent n’est pas oublié. L’intrigue, elle, repose sur la rivalité entre un « pauvre » pionnier jeune et intrépide et une « riche » pionnière avide de richesses et sans scrupules. Ce n’est pas très original en soi mais toujours aussi efficace. D’autant plus que ces deux personnages ne manquent pas de charisme ! Mais autour de cette intrigue naissent diverses sous-intrigues. Les seconds rôles ne sont pas que des faire-valoir et déjà plus d’un se dessine comme un futur protagoniste d’importance. Comme ce jeune orphelin recueilli par une tribu aborigène… Voilà donc un premier tome extrêmement riche et bien foutu, que j’ai lu avec d’autant plus de plaisir que le dessin de Fabio Pezzi est d’une indiscutable qualité. Dans un style réaliste bien lisible, l’artiste nous livre des planches soignées et maitrise parfaitement les deux éléments principaux du récit : les personnages et les décors. Le trait est sec et fin, la colorisation crée une atmosphère poussiéreuse totalement adéquate. Un sans-faute et une suite que j’attends déjà avec impatience.


Si j’avais beaucoup aimé le début de ce récit, pour son ambiance de western et son cadre original, j’avoue avoir été un peu déçu par la suite. Non que ce récit soit mauvais… mais il ne décolle jamais véritablement. Pourtant tout était en place pour créer une grande saga ! Le cadre grandiose du bush australien, l’importante place laissée judicieusement à la thématique du rêve chère aux aborigènes, de multiples foyers d’intérêt… Peut-être était-ce trop pour une série en trois tomes. La fin, tout particulièrement m’a semblé précipitée. Elle a le mérite de ne laisser aucun acteur en plan mais elle laisse quand même un furieux goût de trop peu. Le dessin lui, reste d’une égale qualité du début à la fin. Il est parfait pour ce type de récit et de cadre, avec des décors soignés et des personnages bien typés. La série aurait sans doute mérité de pouvoir s’étaler sur un plus grand nombre de tomes, histoire de laisser aux auteurs la place nécessaire pour développer chaque thématique comme chaque personnage. C’est une des mauvaises conséquences de cette tendance des éditeurs à ne plus privilégier que des cycles courts (l’avantage, non négligeable, étant qu’on a plus de chance de voir la fin de la série arriver un jour).

12/07/2012 (MAJ le 18/11/2014) (modifier)
Par jurin
Note: 4/5

Dans ce premier tome, c’est le dessin et l’ambiance induite qui impressionnent, un graphisme haut de gamme et une mise en couleur magnifique au service d’une bonne histoire. Un récit prenant qui nous raconte les déboires d’une famille qui se fait spolier son terrain par une voisine dont le seul but est d’avoir la main mise sur la région. Ce n’est pas très novateur mais Nathalie Sergeef maintient le rythme et l’intérêt jusqu’à la fin de cette première partie. Un western australien de bonne facture.

19/08/2012 (modifier)
Par Cedricval
Note: 3/5

J'entends depuis quelques temps de bons échos en ce qui concerne ce premier volume. C'est donc avec enthousiasme que je me suis plongé dedans... Hum, oui, bon, pas mal comme introduction, mais je reste un peu sur ma faim. L'idée de planter son décor dans l'Australie en pleine colonisation se révèle intéressant, car peu exploré en bande dessinée. Vengeance flirtant avec rivalité, aventure et découverte se combinent plutôt bien avec ce petit côté "moralisateur" que Nathalie Sergeef a jugé bon d'implanter ci et là. Au bout du compte, il manquait un petit quelque chose qui aurait pu rendre l'histoire encore plus saisissante, comme le fait si bien Pezzi avec son dessin frais et précis. J'attends le second tome avec prudence, et avec une certaine curiosité tout de même.

09/08/2012 (modifier)