Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Y'a du monde au portillon

Note: 1.67/5
(1.67/5 pour 3 avis)

Dans la peau de Martine...


Académie des Beaux-Arts de Tournai Monde de l'entreprise

JPF travaille pour l’Entreprise sans pour autant savoir quelle est son activité principale, sa vie est réglée comme du papier à musique et sa lassitude commence à peser. La rébellion couve chez l’employé modèle et quand il se décide à mettre son plan à exécution, on lui adjoint une stagiaire, Martine. JPF en pince pour la jeune femme mais il est loin d’être le seul malheureusement. Pour Martine, qui a connu une rupture difficile, le choix s’annonce complexe, plusieurs hommes hantent son esprit sans parler de sa mère…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Y'a du monde au portillon
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

13/04/2012 | Spooky
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Cette incursion dans le monde des DRH des entreprises auraient pu m'intéresser. Il y avait une bonne idée de départ avec ces bac+5 qui travaillent comme de simples employés dans une entreprise dont ils ignorent ce qu'ils font au juste. Des thèmes comme le déclassement professionnel, le manque de motivation devant des tâches répétitives... Et puis, cette rébellion en faisant exprès de faire des fautes pour bouleverser l'ordre. Par la suite, cela va partir dans du grand n'importe quoi. Bref, un ratage complet du scénario alors que cette satyre du monde de l'entreprise affichait de belles promesses.

08/05/2013 (modifier)
Par Jérem
Note: 1/5

J’avais beaucoup aimé Il fera beau demain du même auteur. J’avais donc pas mal d’attentes pour ce titre, d’autant que Duprat avait bien affiné son trait. Si le début de l’histoire est agréable, la suite se gâte très vite. L’auteur abuse beaucoup trop des métaphores, d’ailleurs souvent assez confuses. On perd de ce fait vite le fil de l’intrigue, d’autant que j’ai trouvé la narration molle et brouillonne. Du coup, je n’ai pas réussi à aller au bout de l’album qui m’a rapidement ennuyé et agacé. C’est vraiment dommage car on sent un vrai travail de Duprat sur cette BD. Graphiquement par contre, je n’ai rien à dire ; c’est beau et coloré. Comme l'avis précédent, j'ai trouvé ce livre assez vain.

22/09/2012 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

J'apprécie François Duprat, qui fait partie de ces auteurs un peu invisibles, comme Fabcaro, qui ont pourtant beaucoup de talent. Il officie cependant un peu toujours dans le même registre, nous mettant à la place d'un personnage qui n'est pas à sa place, dans l'histoire duquel les rêves -ou l'inconscient- tiennent une réelle place. C'est encore une fois ici, puisque Martine, jeune employée de l'Entreprise, devient la proie sentimentale de trois de ses collègues, qui cherchent à se l'accaparer de différentes façons. l'un d'entre eux, JPF, laissera d'ailleurs s'exprimer les différentes facettes de sa personnalité pour la conquérir. Il y a un fort côté psychanalytique dans cette histoire, puisque toutes ces personnalités vont ses retrouver dans le corps de Martine, métaphoriquement parlant, pour l'influencer dans ses choix, essentiellement sentimentaux. C'est assez vite lassant, l'auteur se fourvoyant dans une lecture à mon avis trop biaisée de son histoire et de son personnages principal. Martine est jolie, qu'elle soit nue ou habillée, et le trait rond de Duprat, accompagné par les couleurs de Gilles Aris, rend l'album assez joli à regarder. J'aime bien la couverture également. Mais pour le reste, cela me semble assez vain...

13/04/2012 (modifier)