Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Séraphin Illustré

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Venez découvrir la vie quotidienne de Séraphin Poudrier, l'avare le plus célèbre du Québec.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Auteurs Canadiens Québec

Qui ne connaît pas Séraphin Poudrier, le célèbre avare de Sainte-Adèle ? Au Québec, son nom est même devenu synonyme d'avarice au même titre qu'Harpagon ou Shylock. Ce que l'on sait moins toutefois, c'est que pendant 19 ans, Séraphin, Donalda, Alexis Labranche, le curé Labelle, le notaire LePotiron, le père Ovide, l'indien Bill Wabo et tous les autres habitants du village de Sainte-Adèle ont été les vedettes d'une bande dessinée. Texte:L'éditeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Novembre 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Séraphin Illustré
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

29/12/2010 | Gaston
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

Avant de commencer à donner mon avis sur cette bd, je vais vous faire un petit cours d'histoire. En 1933 parait le roman 'Un homme et son péché' de Claude-Henri Grignon. L'intrigue se passe dans les années 1880-1890 au temps de la colonisation de la région des Laurentides. Le protagoniste du roman est Séraphin Poudrier, un avare sans scrupule qui prête son argent à des taux d'intérêt très élevé et qui a pour femme Donalda, l'incarnation de la parfaite ménagère qui subit l'avarice de son mari. Le roman fut un grand succès et depuis il y a eu plusieurs adaptations de l'univers du roman dont 3 films (1949, 1950 et 2002), une émission radiophonique qui durera du 1939 à 1962, une émission de télévision qui durera du 1956 à 1970 et finalement une bande dessinée mensuelle qui durera de 1951 à 1970. À l'exception du dernier film, Claude-Henri Gagnon a écrit tout se que je viens d'énumérer et on peut dire qu'il avait de l'imagination ! En ce qui concerne la bande dessinée, il faut savoir qu'il y a eu deux périodes. Celle des années 50 qui est une adaptation de l'univers du roman et celles des années 60 qui adapte l'univers de la série télé qui était tellement populaire que les éditeurs du journal où paraissait 'Séraphin Illustré' voulaient profiter pleinement de cette popularité. Heureusement, on n'a pas de besoin de connaitre la série télé pour se retrouver car on comprend facilement qui est qui et quel est leur rôle dans l'histoire. Comme la bande dessinée se résumait à une planche par mois, le court récit est souvent un gag avec une chute à la fin. Cela tourne pratiquement toujours sur la pingrerie de Séraphin, qui est tellement avare qu'il invite les gens pour Noël et qu'ensuite il leur fait payer pour le repas, et je ne sais pas trop quoi penser de ce choix. D'un coté, le scénariste a assez d'imagination pour ne pas que cela soit répétitif, mais en même temps à la longue on devine un peu comment cela va finir. Il y a tout de même des moments très drôles et certains gags me semblent un peu osés pour l'époque (du genre Séraphin dit qu'il aime bien son chien et quelques jours plus tard il va le noyer parce qu'il y a une nouvelle taxe sur les chiens). Il y a ensuite les planches qui semblent plus avoir comme sujet la vie quotidienne de Séraphin et qui ne sont pas des gags (ou alors les blagues étaient tellement pas drôles que je ne me suis pas rendu compte que c'était sensé faire rire). J'aime un peu moins ces planches même si elles ne sont pas dénuées d'intérêt pour moi qui aime bien l'univers de Séraphin Poudrier. Certaines planches ont une construction un peu étrange. Parfois, on commence avec un sujet et puis soudainement il y en a un autre qui arrive de nulle part. Par exemple, une fois cela commence avec deux cases avec Donalda qui se demande pourquoi Séraphin ne l'embrasse pas le jour de l'an et ensuite tout le reste de la planche on parle d'un homme qui n'a pas payé Séraphin et il s'en va chercher son remboursement. Pour ce qui est du dessin, je l'aime beaucoup. Albert Chartier a un style beaucoup plus réaliste que dans ses autres séries et ce n'est pas pour me déplaire. Il est aussi bon dans le dessin humoristique que dans le dessin réaliste. On voit pourquoi il est considéré comme un grand de la bande dessinée québécoise. Bref, j'ai bien aimé 'Séraphin Illustré', mais les scénarii sont malheureusement trop inégaux pour que je donne la note maximale et je ne recommande pas l'achat car je ne sais pas trop si quelqu'un qui ne connait rien de Séraphin Poudrier puisse apprécier cette série.

29/12/2010 (modifier)