Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

L'Ile au trésor (Lemoine/Woehrel)

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Adaptation pédagogique du classique de Stevenson.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Adaptations de romans en BD Pirates Robert Louis Stevenson

Sur la côte anglaise, au 17e siècle, la vie du jeune Jim Hawkins, fils des tenanciers de l'auberge "L'Amiral Benbow", va se retrouver bouleversée par l'arrivée d'un hôte peu ordinaire : un vieux loup de mer répondant au nom de "Capitaine Billy Bones". Jim s'aperçoit rapidement que ce grand voyageur, ivrogne et colérique, cache quelque mystérieux secret, qu'il plane sur lui une trouble et obscure menace. Et le jour où un effrayant aveugle lui apporte "la tache noire", ultime avertissement dans le monde des pirates, Bones meurt, foudroyé par la terreur. Après la mort de son père malade, Jim, avec l'aide de sa mère, découvrira dans les affaires de Bones la carte d'un fabuleux trésor, le butin du légendaire forban Flint. S'engagera alors une folle aventure où Jim, accompagné du docteur Livesey et du chevalier Trelawney, partira à la recherche de ce trésor, poursuivi par l'ancien équipage de Flint. Ce sera pour lui l'occasion de faire la rencontre de l'homme le plus étrange qui soit : Long John Silver. Ce marin unijambiste et malicieux est-il un ami ou un ennemi ? Est-il un protecteur plein d'humour ou l'une des plus terribles fripouilles que la piraterie ait engendrée ? Le souffle de la mer et de l'aventure. L'un des plus célèbres romans d'apprentissage et sans doute le plus grand récit de pirates.

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Février 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Ile au trésor (Lemoine/Woehrel) © Glénat 2008

11/11/2010 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

L'Ile au Trésor, c'est l'archétype du roman d'aventure, écrit en 1883 par R.L. Stevenson, il a connu de multiples versions italiennes, françaises, espagnoles... en BD et presque autant d'adatations au ciné ou pour la TV. Certaines ne furent pas publiées en album, telle la version dessinée en 1970 par Chica pour le magazine Formule 1, très complète ; une autre écrite pour ce même magazine par Guy Hempay pour Pierre Brochard, très académique ; il y a la version de Faure et Corteggiani chez Dargaud en 1991 (que je n'ai pas lue) qui parait-il est très bien, et celle dessinée par Christian Perissin dans le mensuel Je Bouquine en 1998, pas mal aussi. Cette version est fidèle à la réputation de cette riche collection lancée par Glénat, les Incontournables de la littérature en BD, où l'on trouve toujours en fin d'album un dossier éclairant l'ouvrage et son auteur. Elle me semble tout à fait honnête ; le travail d'adaptation est peut-être plus facile que sur d'autres romans classiques, mais le scénariste est quand même obligé de compresser l'intrigue, tout en parvenant à conserver l'atmosphère et l'esprit du roman. La lecture reste donc plaisante. Cette bonne impression est accentuée par le dessin très soigné et très classique de Woehrel, avec une jolie colorisation ; j'avais déjà remarqué son trait séduisant sur Les trois imposteurs, il est proche d'auteurs comme Pellerin, Venanzi, Robet ou Goepfert... Cette adaptation reste donc très correcte.

07/07/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Mon avis sera en tous points identique à celui de Spooky. Christophe Lemoine livre une adaptation soignée de l’ouvrage mais, format de l’objet oblige, se doit d’effectuer de grosses coupes dans sa trame. Ceci dit, les faits majeurs sont bien présents et l’ensemble ne paraît pas décousu. Jean-Marie Woehrel dessine le tout dans un style très classique qui n’est pas sans rappeler les bons moments de la collection « vécu ». L’ensemble est donc agréable à lire et permet une première approche du roman. Mais, ce livre dans sa version originale ayant longtemps été sur mon chevet, si je ne déconseille certainement pas la lecture de cette adaptation, à choisir, je ne peux qu’encourager celle du roman. A noter : le petit dossier de la première édition d’Adonis toujours aussi bien fait et instructif.

27/08/2012 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Ce n'est pas la première fois, ni la dernière, que le classique de l'aventure est mis en images. Ce n'est pas non plus la meilleure. Il faut dire que compresser ce formidable monument de l'aventure en 46 pages ce n'est pas évident. Christophe Lemoine, l'adaptateur, a pourtant fait du bon boulot, et su garder l'essence et l'esprit du roman de Stevenson. Seul le facteur temps est ainsi sacrifié sur l'autel du commerce. L'album est assez plaisant à lire, grâce au dessin classique de Jean-Marie Woehrel. Bien que sans génie, avec des visages notamment un peu faiblards, il arrive à faire du boulot assez correct, accessible à tous les publics. Comme pour chaque album de cette collection, la fin de l'ouvrage comporte 8 pages sur la genèse du roman, la biographie de l'auteur et quelques repères historiques et politiques. précieux, comme toujours.

11/11/2010 (modifier)