Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Spider-Man Noir

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

« 1933. La Grande Dépression accable la population des Etats-Unis. En cette période de misère et de difficultés extrêmes, le gangster Norman Osborn s'en sort bien grâce à ses hommes de main, Kraven et le Vautour. Ensemble, ils ont tué sauvagement l'oncle de Peter Parker qui s'opposait à leur racket. Le jeune homme est bien décidé à se venger, mais fera-t-il le poids face à ces barons du crime ? » (texte de l’éditeur)


Marvel Spider-Man Super-héros Univers des super-héros Marvel

« 1933. La Grande Dépression accable la population des Etats-Unis. En cette période de misère et de difficultés extrêmes, le gangster Norman Osborn s'en sort bien grâce à ses hommes de main, Kraven et le Vautour. Ensemble, ils ont tué sauvagement l'oncle de Peter Parker qui s'opposait à leur racket. Le jeune homme est bien décidé à se venger, mais fera-t-il le poids face à ces barons du crime ? » (texte de l’éditeur)

Scénaristes
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Décembre 2009
Statut histoire Une histoire par tome 2 tomes parus
Couverture de la série Spider-Man Noir
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

19/09/2010 | Aurélien V
Modifier


Par Ems
Note: 4/5

Après la lecture du premier tome. C'est avec le Punisher Noir le récit qui m'a le plus plu. L'exercice est simple sur le papier mais demande une bonne imagination et un certain talent. "Spider-Man Noir" est une relecture uchronique des débuts de ce super-héros ayant hérité de pouvoirs d'une araignée. C'est d'ailleurs le seul point commun entre la série classique et cette variante se déroulant au temps de la grande dépression dans les années 30. Le contexte historique est bien utilisé, la tenue de Spider-man est en phase avec l'époque. Par contre les personnages sont utilisés différemment permettant une originalité et des surprises. Concernant l'histoire, c'est bien construit, plaisant et intelligent. J'ai beaucoup apprécié le dessin au trait parfois inconstant mais sublimé par une colorisation informatique de haut niveau. Ce récit ne s'adresse pas aux puristes du personnage mais à chaque BDphile tant il regorge de qualités. Il faut le prendre comme une histoire indépendante sans chercher à faire le parallèle avec la production officielle de référence. Je suis à nouveau convaincu par cette collection Marvel Noir qui offre des très bons récits complets et des lectures sortant de l'ordinaire.

13/03/2011 (modifier)

Une variation intéressante sur le thème de l’Homme-Araignée que j’ai trouvé plus crédible que jamais. En l’espèce, le collant rouge et bleu a été remplacé par un imperméable, une cagoule et ce qui me semble être des lunettes d’aviation. Par contre, notre héros a, comme dans la série originelle, des talents de gymnaste hors du commun et le pouvoir de lancer des toiles depuis la piqûre d’un étrange arachnide. Si le style de ce dessinateur, que j’ai pour ma part découvert avec Magneto – Le testament, n’est pas foncièrement mauvais, je dois bien reconnaître qu’il ne me plaît toujours pas spécialement. Le scénario se révèle, quant à lui, franchement prenant. Peter rencontre Urich, un journaliste, qui a ses entrées dans le milieu et qui décide de prendre le jeune homme sous son aile. Peter se rapproche ainsi de Norman Osborn, alias le Bouffon, qu’il sait avoir commandité l’assassinat de son oncle. Je conseille singulièrement cet album aux fans de Spidey qui trouveront certainement un peu de renouveau à son sujet grâce à cet album. -------- M.A.J. 20.XII.2010 – après lecture du tome 2 Spider-man va cette fois se trouver confronté à Octopus, à Sandman et à celui qui semble les diriger : le Maître du crime, le nouveau caïd dans la place, l’homme masqué qui rêve de succéder à l’empire du Bouffon. Un deuxième tome dans la même veine que le précédent. Pas le temps de s’ennuyer avec ce nouveau Spider-man. Le cocktail suspense-action que nous ont concocté ses auteurs fait effet !

19/09/2010 (MAJ le 20/12/2010) (modifier)
Par Jetjet
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Merci déjà à Aurélien qui vient de créer la fiche de cette BD coup de coeur et coup de poing pour moi au moment où je venais de la finir et où je me demandais pourquoi diable personne ici n'en avait encore parlé car ce Spider-Man Noir au design des plus séduisants par son âpreté et sa sobriété et rencontré dans le récent jeu vidéo "Spider-Man Dimensions" avait tout pour m'intriguer... La collection Marvel Noir est un peu chez Marvel ce que DC Elseworlds représente et notamment par la transposition réussie de son Batman dans un Gotham victorien au XIXème siècle, en gros ça passe ou pas mais je dois reconnaitre que l'idée est aussi culottée que séduisante, transposer des personnages que l'on croit connaitre sur le bout des ongles dans un lieu et surtout une époque différente avec ce que ce genre d'uchronies peut procurer... Et rendons à César ce qui appartient à César, c'est bien séduit par le travail effectué par ce trio d'artistes (dont un scénariste français Cocorico) que Marvel a décidé de poursuivre l'expérience en l'étendant sur Daredevil et Punisher. Mais au fond, de quoi ça parle exactement ? Le récit est bien plus adulte et désespéré que dans les Spider-Man classique, ici on est en pleine dépression économique dans une Amérique désemparée des années 30. Tante May est une veuve syndicaliste active et sans concessions oeuvrant pour les plus pauvres. Et Peter Parker un jeune homme rempli de haine et de vengeance suite à l'assassinat de son oncle. Une piqure inopinée par une araignée mystique va bouleverser sa condition physique mais pas son acharnement. Disons le de plein pied, l'ambiance lourde et brutale de ce one-shot ne le destine pas aux jeunes lecteurs mais bien à un public un peu plus hardcore. Le flashback mettant en scène la mort de l'oncle Ben donne un ton résolument morbide et la combinaison épurée et sombre de notre héros rompt définitivement avec le coté fun du costume rouge et bleu. Spider-Man ne réchigne pas non plus aux armes à feu plus qu'à sa toile et l'apprentissage de ses responsabilités est assez bien amené également. Les dessins amènent un style différent également. On aime ou pas effectivement mais je trouve que c'est assez réussi pour des traits assez européens qui donnent une touche unique à une oeuvre que fans de Spider-Man ou pas mais amateurs d'oeuvres légèrement hardcore devraient fortement apprécier et lire. Pari réussi ! Bref ce Spider-Man qui met en scène également pas mal de super vilains connus offre une facette différente d'un personnage populaire pour se conclure de façon classique mais

19/09/2010 (modifier)