Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Napoléon (Des Ronds dans l'O)

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Les derniers jours de Napoléon, en tant qu’empereur, puis son exil à Sainte-Hélène…


1799 - 1815 : Le Premier Empire - Napoléon Bonaparte 1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune Des Ronds dans L’O Napoléon Bonaparte

Eté 1815. Napoléon, défait une nouvelle fois à Waterloo, se claquemure à Paris de laquelle approchent les ennemis de la France : Prussiens, Anglais, mais aussi Russes et Autrichiens. La fin est proche. Alors que l’un de ses ministres, Fouché, est désigné par les Parlementaires pour préparer son abdication, Napoléon cherche encore à faire des coups d’éclat. Mais son manque de soutiens le fera renoncer, et il décidera de partir aux Etats-Unis… Pour échouer à Sainte-Hélène, rocher paumé de l’Atlantique sud !

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Septembre 2010
Statut histoire Série abandonnée 2 tomes parus
Couverture de la série Napoléon (Des Ronds dans l'O)
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

08/09/2010 | Spooky
Modifier


Par Tomeke
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

C’est avec une réelle joie que j’ai découvert cet album. D’abord parce que j’ai un peu plus saisi l’investissement que demande un tel projet, et ensuite parce qu’il me tardait de découvrir le petit « bébé » de Nicolas. Et franchement, c’est du bon ! Napoléon, et je parle pour la grande majorité de ma génération (+/- 30 ans – belge), c’est un personnage que tout le monde connaît, mais peu ou mal. C’est un peu comme je l’avais expliqué pour la série Le Trône d'argile; je n’ai en fin de compte que de maigres connaissances scolaires de l’Ogre, comme il était appelé. Pourtant, le récit historique ne me déplaît pas, et j’avais déjà pu tâter du Napoléon Ier avec le génial Malet. Comme l’indique le titre de ce premier volume, l’opus nous raconte la vie de l’Empereur pendant l’été 1815 – même s’il aborde également la fin de sa vie en 1821 sur Sainte-Hélène, ou ses origines corses de 1769. Je suis d’ores et déjà impatient d’en savoir plus dans les prochains albums. Car c’est avec beaucoup de finesse que Nicolas nous transpose un pan de l’Histoire en bandes dessinées. Le récit est rythmé, parfois drôle, et Joséphine, la défunte narratrice, nous conte avec un mélange de tendresse et de cynisme la vie de son ex-cher et tendre. Le tout forme donc un récit sympathique, délesté d’un certain politiquement correct dont on se passe volontiers. Néanmoins, cela reste instructif, mais j’aurais également apprécié, comme cela est fait pour les personnages, que certains termes soient développés ou présentés en quelques planches ; exemple : le Directoire. Le nombre de personnages n’est pas perturbant, ceux-ci étant introduits au compte-gouttes. En outre, ils jouissent d’une vraie « trogne », et d’un caractère qui leur est propre. Le dessin semi-réaliste est très bon, le trait est tantôt simpliste, tantôt détaillé, avec un soin particulièrement remarquable dans les décors. Le noir et blanc est bien utilisé, et je n’imagine d’ailleurs pas cet album en couleurs… et puis, c’est quand même un fantôme qui nous raconte cela, non ? Au final, ce premier album est, selon moi, d’une très bonne qualité. Compte-tenu de la piètre performance d’autres productions ultra-commercialisées dans ce marché déjà bien rempli, le travail réalisé est remarquable… J’attends la suite avec impatience, et la nouvelle dédicace évidemment !

02/10/2010 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Elles sont nombreuses les œuvres où Napoléon Bonaparte tient une grande place, voire qui lui ont été consacrées. Nicolas Dandois, auteur bruxellois, nous propose sa version des dernières années de Napoléon, du moins dans le premier tome. L’auteur prend l’occasion pour parler un peu des différents fidèles du ci-devant empereur, ceux qui resteront auprès de lui à Sainte-Hélène en particulier. L’ensemble forme un bouquin à la fois informatif et sympathique, le dessin semi-réaliste de Nicolas Dandois et la narration assez décomplexée y étant pour beaucoup. J’ai ainsi appris que le Marquis de las Cases, alias Lesage, fut de cette dernière expédition… L’idée de placer Joséphine de Beauharnais, ex-femme de Napoléon, décédée quelques temps auparavant, en tant que narratrice fantôme est également très bonne. Il y a de l’humour, du croustillant, et, à l’heure où cette époque de notre Histoire semble faire l’objet de réductions dans les programmes éducatifs, il est aussi urgent de se souvenir… Dandois fait preuve d’une bonne connaissance du sujet, une bibliographie vénérable étant donnée en fin de volume. Il y a aussi quelques croquis préparatoires et le dessin finalisé, sympa pour voir (un peu) comment a travaillé l’auteur. Je lirai la suite, et en particulier le second tome, apparemment consacré à la jeunesse corse de Bonaparte, avec intérêt, l'idée de la série étant plutôt sympathique.

08/09/2010 (modifier)