Crawford, chasseur de sorcières

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Epoque bénie pour le cruel Sir Crawford, sa notoriété de chasseur de sorcières ne cesse de grandir et rien ne freinera son ascension . . .


Soleil Celtic Sorcières

Angleterre, début du XVIIe siècle, un territoire propice et une période faste pour la chasse aux sorcières. Le territoire est partagé entre l’ascétisme puritain et les rites catholiques et il en faut peu pour être jugé par ses pairs comme un serviteur du Malin. Le maître en la matière se nomme sir Reginald Crawford, adulé par les puritains et cruel à souhait. Cette période sombre est une bénédiction pour lui et son Saint-Ordre de la Torche, dont la notoriété de chasseur de sorcière grandit de jour en jour. Il ne lui manque plus que la pire des bêtes démoniaques à son tableau de chasse pour atteindre son apogée : le Barghest, ce grand chien noir décharné qui hante les campagnes et dévore les innocents.... Crawford est à deux doigts de le capturer... et ce n’est pas ce petit freluquet de Lonann, jeune protégé d’un obscur aristocrate influent qu’on lui a imposé sans consultation, qui va pouvoir entraver son indéniable succès. Textes de l'Editeur

Scénariste
Dessinateur
Aja
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 26 Mai 2010
Statut histoire Une histoire par tome (pas d'autres tomes prévus) 1 tome paru
Couverture de la série Crawford, chasseur de sorcières
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

20/05/2010 | Pierig
Modifier


Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Cette série surfe sur le thème de la chasse aux sorcières et autres bêtes démoniaques sur fond de luttes religieuses dans une Angleterre du début du 17e siècle. Ce premier opus, sans défauts majeurs, ne m’a toutefois pas captivé outre mesure. Sans doute est-ce la faute à une thématique empruntée qui ne le démarque pas d’autres séries du même tonneau. Pourtant, l’ensemble est correctement réalisé avec une trame riche et bien développée. Ce récit a du corps et la narration est dense. De plus, le premier tome, même s’il appelle une suite, peut se suffire à lui-même. A noter quelques passages plus verbeux un peu difficiles à digérer et pourtant nécessaire pour l’avancement du récit. Enfin, le dessin, bien que correctement réalisé, ne me plait guère. Et les effets de couleurs, trop présents, donnent un rendu artificiel. Sans préjuger des qualités intrinsèques de cette bd, ma note reflète simplement mon ressenti d’une série qui ne me correspond pas.

20/05/2010 (modifier)