Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Nietzsche

Note: 3/5
(3/5 pour 8 avis)

Si comme moi, tout ce que vous savez du philosophe allemand se résume à "Dieu est mort", grosse moustache et folie, et que vous êtes par ailleurs curieux d'en apprendre davantage à son sujet, cet album est fait pour vous !


BDs philosophiques Biographies Documentaires

Après avoir donné un grand coup de pied dans le dogmatisme intellectuel français, le philosophe Michel Onfray offre un nouvel outil à tous les esprits curieux et désireux de s'initier à la libre pensée, avec cette biographie bédessinée de Friedrich nietzche, l’un de ses maîtres à penser. Au fil de ces 120 planches, superbement illustrées du trait sensible de Maximilien Leroy, le lecteur découvre la vie d'un homme absorbé par sa recherche d'un absolu, tourné vers l'homme et sa quête de bonheur. La vie d'un penseur prêt à payer le prix de sa pensée révolutionnaire et sans concessions.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Mars 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Nietzsche
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

03/04/2010 | Aurélien V
Modifier


Par Montane
Note: 4/5
L'avatar du posteur Montane

Comment résumer la vie d’un penseur aussi majeur que Nietzsche en 120 pages ? La tâche semble impossible. Pourtant les deux auteurs ont fort bien réussi leur tentative. Bien sûr il est impossible de synthétiser la pensée de l’auteur d’Ainsi parlait Zarathoustra. Sa pensée est à peine esquissée. On comprend très bien que celui-ci a choisi la marginalité en s’opposant frontalement à la pensée Chrétienne dominante depuis des siècles en Europe. A l’instar des certains grands peintres sa pensée sera incomprise et il ne vendra quasiment aucune de ses œuvres, si ce n’est quelques ouvrages acquis par ses proches. L’intérêt de cet ouvrage est de montrer le parcours d’un individu qui très tôt s’est mis en marge de la société, et il le sera jusqu’à la fin de ses jours. S’agissant d’une biographie d’un philosophe on aurait pu s’attendre à beaucoup de textes, d’autant que c’est un philosophe lui-même, Michel Onfray, qui tient la plume. Or, il n’en est rien. L’album nous offre de superbes planches lors des moments de solitude de l’auteur mais aussi celles où il bascule dans la folie et la souffrance du fait de la syphilis. Le dessin m’a fait penser à certains tableaux d’Egon Schiele lorsqu’on voit Nietzsche rongé par la maladie. Au final cet album me paraît être une véritable réussite, d’autant qu’il n’émane pas de professionnels de la BD, et pourra être apprécié aussi bien des amateurs de philosophie que des néophytes en la matière.

12/12/2019 (modifier)
Par Blue boy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Blue boy

Cette très belle biographie montre, s’il fallait encore une preuve, que la BD peut s’accommoder parfaitement avec le monde de l’écrit, constituant en outre une invitation à se plonger dans l’œuvre du philosophe allemand (c’est le cas pour moi qui n’ait jamais rien lu de lui). Maximilien Le Roy parvient à restituer une belle atmosphère sombre et mélancolique en recourant à une palette désaturée. Le dessin est souvent proche du croquis, ce qui colle bien à la personnalité fiévreuse et tourmentée d’un homme épris de vérité. On pourra peut-être reprocher aux personnages ce côté un peu figé, même s’il est clair qu’on est plus dans la réflexion que l’action… Que l’on se reconnaisse ou non dans la pensée nietzschéenne, on ne pourra être que fasciné par le personnage, et le travail subtil de mise en page et en couleurs confère une part de mystère au récit. Dépeint comme un être passionné en quête de liberté, mais aussi constamment inquiet, sujet à des crises d’angoisse, on ressent de l’empathie pour ce philosophe de génie qui devait se sentir bien seul dans son rôle de défricheur dans une Europe sous l’influence écrasante du christianisme (« cette maladie qui nous invite au suicide lent »). A l’époque, ses écrits provoquaient l’effroi ou au mieux n’intéressaient personne, alors qu’ils ne visaient qu’à libérer l’Homme de son carcan moral. Se sentant incompris, il a alors très vite sombré dans la folie, s’enfermant dans un mutisme tragique. A sa façon, le dessinateur a parfaitement su rendre hommage au philosophe en distillant de la douceur et de la poésie, ce qui donne tout son équilibre à un récit qui sinon aurait pu être submergé par le désespoir et la tristesse. C’est quand j’ai affaire à de la bande dessinée comme celle-là que mon attachement au genre s’en trouve renforcé… seule la BD a cette double capacité d’apporter une dimension à la fois artistique et ludique aux sujets les plus austères voire rebutants. En tout cas, celle-ci est une très bonne entrée en matière pour découvrir ce philosophe qui révolutionna la pensée occidentale du XIXème siècle et donna ses lettres de noblesse à l’athéisme. J’en sais désormais un peu plus sur Nietzsche que son célèbre « Dieu est mort » et son épaisse moustache derrière laquelle il paraissait se protéger et qui semblait en même temps l’avoir réduit au silence. Ce silence et la folie qui peut-être étaient le prix à payer pour qu’enfin sa pensée commence à se diffuser…

01/04/2013 (modifier)
Par herve
Note: 2/5
L'avatar du posteur herve

Comme beaucoup, la pensée de Nietzsche se résume pour moi au fameux :"Dieu est mort" (ce à quoi certains étudiants malicieux avaient répliqué "Nietzsche est mort" signé: Dieu). Si le dessin de Maximilien Le Roy est très élégant et agréable à regarder, je n'ai pas succombé au charme de cette bande dessinée. J'avoue ne pas avoir appris grand chose de la pensée nietzschéenne en parcourant ce livre, qui ressemble plus à de simples tranches de vie du penseur qu'à autre chose. (Seule la mise au point entre la mère et les enfants Nietzsche, certes âgés, nous laisse entrevoir quelques brides de sa pensée). On pouvait attendre autre chose d'un récit avec Michel Onfray au scénario. Une lecture agéable, qui m'a fait découvrir un personnage mais sans plus...

17/05/2012 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai lu trois livres de Michel Onfray et j'avais bien aimé ses talents de vulgarisateur. Je pensais donc que j'allais apprendre des choses sur Nietzsche, un philosophe qui semble controversé. Certains pensent qu'il est un génie, certains pensent que sa pensée est mauvaise et moi je pense que son nom est trop compliqué. Je fus bien déçu. La bande dessinée n'est qu'une suite de scènes ayant pour rapport la vie du philosophe alors que ce que je voulais c'était apprendre des choses sur la pensée de Nietzsche. Il y a des petits trucs comme ce qu'il pensait de la morale chrétienne, mais ils ne sont pas nombreux et je n'ai pas tout bien compris. De plus, je me demande si Onfray n'a pas un peu arrangé les choses pour que les lecteurs aient le même point de vue que lui. Je pense notamment à la manière dont il décrit la méchante sœur antisémite du pauvre Nietzsche qui n'a rien contre les juifs et n'aime pas les antisémites. C'est un peu trop appuyé.

06/07/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Je me suis fortement ennuyé à la lecture de cet album. A quelques citations près, je ne connaissais rien de Nietzsche, ni sa vie, ni son oeuvre. Je me suis donc dit que j'allais m'instruire en lisant cette bande dessinée, que j'allais si ce n'est découvrir l'esprit de ses écrits ou du personnage, au moins avoir un aperçu de sa vie et m'endormir un peu moins con. Mais j'ai trouvé cet ouvrage pénible à lire et je n'ai pas su en retirer beaucoup d'enseignements. C'est bien la biographie de Nietzsche qui nous y est offerte, de ses traumatismes de jeunesse à sa mort. Je ne savais d'ailleurs pas du tout qu'il avait sombré dans la folie à la fin. Le souci, c'est que le choix de narration utilisé est de sauter d'un évènement à un autre au fur et à mesure de sa vie, les abordant à chaque fois comme de petites saynettes avec quelques moments clés. Cette vision superficielle et impersonnelle m'a empêché de m'attacher au personnage et m'a parfois donné l'impression qu'il fallait déjà le connaitre pour comprendre ce dont il était question sur certaines planches. Les auteurs en profitent pour glisser dans les dialogues la pensée du philosophe, dont on comprend qu'elle a évolué entre sa jeunesse et sa fin. Le problème ici, c'est que cette pensée philosophique est assenée au lecteur lors de discours sans vie, des discussions certes passionnées des protagonistes mais qu'on découvre de l'extérieur, comme un cours magistral ou un débat télévisé où l'on ne capte que la moitié du contenu comme si on avait manqué le début. C'est en tout cas ainsi que je l'ai ressenti, sans doute parce que je n'ai jamais été amateur de philosophie ou de réthorique sociale. A cela s'ajoute un dessin qui m'a déplu. Je l'ai trouvé trop formel, trop centré sur la représentation graphique et pas sur la narration. Les images se suivent comme des clichés, des personnages figés dans des poses, comme autant de photographies artistiques. Tant et si bien qu'autant le graphisme que la narration et les dialogues m'ont laissé complètement en dehors de cet ouvrage que j'ai eu du mal à terminer, me forçant pour profiter tout de même de ce qu'il pouvait m'apprendre sur Nietzsche, sa vie et sa pensée, mais ayant à lutter en permanence contre l'ennui et l'inintérêt.

01/06/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Quelle vie tragique et quel destin également ! Voilà un auteur qui n'était pas du tout compris de son époque et qui avait prédit que ses écrits auraient plus de succès un siècle après. Bref, un visionnaire de génie qui fut sacrifié ... On apprend beaucoup de choses sur la vie de ce philosophe hors pair. Son oeuvre est une critique de la culture occidentale et surtout des valeurs de la morale chrétienne. Il voulait créer de nouvelles valeurs allant au-delà du ressentiment par-delà le bien et le mal. Il est vrai que l'Allemagne nationaliste de Bismark commençait à développer une pensée dangereuse notamment envers les Juifs. Or, la propre soeur de Nietzsche allait par la suite complètement dénaturer son oeuvre en étant le chantre de l'antisémitisme. Elle a véritablement copiné avec un certain Adolphe Hitler. On voit que les idéaux peuvent être détournés de leur fondement. La propagande nazie se servira de son nom pour légitimer ses méfaits. Les dix dernières années de sa vie, il a sombré dans la démence affaibli totalement par une longue maladie. Il est mort à l'âge de 55 ans entre folie et prostration. Il était intéressant de remonter dans le temps pour comprendre la vie de l'homme et surtout celle de son oeuvre qui influence encore la philosophie contemporaine. Il est également question de sa rivalité avec son ancien ami Wagner ou encore de sa liaison avec la cantatrice russe Lou Salomé. Pour ma part, je suis également persuadé qu'il faudrait une élévation de l'homme de diverses manières. Pour autant, je ne crois point au déterminisme et au nihilisme. Maintenant, je sais que les interprétations de l'oeuvre philosophique sont fort diverses. A chacun d'apprécier ou pas. En tout cas, le présent ouvrage se veut fidèle à la réalité et chaque phrase prononcée est bien de lui. Cette bd pourra nous faire découvrir ce grand philosophe sous un jour nouveau loin de tout les manuels pompeux de philosophie abstraite. Une existence tourmentée vers la recherche d'un idéal à découvrir dans une alliance réussie entre la bd et la philosophie ! En tout cas, la première bd du genre !

15/08/2010 (modifier)

Magnifiquement illustré, faisant place autant à la méditation, à la réflexion, qu'à l'éclaircissement des aspects sombres de la vie de cette illustre philosophe, cette bande dessinée est un vrai plaisir pour les yeux et la matière grise. Je la conseille vivement. Que l'on connaisse ou non la vie du grand Friedrich, que l'on soit débutant ou chevronné en philosophie, on apprend des choses étonnantes, et j'en suis ressorti personnellement enrichi et ébloui.

04/04/2010 (modifier)

Je n’ai pas choisi cette bd. Quelqu’un s’en est chargé pour moi. Ce qui est frustrant dans une certaine mesure, mais cela m’a par ailleurs permis de sortir de mes thèmes de lecture récurrents. Michel Onfray est un philosophe français contemporain. Influencé par la pensée de Nietzsche, l’auteur a ainsi rédigé ‘L’Innocence du devenir – La vie de Frédérique Nietzsche’. Il s’agissait à l’origine d’un script cinématographique. Le projet n’a, semble-t-il, pas abouti. Du moins, jusqu’à ce que Maximilien Le Roy, un jeune dessinateur français, mette la main dessus et décide de l’adapter en bande dessinée. Cet album constitue davantage un récit biographique qu’un recueil de philosophie illustré, ce qui présente l’immense avantage de permettre au lecteur moyen – comme moi – de ne pas décrocher. Certains dialogues sont bien entendu relativement abstraits, mais les auteurs sont admirablement parvenus à calibrer et à espacer ces derniers. L’ouvrage présente donc diverses périodes de la vie du philosophe, de son enfance jusqu’à son décès. J’ai particulièrement apprécié l’éclairage apporté sur la position de Nietzsche par rapport à l’antisémitisme. Les auteurs semblent en effet avoir véritablement eu à cœur de rétablir la vérité sur ce point. Le dessin de Le Roy est vraiment magnifique, raffiné et tout en ambiances. Les scènes de folie sont particulièrement bien rendues. L’édition est par ailleurs de très bonne facture et met parfaitement en valeur les couleurs mates de l’album. En conclusion, ‘Nietzsche’ est une bd à lire, ne fut-ce que par curiosité.

03/04/2010 (modifier)