Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Colère d'Achille

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Adaptation de L'Iliade.


Adaptations de romans en BD Au temps de la Grèce Antique Homère Mythologie

À la fin de ce que la postérité nommera la guerre de Troie, un drame humain survient. Le chef des Grecs, Agamemnon, poussé à livrer une captive, dérobe celle d’Achille, son meilleur allié. Celui-ci, furieux, se retire sous sa tente et refuse de livrer bataille. Les Troyens ne manquent pas d’en tirer profit et marquent victoire sur victoire. L’issue de la guerre pourrait être changée.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Colère d'Achille
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

22/02/2010 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Mon avis est partagé par rapport à ce bouquin. D'un côté je salue le projet de Camille Le Gendre, qui s'est attaqué à un monument de la littérature mondiale, à savoir L'Iliade, contée par Homère. Un défi à la hauteur du dessinateur de Guerrero, au style "brut", puissant, indomptable parfois. Et quoi de mieux qu'un récit épique et remplis de dieux et demi-dieux pour un tel projet ? Le Gendre se sort du défi avec les honneurs. Son style a besoin d'un peu de temps pour être apprivoisé, et les plus impatients risquent de voir l'album leur tomber des mains au bout de quelques pages. Il faut dire aussi que l'ambiance très sombre (au sens des couleurs très sombres) n'invite pas forcément à la poursuite de la lecture. Et l'autre défaut majeur est les bulles et les récitatifs très petits, à la limite du visible. C'est logique, quelque part, le texte étant extrêmement dense. Si l'auteur avait dû tout illustrer, cet album aurait compté 500 pages au lieu de 124. Rien que le passage où chaque ethnie belligérante aurait pu prendre 50 pages, et là n'importe qui aurait lâché prise ou passé les pages. Le mérite est donc à saluer, Le Gendre ayant réussi à tout comprimer sans perdre trop de substance. A la fin de la lecture, on a l'impression d'avoir lu une véritable adaptation de cette œuvre majeure, même si j'ai quelques regrets, que je vais développer tout de suite. L'adaptation d'une œuvre majeure, que ce soit en BD, au cinéma, quelles que soient les intentions louables de l'adaptateur, laissera toujours l'amateur de l'œuvre originale frustré. Je pense au film Le Parfum, par exemple. En fait ma lecture de l'œuvre d'Homère, même si elle commence à dater, m'avait laissé sur ma faim. On arrivait de plein pied dans la Guerre de Troie, les relations entre les personnages étaient déjà posées, j'ai toujours eu l'impression qu'il manquait la lecture d'un bouquin posant les bases de l'histoire. J'aurais aimé que Camille Le Gendre extrapole, qu'il aille en amont de L'Iliade pour nous raconter l'enlèvement d'Hélène par Pâris, cet évènement ayant déclenché la Guerre entre les Achéens et les Troyens... Qu'il nous raconte les raisons et les circonstances de l'enlèvement de la femme d'Achille par Agamemnon... J'aurais aimé, aussi, qu'il appuie un peu plus sur les comportements des dieux, qui se comportent (dans Iliade comme dans l'Odyssée) à l'instar des enfants de maternelle. Malheureusement pour moi, Le Gendre se concentre sur le texte d'Homère tel qu'il nous est parvenu, s'attachant aux combats, aux discussions entre les chefs, aux réflexions des uns et des autres, reproduisant le côté un peu théâtral de certaines scènes. Une scène, d'ailleurs, m'a un peu déçu ; lorsqu'Achille découvre le cadavre de son ami (et amant ? l'ambigüité était plus forte dans le bouquin) Patrocle qui avait revêtu son armure... Bon, passons sur le fait que si l’on va au combat, on risque de se faire tuer, la réaction de l’opinion générale m’a toujours scié. Mais dans l’œuvre d’Homère c’est un passage réellement poignant, et là l’émotion est moins forte dans la BD. En résumé, c’est une bonne adaptation, fidèle, un peu trop parfois, mais dont la spécificité rebutera sans doute nombre de lecteurs et lectrices potentiels.

22/02/2010 (modifier)