Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les aventures de Gentleman Jim (Gentleman Jim)

Note: 1/5
(1/5 pour 1 avis)

Jim rêve de changer de vie...


Auteurs britanniques Iles Britanniques Raymond Briggs

Gentleman Jim, de son vrai nom Jim Boggles est employé dans les W.C. Il rêve de quitter son emploi pour des aventures plus exaltantes et consulte les petites annonces : pourquoi ne deviendrait-il pas aviateur dans la R.A.F. ou artiste peintre à Paris, ou cadre supérieur dans une entreprise ? Hélas, il faut des diplômes et Jim n'en a pas. Un western à la télé lui suggère la profession de cow-boy. Sa femme Hilda qui l'admire et le suit en tout, pourrait être entraîneuse dans un bar... Mais le billet coûte trop cher. De déception en déception Jim tente, à l'image de Gentleman Jim - bandit des grands chemins dont il a lu les aventures dans un livre, de devenir lui aussi un bandit : voler aux riches pour donner aux pauvres, quel beau programme ! monté sur un âne qu'il a eu gratuitement parce qu'il est très vieux Jim s'apprête à arrêter les voitures... Mais c'est lui qui est arrêté pour avoir effrayé les passants, mal nourri son âne, lui avoir construit une écurie au mépris des règlements municipaux. Jim se retrouve en prison où il a été versé dans sa spécialité : les W.C. Sa femme lui rend visite, tous deux sont très contents de leur sort et Jim a décidé de commencer sérieusement ses études.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 1980
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les aventures de Gentleman Jim
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

03/11/2009 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 1/5
L'avatar du posteur Spooky

J'ai trouvé dans cet album des résonances avec Ethel & Ernest du même auteur, où il racontait la vie de ses parents. Mais alors que là Briggs rend hommage à des "petites gens" avec tendresse et pudeur, ici il n'arrive qu'à caricaturer un pauvre diable sans intelligence, à l'imagination trop influencée par les images qu'il voit. Jim a le niveau de réflexion d'un enfant de 5 ans, incapable de séparer la réalité de la fiction (et sa femme a également l'intelligence -et le charisme- d'une huître), et même si l'auteur a voulu faire dans la caricature, ce dont je doute fort, c'est trop méprisant (à la manière Briggs, hein, ça se fait en gentleman so british) pour être réellement apprécié. Rapidement l'histoire m'a gonflé, me demandant où l'auteur voulait en venir. La morale pourrait être "ne prenez pas les chimères pour des réalités, sinon vous vous retrouvez en prison". C'est léger. Très léger.

03/11/2009 (modifier)