Le Dernier des Schoenfeld

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Une grande saga familiale sur fond d’occupation et de secrets inavouables. Un coup de maître signé Bartoll et Hervan.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Les sagas familiales

Une grande saga familiale sur fond d’occupation et de secrets inavouables. Un coup de maître signé Bartoll et Hervan. York. 1983. John Dillman est un romancier en vue, comblé par l’addiction de ses lecteurs. Mais il a oublié qu’une fiction, fut-elle réussie, ne sera jamais plus inventive que la vie, la vraie. C’est ce que se charge soudain de lui rappeler sa mère sur son lit de mort, lorsqu’elle lui apprend qu’elle est en réalité... sa tante, et qu’il est le dernier héritier des Schönfeld, une prestigieuse lignée d’épiciers de luxe. Décidé à tout éclaircir de son passé, John Dillman-Schönfeld se rend aussitôt en France, à la recherche de ses racines familiales. Sans se douter qu’il va ainsi déterrer de sombres secrets enfouis depuis l’Occupation... Avec T.N.O, Mortelle Rivieraet Terroriste, Bartoll s’était imposé comme le maître des intrigues politiques. Avec Le dernier des Schönfeld, coscénarisé par Agnès Bartoll et illustré par Hervan, il se révèle un remarquable entomologiste, épinglant les travers de l’âme humaine par cette saga familiale riche en émotions, Histoire et aventure.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2009
Statut histoire Série abandonnée (3 tomes prévus) 2 tomes parus
Couverture de la série Le Dernier des Schoenfeld
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

06/08/2009 | Ems
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

J'ai l'impression d'avoir vu ce genre d'histoire ailleurs et même plusieurs fois, soit en roman, soit en film, en feuilleton ou en TV-film, soit en BD, je ne sais pas... mais le talent des auteurs parvient à intéresser suffisamment le lecteur à ce drame familial dont on peut avoir une idée de la fin, à moins qu'ils ne choisissent une issue plus surprenante. Le gros défaut de cette Bd, c'est qu'il y a énormément de personnages et qu'on a du mal à les mémoriser ; durant ma lecture, j'avais beaucoup de difficulté pour me rappeler qui est Suzanne, qui est Rose, qui est Christian, qui est Georges... ?? bref c'est tout juste si on n'est pas obligé de les noter dans un carnet avec les rôles qu'ils jouent dans cette histoire. Sinon, la vie quotidienne dans un petit village du Périgord est bien rendue, même si Rabaillac est un lieu totalement fictif inventé par les auteurs pour ne pas impliquer un vrai village, mais situé dans un contexte réel puisqu'il est fait souvent allusion à Bergerac (qui possède de célèbres vignobles). Arrivé en fin de tome 2, j'avais trouvé la fin abrupte et comme inachevée, croyant fermement que c'était un diptyque, mais apparemment il faut attendre un autre tome dans lequel les révélations seront sans aucun doute douloureuses ou fracassantes. Boaf, c'est pas vraiment une histoire qui m'a transporté, mais je ne l'ai pas détestée non plus, surtout que le dessin dont j'aurais préféré un trait plus policé, n'est pas toujours exempt d'imperfections. Enfin, attendons la suite...

15/12/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

L'histoire reprend une trame classique : un jeune romancier américain va apprendre sur le lit de mort de sa pauvre mère qu'elle n'est en fait que sa tante et qu'il serait le dernier d'une lignée familiale à savoir les Schoenfeld. Abasourdi, il va s'envoler pour la France sur les traces de cette famille de commerçants dans l'épicerie de luxe ... Oui, mais il y a des trames classiques qui sont si bien réalisées qu'on se prend au jeu du scénario pour découvrir la suite. Ce premier tome a d'ailleurs été assez alléchant même si l'auteur utilise les codes habituels du genre des grandes sagas familiales avec leurs secrets inavouables. On attendra par conséquent la suite en espérant en effet que Glénat ne va pas faire trop durer la série comme il en est malheureusement coutumier. Pour autant, aux dires de l'auteur, ce projet ne s'étalera que sur 3 ans. Nous voilà rassurés !

02/08/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Après la lecture du premier tome. Cette histoire s'inspire de faits véridiques mais est une fiction. C'est difficile de juger une BD qui touche de près à la shoah. John Dillman va apprendre avec sa mère, sur son lit de mort, bien des révélations sur son passé et sa véritable identité. Il se rend dans le Périgord pour retrouver son passé. Ce premier tome introductif met les bases pour une épopée. On a déjà les protagonistes, les grandes lignes semblent claires mais il y aura certainement des surprises. Le dessin est correct mais il souffre de défauts de jeunesse. Je pense que cette série a du potentiel mais je redoute qu'il y ait trop de tomes comme trop souvent chez Glénat.

06/08/2009 (modifier)