The Gentlemen's Alliance Cross

Note: 2/5
(2/5 pour 4 avis)

Hainé a déjà connu un parcours difficile, blessée par les conditions de son adoption. Elle fréquente désormais la prestigieuse Académie impériale et elle tombe sous le charme de Shizumasa, dit "l'Empereur", l'élève le plus riche et le plus influent de l'école. Hainé aimerait tant se rapprocher de lui. Son rêve deviendra-t-il réalité ?!


Adoption Shojo Shueisha

Hainé a déjà connu un parcours difficile, blessée par les conditions de son adoption. Elle fréquente désormais la prestigieuse Académie impériale et elle tombe sous le charme de Shizumasa, dit "l'Empereur", l'élève le plus riche et le plus influent de l'école. Hainé aimerait tant se rapprocher de lui. Son rêve deviendra-t-il réalité ?!

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 03 Juillet 2009
Statut histoire Série terminée 11 tomes parus
Couverture de la série The Gentlemen's Alliance Cross
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

12/07/2009 | Ro
Modifier


Par Altaïr
Note: 1/5

Ouïaïaïaïaïaille... Quand j'ai emprunté ce "manga" à Ro, je pensais lire un shôjo concon et décérébrant, le genre de truc bien adapté au repos neuronal après un week-end arosé au Ti'punch, de l'eau de rose tarte mais pas méchante façon Harlequin. Oui mais en fait non. D'après les avis précédents, le fond est fortement malsain, mais en fait je n'ai même pas réussi à l'atteindre. Ce manga est tout bonnement illisible : il n'y a pour ainsi dire aucun décor, et même si je ne suis d'habitude pas super difficile de ce point de vue là, là ça ne m'a franchement pas aidée à situer l'action. Ensuite, tous les personnages se ressemblent, je les ai plusieurs fois confondus, les dialogues s'enchainent sans cohérence et sont sans intérêt... l'héroïne larmoyante soumise à son grand beau et fort empereur, censée savoir se battre et avoir été délinquante tout en ressemblant à une princesse mièvre (???) n'a aucune cohérence et flatte le cliché machiste. ça me fait d'autant plus mal quand ce genre d'archétype fleurit sous la plume d'une femme... Bref, pour paraphraser Ro, c'est une bouillie infâme qui m'est très vite tombée des mains. Et, pire, même au nième degré ce n'est pas drôle. et pourtant, j'aime le nième degré :)

22/03/2010 (modifier)
Par Mélo
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

J'ai adoré. Ça décrit bien la réalité de la vie en montrant que les riches ont tout et les autres rien, mais tout en laissant l'espoir au lecteur ou à la lectrice de voir un dénouement où la fille pauvre peut conquérir avec de la volonté l'empereur. L'histoire est très complète et on a vraiment envie de lire la suite. Les dessins sont très bien faits (sauf quelques-uns un peu brouillon). J'ai vraiment envie de lire la suite. Les commentaires de l'auteure me font rire. Même si le début un peu enfantin, on découvre ensuite plus de profondeur à l'histoire. J'ai 14 ans et j'ai adoré.

12/10/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 1/5
L'avatar du posteur Spooky

Ro a bien détaillé le fond de ma pensée en ce qui concerne ce manga. Pour ma part je m'efforcerai de faire court. Je n'ai pas pu terminer le premier tome. Il m'est littéralement tombé des mains. Autant il m'est arrivé de lire des trucs pour jeunes adolescentes un peu cucul, autant parfois je trouvais ça rigolo, parce qu'il y avait des fleurs dans les coins, parce qu'il y avait des répliques marrantes, parce que le dessin était particulièrement bon. Ca aidait à faire passer la pilule. Là, rien à sauver. Le dessin est médiocre, les personnages avec les yeux qui leur mangent la moitié de la tête me semblent vraiment inopportuns. L'auteur nous sert une sorte de micro-société au sein de cette école, un schéma assez puant par ailleurs. Et notez que les élèves semblent ne jamais être en cours, hein, ce serait inutile. Non vraiment, la lecture de ce truc est une perte de temps, même si vous n'avez rien d'autre et que vous avez plus de 12 ans.

16/07/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 1/5
L'avatar du posteur Ro

D'ordinaire, quand je n'accroche pas à une BD, je tente de me mettre dans la peau du public cible et de m'en faire une opinion objective, de voir en quoi cela pourrait plaire et motiver son édition en albums. Mais là, vraiment je n'ai pas pu. Je me suis forcé pour arriver au bout du premier tome puis j'ai feuilleté et tenter de voir si les choses évoluaient dans le second tome. Pas moyen. Ce manga est un concentré de ce que je n'aime pas dans les shojos sans aucun avantage en contrepartie. Alors si, peut-être peut-on estimer que le dessin est bon. Soigné, esthétique, dans une pure veine shojo aux garçons efféminés et aux yeux immenses, il est maîtrisé. Mais pour ce qui est de rendre les personnages différenciables, c'est râpé. J'ai passé mon temps à confondre l'héroïne avec quasiment toutes les autres filles de son collège. La mise en page et la narration graphique sont en outre très embrouillées, avec de nombreuses ellipses inutiles et des passages sans aucune clarté. Mais c'est surtout le contenu du scénario qui m'a déplu. Le cadre de l'intrigue est détestable. Il s'agit d'une apologie de la société hiérarchisée par le fric, où les moins favorisés tentent de grappiller des points aux yeux des plus riches pour espérer un jour, au bon vouloir des puissants, atteindre une portion de leur rang. C'est une adaptation moderne du conte du prince charmant, beau et riche, dont la donzelle de basse extraction va immédiatement tomber amoureuse et tenter de se rapprocher avec une ignoble humilité de femme soumise. Une glorification du système de classes sociales où il parait normal que les riches soient les seigneurs et où les pauvres les vénèrent et leur obéissent. Un monde où l'important est l'apparence et où il ne faut qu'aucune rumeur ou ragot ne vienne entacher la réputation que vous avez tant de mal à vous bâtir. La société japonaise dans ce qu'elle a de plus détestable où les senpai méprisent d'autant plus les kohai qu'ils ne sont pas du même rang financier. Ma fille aurait une telle vision du monde, elle se prendrait une belle raclée. A côté de ça, on dirait qu'il n'y a pas de scénario. L'auteur s'enorgueillit d'avoir créé des personnages (qui ont l'air de la fasciner) et de les laisser vivre et porter son récit. Elle se demande, non sans glousser à cette idée, si la belle héroïne va un jour réussir à séduire le beau mais frigide héros. Oh, quel suspens. Le but du jeu ensuite, est de donner de plus en plus de ce qu'elle appelle de la profondeur à ses personnages, avec des secrets, des retournements de situations, des quiproquos. Si encore ses personnages étaient attachants... Mais hormis éventuellement le faux petit-ami gay et maladroit du prince charmant (soit dit en passant, l'auteur avoue ne pas aimer les personnages gays) les autres sont sans saveur et plus souvent agaçants qu'intéressants. Le tout forme une bouillie infâme et pénible à lire.

12/07/2009 (modifier)