Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Noir

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 4 avis)

Réédition sous un autre titre de Bonne année (descriptif et avis sur ce site), ainsi que deux inédits dont cette « Balade irlandaise », une histoire d’amour assez « rock’n’roll » sur fond de haines communautaires lors du conflit nord irlandais (qui, l’air de rien, est toujours latent malgré la « paix » signée par la branche armée des catholiques irlandais).


Anticipation Banlieue Baru Ecritures Le Conflit nord-irlandais Racisme, fascisme

Un album composite qui reprend 3 histoires. Vous y trouverez « Bonne année » (descriptif et avis sur ce site), ainsi que deux inédits dont cette « Balade irlandaise », une histoire d’amour assez « rock’n’roll » sur fond de haines communautaires lors du conflit nord irlandais (qui, l’air de rien, est toujours latent malgré la « paix » signée par la branche armée des catholiques irlandais). Un cri de colère, à sa façon, par un très bon auteur français.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Noir
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

02/07/2009 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur carottebio

Première découverte de Baru pour moi et donc pas de déception par rapport à une précédente édition. Graphiquement c'est superbe et énergique. Très manga en effet. Les histoires sont originales et auraient peut-être mérité d'être plus longues pour constituer des albums à part.

03/11/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Cette BD réunit 3 histoires distinctes. Je ne reviendrais pas sur le fait que la seconde fut publiée sous le titre Bonne année. C'est d'ailleurs celle qui m'a le moins plu. J'avais d'ailleurs noté le one shot 2/5. J'ai aimé le premier récit, surtout sa chute bien amenée. Le dessin y fait très manga et est réussi. La troisième histoire parle du conflit Irlandais. Son scénario n'est pas parfait mais il comporte de bonnes choses. Dommage que la fin soit trop optimiste... Pour résumer, je ne regrette pas cet emprunt mais je ne vois pas l'intérêt de l'acheter. Le plus important avec cette BD est la faculté d'adaptation au dessin de Baru qui n'est pas facile d'accès.

07/09/2009 (modifier)
Par iannick
Note: 2/5
L'avatar du posteur iannick

« Noir » est un one-shot qui regroupe trois anciens albums de Baru dont Bonne année paru en 1998. L’auteur a conçu ce récit anticipatif sur ce que la France serait sous un régime politique aux idées inspirées de l’extrême droite (Bonne année avait été réalisée sous la période où le Front National était un des partis les plus populaires de France). L’histoire se déroule dans la deuxième décennie du XXIème siècle. Ça se passe dans une banlieue quadrillée par un corridor où les forces de l’ordre ont ordre de tirer sur tout individu essayant de franchir les murs. Ce mur a été érigé sous l’impulsion du gouvernement pour tenter d’enrayer la violence dont il tient les banlieusards comme responsables… En fait, ce récit retrace le quotidien de jeunes paumés à intérieur de ces corridors. Ainsi, le lecteur découvrira une France du futur où le banlieusard est privé de lien avec le centre-ville peuplé de gens aisés, interdit aussi de ressources, issu d’une population d’immigrés, sous muni de préservatifs (d’où un fort pourcentage de la population atteint du virus du sida), etc… Le scénario de Baru est très vivant et aucun sentiment d’ennui ne m’est apparu lors cette lecture. Cependant, je trouve que les personnages sont très caricaturés, que l’auteur a trop forcé sur les traits de tous les protagonistes. Le résultat donne une histoire qui m’a semblé peu probable alors que les faits montrent que tout ceci pourrait être crédible… la faute peut-être au trait de baru qui aurait –à mon avis- dû être plus réaliste (dans le même genre que SOS Bonheur par exemple). Autre point que je trouve négatif sur cette bd, c’est que malgré les nombreuses péripéties qui y sont présentes, je n’en ai pas retenu grand’chose ! Les travers de cette société ne sont pas –à mon avis- développés : c’est comme si le lecteur suivait les faits sans qu’on lui propose le temps de réfléchir sur les solutions qu’il pourrait adopter pour résoudre ces problèmes ! La dernière histoire sur le problème de l’Irlande du Nord entre les protestants et les catholiques ne m’a pas marqué et m’est apparue très clichée. Je m’attendais à mieux de cette bd surtout quand on sait qu’elle est réalisée par Baru, un auteur que j’apprécie beaucoup pour ses prises de position sur les travers de notre société. Cette histoire ne m’est apparue pas convaincante. Les personnages sont –à mon avis- trop stéréotypés et les péripéties de chaque protagoniste trop clichées pour que je croie à ce récit de la France du futur. Ah, si seulement Baru avait pris le temps de poser sa vision de l’avenir des banlieues, au moins cela aurait permis aux lecteurs de s’interroger avec lui des différentes problématiques abordées dans sa bd !...

10/08/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 1/5

Le problème avec cet « album », c’est que je suis passé du « noir » au rouge ; rouge de rage de trouver dans cet opus une BD de plus de 70 pages parue antérieurement MAIS SOUS UN AUTRE TITRE (voir Bonne année). Et ça : je ne pardonne pas. Si la couleur est annoncée sur le cover : d’accord ! On sait à quoi s’en tenir. Mais ici : rien ! Même pas un autocollant ou une bandelette avisant « contient Bonne année ». Qui plus est, les deux autres histoires –même si la violence y explose, si le trait est énergique, le thème corrosif- m’ont déçudéçudéçu… Mais pour ceux qui ne connaîtraient pas (et il y en a) l’univers de Baru, ils vont faire la découverte d’un véritable pessimisme distribué à bonnes et hautes doses ; lequel va vous secouer les méninges et les consciences. Mais pour les autres, dont je suis : fallait-il éditer ce qui est quand même une sorte de fraude sur la marchandise ?… Il devrait y avoir une sorte de garantie de l’éditeur sur ce qu’il fait imprimer, ce qu’il vous vend ou cède (mais ça, faut pas espérer !). De un : ça éviterait de faire abattre des arbres pour imprimer quelque chose qui l’a déjà été. De deux : ça me permettrait de me faire rembourses de 50% de la valeur de cet opus. Petit coup de gueule –c’est rare de ma part- mais c’est mon état d’esprit après la –mauvaise- lecture de ce tome. D’où cote en rapport. Boum !

02/07/2009 (modifier)