Le Visiteur du Sud

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)

Voyage de Monsieur Oh en Corée du Nord.


Carnets de voyages Corée Documentaires

Oh Yeong Jin, technicien sud-coréen du bâtiment est envoyé en Corée du Nord pour installer des canalisations. Sur le chantier, le manque de moyens et l’organisation rigide de la vie quotidienne compliquent le travail. Dans les discussions, les questions politiques émergent parfois, mais rien ne doit remettre en cause l’idéologie d’état. Les échanges entre les Coréens du Nord et leur « visiteur du Sud » emprunte des chemins tortueux qui en deviennent comiques. Pourtant, malgré les différences culturelles et sociales entre Nord-Coréens et Sud-Coréens, le séjour de M. Oh laisse entrevoir bien des points communs.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Février 2008
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Le Visiteur du Sud
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

02/06/2009 | Spooky
Modifier


Par Ems
Note: 3/5

Après la lecture des 2 tomes. Ces deux volumes sont un bon complément à Pyongyang de Guy Delisle. "Le Visiteur du Sud" nous offre le regard d'un sud coréen sur la Corée du Nord. Le second tome est dispensable, les moments les plus forts sont traités dans le premier tome. Globalement j'ai eu l'impression de légèreté dans les scènettes. Il s'agit d'une sorte de carnet de voyage relatant des anecdotes vécues par l'auteur, donc situées dans un contexte précis et limité. Pourtant, leur développement est le fruit d'une mure réflexion et d'un travail documentaire important. Il y a un profond respect des voisins nordiques victimes d'un système les ayant conditionné, l'auteur cherche à comprendre les réactions si différentes des habitants de la Corée du Nord par rapport à ceux de son pays, d'autant qu'il y a encore une cinquantaine d'années, ils faisaient tous partie de la même patrie. Les récits s'organisent de la même façon, des petites histoires puis de temps en temps des pages de texte apportant des compléments d'informations sur les lois, les coutumes, l'histoire, enfin tout ce qu'il faut connaitre de la Corée du Nord pour mieux comprendre les expériences vécues de l'auteur. Graphiquement, c'est minimaliste et simpliste, l'important reste le propos. L'ensemble se lit bien et instruit le lecteur qui voudra s'en donner la peine. Si Pyongyang vous a plu, cette série ne vous laissera pas indifférent.

19/07/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Les témoignages accessibles sur la vie en Corée du Nord sont trop rares à mes yeux. Pyongyang, de Guy Delisle, nous offrait la vision d'un occidental découvrant la façade absurde et presque touristique de ce pays fermé sur lui-même. Avec ce diptyque là, c'est la vision d'un travailleur venu de Corée du Sud, et donc à même d'un peu mieux se fondre et comprendre la population locale, que l'on a droit. La bande dessinée raconte par une suite de courts chapitres et d'anecdotes le séjour de plus de 3 ans de ce chef de chantier venu contrôler les travaux d'un projet de travaux publics réalisés en partenariat entre Sud et Nord. Il raconte ainsi son arrivée, sa découverte des lieux, des habitants et des ouvriers du Nord avec qui il va travailler, puis le quotidien de sa vie d'étranger au sein de ce qui était anciennement une partie de son pays, les conversations parfois étonnantes qu'il a avec les locaux, des constats, des témoignages, etc... Des pages de textes sont également insérées régulièrement pour expliquer de manière objective les faits historiques et politiques liés à la Corée du Nord. Ces passages sont tout aussi instructifs que les planches dessinées. J'ai appris pas mal de choses et pu constater de nouveau l'absurde de ce pays totalitaire vouant un culte indéniable à une famille régnante dont le parti et le système ont totalement remodelé le mode de pensée des habitants. En même temps, l'auteur montre à quel point une fusion rapide des deux Corées parait difficile et que finalement rien ne prouve que le mode de vie du Sud pourrait convenir à la population du Nord et ne pas entraîner un bouleversement préjudiciable aux deux pays. Tout cela parait bien compliqué et on ne peut pour le moment, comme l'auteur, que constater les faits et la barrière psychologique séparant Nord et Sud. Très intéressant. Il est juste dommage que le dessin ne soit vraiment pas terrible. Cela gâche l'intérêt de la BD car j'ai régulièrement trouvé dommage que certains personnages et paysages décrits ressortent aussi mal avec ce dessin simpliste et caricatural.

27/10/2010 (modifier)

Voici un témoignage rare par sa nature (plus que par sa qualité à mon humble avis) sur la Corée du Nord. En effet, l’immense dictature est vue à travers les yeux d’un Sud-Coréen. C’est ce qui fait l’originalité de ce récit, mais aussi –pour nous, occidentaux- sa faiblesse. En effet, l’auteur envoyé en Corée du Nord pour y superviser un chantier, confronte ce qu’il découvre du quotidien des Nord-coréens à son vécu… de Sud-coréen. Ce qui signifie qu’il occulte, dans ses observations, tout ce qui lui est familier... et qui aurait pu nous intéresser. De ce fait, on en apprend aussi un tout petit peu sur la Corée du Sud, et surtout sur le fossé d’incompréhension qui sépare les deux Corées, mais pas de quoi apaiser la frustration croissante que l’on éprouve au fil de la lecture. Ceci dit, au fil des anecdotes qu’égrène l’auteur, on se rend compte de l’absurdité de la vie quotidienne des Nord-coréens et du bourrage de crâne qu’ils subissent constamment. L’auteur a pris aussi le parti de ponctuer chaque chapitre par des textes documentaires intitulés « Le regard de Monsieur Oh », sur des thèmes tels que "Les formalités à remplir par les Sud-coréens pour se rendre au Nord", "Importer des objets du Nord" intéressants et édifiants, mais aussi "Les campagnes pour l’augmentation de la production" de 1953 à 1999 assez barbant :8 ou encore "Les transports en commun" lui aussi lourdement informatif. On y "apprend" ainsi que "le trolleybus possède un équipement électrique sur le toit. Il est alimenté par des lignes de contact aériennes. Grâce à son moteur électrique, le trolleybus ne fait pas beaucoup de bruit et il est peu polluant." Euhhh…. Ils n’en ont pas en Corée du Sud ? Parce que nous on connaît le trolley ! Voilà l’illustration de ce que je disais en intro. Quant au dessin, hé bien… il est… spécial, à la fois très basique, très dépouillé, et en même temps assez particulier dans le traitement des visages, celui du narrateur ressemblant à un quartier de lune. Mais dans ce genre de BD, le style graphique compte peu, pourvu qu’il soit compréhensible et informatif. A vous de voir, si le sujet vous passionne.

01/09/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Une série pas mal du tout, qui raconte la Corée du Nord d’aujourd’hui par le petit bout de la lorgnette, via les yeux d’Oh Yeong Jin, Sud-Coréen amené à diriger un chantier chez ses voisins du nord. En fait il présente une alternance entre épisodes cocasses de son voyage, et exposés plus formels sur l’histoire et différents éléments culturels de la Corée du Nord. Le pays est l’un des plus fermés au monde, et cette visite n’est pas sans rappeler certains albums de Guy Delisle, tels Pyongyang et Shenzhen. Les passages dessinés le sont dans un style enfantin très expressif, l’auteur se représentant avec des cheveux clairs, marque de son « occidentalisation » face au côté plus strict des Nord-Coréens. C’est souvent assez drôle, et, il faut bien le reconnaître, pas trop méchant envers ses « victimes ». La plupart des Nord-Coréens sont décrits comme intelligents, drôles, mais dont le décalage, dû à une éducation très particulière, amène parfois à des situations étranges. L’autre versant de l’ouvrage est donc constitué de petits exposés sur la situation économique du pays, son histoire, des éléments culturels, etc. Loin d’être chiante, cette partie permet de mieux mesurer la spécificité de la Corée du Nord, devenue très exotique pour sa sœur du sud. Il faut souligner le travail de traduction et de relecture remarquable, réalisé par cinq personnes, pour arriver à des albums sans aucune faute ni expression littérale pouvant prêter à confusion. Cette qualité a d’ailleurs valu au tome 1 le prix de l’association des critiques de bandes dessinées. L’ensemble est assez remarquable, très instructif, mais malheureusement un peu long. Cependant il apporte un éclairage inattendu dans un pays qui joue aujourd'hui avec le feu, que ce soit avec son plus proche voisin comme avec les autres nations.

02/06/2009 (modifier)