Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Kursk - tourmente d'acier

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Âpre récit de guerre, sur fond d’Opération Barbarossa – attaque lancée par l’Allemagne nazie sur la Russie.


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Russie [Seconde Guerre mondiale] Front de l'Est

Seconde Guerre Mondiale. Sur le front russe, des soldats allemands sont lancés dans une bataille à laquelle ils ne comprennent pas grand-chose… Ballotté de vagues attaques en replis incertains, auxquels viennent s’ajouter les aléas du climat, chacun essaie de survivre, tout en ne pouvant éviter d’obéir aux ordres. Blessé, le narrateur est brutalement rapatrié, laissant le lecteur dans l’impossibilité de comprendre l’ampleur réelle de cette bataille.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2000
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Kursk - tourmente d'acier
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

30/04/2002 | SuperFox
Modifier


Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Cette BD est un vrai témoignage historique, le témoignage d’un soldat de l’armée allemande engagé dans la bataille de Kursk en Ukraine sur le front Russe. Un soldat qui ne sait pas vraiment où il est, qui n’a aucune idée des positions stratégiques que seuls les commandants connaissent, qui ne sait même pas ce à quoi il va être confronté ni quelles sont les tailles des armées en présence. Mais un soldat qui va être témoin pendant de très longs jours de l’atrocité de la guerre, de l’abrutissement des soldats exténués, de l’absurdité de cette boucherie où tous se font massacrer et dont personne ne sort vainqueur. On est vraiment plongé dedans, c’est bien raconté, totalement réaliste puisque probablement totalement véridique. Pas de héros, pas d’intrigue complexe, pas de grand final, juste un récit des faits dans leur crudité et leur horreur. Un document historique de très bonne qualité.

12/07/2007 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Cette BD est, à ce jour, le dernier album de Dimitri ayant pour cadre la seconde guerre mondiale. Ce thème est l’un des sujets favoris de l’auteur dans lesquelles ses scénarii sont majoritairement basés sur des soldats allemands (Kaleunt, Lindeburg) ou japonais (Kamikazes). Cette fois-ci l’histoire se déroule sur le front russe, en Ukraine plus précisément, en compagnie d’un soldat allemand et de son régiment. Je suppose que le scénario débute lors de l’offensive allemande puisque la bataille a pour objectif la prise de « Koursk » (ou « Kursk »). Tout au long du livre, j’ai ressenti de la part de l’auteur une volonté de décrire l’horreur de la guerre. Dans cette BD, il n’y a aucune explication sur le mouvement des troupes russes ou allemandes et aucune date. Tout est centré sur le destin d’un soldat allemand dont le lecteur partage ses espoirs et ses craintes. J’ai un avis mitigé sur cet album, autant le dessin et le thème me plaisent, autant la voix off utilisée par l’auteur tout au long de cette BD m’irrite. Je trouve que cette narration est trop présente et gène fortement le plaisir de lecture. Il est d’ailleurs assez bizarre que Dimitri ait utilisé ce mode de narration car ses autres albums étaient moins « bavards » en voix off et donc, à mon avis, plus plaisants à lire. « Kursk » est finalement une BD de plus qui montre l’horreur de la guerre. Par rapport aux autres BD ayant traité ce thème, je trouve dommage que Dimitri utilise trop la voix off. Ceci a considérablement gêné mon plaisir de lecture. Un conseil pour ceux qui veulent découvrir les one-shots de Dimitri : jetez un coup d’œil sur Kaleunt, Kamikazes ou encore « Lindeburg » qui sont plus agréables à lire que « Kursk ».

04/07/2006 (modifier)
Par SuperFox
Note: 4/5

Un récit proprement assommant, dans le bon sens du terme : la narration lourde, centrée sur un seul et unique personnage – un soldat allemand qui tue, et voit ses copains se faire tuer – est très efficace… Historiquement très solide, l’œuvre dépasse largement le cadre du récit de guerre ou du documentaire pour se faire dénonciation de la misère humaine provoquée par les conflits, « tourmentes d’acier » dans lesquelles viennent se perdre de pauvres troufions qui n’ont rien demandé à personne, et ne savent vraiment pas ce qu’ils font là… Mais le font quand même. Absurdité de la guerre, conditions éprouvantes (et c’est un euphémisme), mise au pas de toutes les sensations autres que la douleur ou la fatigue, ce bouquin se hisse, à mon avis et dans son genre, au niveau du magistral « C’était la guerre des tranchées » de Tardi. A ceci près que, comme dans « Kaleunt », l’auteur choisit délibérément un point de vue allemand, histoire d’insister sur le fait que les vaincus de ce conflit ont beau l’avoir provoqué par la folie de quelques-uns, beaucoup d’autres l’ont payé de leur chair et de leur sang – quel que soit leur camp.

30/04/2002 (modifier)