Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Droit du sol

Note: 3.17/5
(3.17/5 pour 6 avis)

Un regard ultra réaliste et parfois cynique sur le quotidien de l'ile de Mayotte et de ces clandestins qui arrivent quotidiennement


Immigration clandestine L'Océan indien La France d'Outre-Mer Madagascar et ses environs

Résumé tiré de la critique de Yves-Marie Labé dans le monde des livres : Qui connaît Mayotte ? Ce dernier des confettis de l'ex-Empire colonial français, égrené dans l'archipel des Comores, au nord-ouest de Madagascar, évoque des plages de sable blanc, lagon bleu turquoise, tortues marines et pêche au gros... Mais l'envers de ce décor réservé aux mouzoungou (étrangers, qu'ils soient expatriés ou touristes) est un enfer pour beaucoup d'autres. Le titre Droit du sol indique que celui-ci est de plus en plus remis en cause par des Français de "souche" et par des Mahorais, furieux que les clandestins anjouannais, et surtout leurs enfants, puissent bénéficier d'avantages médicaux garantis jusqu'ici par la tolérance de certains et l'humanité d'autres.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Mars 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Droit du sol

10/04/2009 | PAco
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Mes camarades ont bien posé les enjeux de la lecture de "Droit du sol" ; à cela se rajoute le débat lancé par le Ministre de l'Immigration et de l'identité nationale sur, justement, cette identité nationale. Qu'est-ce qu'être français ? C'est parler la langue française ? C'est naître sur le territoire ? C'est s'intégrer, aller à l'école, trouver du boulot ? Je ne pense pas qu'il y ait de réponse définitive ; mais, à 5 000 ou 10 000 kilomètres de la métropole, le concept même prend toute son importance. A Mayotte, nouveau département, se croise natifs qui essaient de survivre, parfois en vendant leur corps, métropolitains aux motivations diverses, allant de l'humanitaire à la concupiscence la plus crasse. L’atout de Charles Masson est d'essayer de présenter un panorama vaste de toutes ces identités, qui essaient toutes de tirer profit de leur appartenance à la nation française... Avec en toile de fond l'arrivée au pouvoir de Sarkozy et sa conception toute particulière de l'identité française... Masson essaie de nuancer son propos, il n'y a pas de bons ou de mauvais maorais, de bons ou de mauvais métropolitains... C'est bien, mais en plus de nuancer, il aurait bien fait d'approfondir le débat sous-jacent. Des tas de questions sont posées par ce one shot, peu trouvent de réponse, ou du moins de prises de position... Dommage, car l'ouvrage aurait ainsi pu avoir un véritable retentissement, et participer lui aussi au débat... Cependant la lecture fut intéressante, même si j'aurais aimé découvrir un peu plus la culture de Mayotte... Un petit 3,5/5 mérité.

07/11/2009 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Entre roman graphique et documentaire, cette BD fiction décrit la vie sur une île Française loin de la métropole : Mayotte. Ce pavé de plus de 400 pages se lit facilement. Par le biais de plusieurs personnages, on a une description des contextes politique, social et économique. Le récit est sans compromis, la dernière page étant même l'apothéose de l'horreur. L'auteur décrit les rapports qui unissent les autochtones, les métropolitains blancs et les moins enviables, les clandestins. La liste des sujets abordés est énorme. J'ai trouvé passionnant cette richesse du scénario. Il ne tombe jamais dans la caricature bien au contraire, il reste factuel et se veut le plus réaliste possible. Le dessin N&B m'a plu. Il m'a fait penser à celui de Frederik Peeters dans le trait. Pour continuer la comparaison, la narration y est ici également exemplaire. C'est simple, je n'ai pas trouvé de défaut à cette BD. Le prix peut paraître élevé au premier abord mais en fait le rapport qualité/prix est excellent. Je n'ai pas du tout parlé du contenu car la lecture à l'aveugle n'en sera que meilleure. On passe par tous les sentiments au fil des pages. Ce one shot est d'une richesse rare dans le monde de la BD. A découvrir de toute urgence.

15/08/2009 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur PAco

A l'heure des polémiques posées par le film "Welcome" et le référendum sur la départementalisation française de Mayotte, "Droit du sol" de Charles Masson tombe à point nommé. Si le trait sombre et gras de ce pavé de 433 pages tout en noir et blanc n'avait rien d'attrayant à mes yeux de prime abord, l'immersion dans ce quotidien ultra réaliste, souvent sordide, mais aussi plein d'humanité a tout emporté. Moi qui tiquais sur le graphisme, je me suis même surpris à admirer l'expressivité et le rendu de certaines planches. C'est simple, épuré, dénudé, comme les corps de ces clandestins qui nous sont révélés... Corps flottants après le naufrage des barques des passeurs, corps violés pour prix de ce voyage, corps exploités pour sortir de cette misère, mais heureusement aussi corps passionnés, transcendés et corps caressés. Car ce trait si marqué de Charles Masson sert son lourd récit à merveille. Lourd, car c'est dans la mare que fait du bruit ce pavé, comme cet enfant qu'on jette par dessus bord pour éviter une patrouille policière... Moi qui ne connaissais Mayotte, Madagascar et ses environs que par les rares reportages sur lesquels j'avais pu tomber et l'actualité souvent tragique des JT, j'ai pris cette BD en pleine gueule... On croyait le colonialisme éteint, l'esclavagisme abolit... quelle naïveté ! Les personnages dont on nous brosse le portrait m'ont parfois donné envie de vomir... Heureusement, les protagonistes de cette histoire ne vont faire que croiser ces ordures notoires. En effet, on va suivre quatre/cinq personnages principaux à la psychologie complexe (mais pas prise de tête), aux parcours très différents, loin des clichés et qui rendent parfaitement compte du quotidien de cette ile. Car ces métropolitains expatriés pour des raisons des plus différentes, vont être confronté, encaisser et digérer la dure réalité de cette misère et de l'immigration qui en découle de façons différentes. C'est ces tranches de vie si particulières que nous propose Charles Masson, tout en dénonçant de façon intelligente ce qui se joue là-bas et les drames qui se nouent, sans non plus sombrer dans le pessimisme. Une oeuvre forte qui ne peut laisser indifférent.

10/04/2009 (modifier)