Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Zeste

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 4 avis)

En plein coeur de la cité, une jeune femme décrit son amour d'adolescente pour un jeune homme à la dérive. A travers son récit, elle évoque le caractère initiatique de cette expérience chaotique entre drogue et amour.


Des Ronds dans L’O La BD au féminin Les drogues

Une jeune femme écrit son amour d'adolescente pour un jeune homme à la dérive. À travers son récit, elle évoque le caractère initiatique de cette expérience confrontée à la drogue dans un environnement urbain. Elle y montre certaines facettes du quotidien de quelques jeunes des cités : le désœuvrement, l'influence de l'environnement et des fréquentations, l'amour, les copains, la drogue, la présence policière.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Zeste © Des Ronds dans l'O 2008

19/02/2009 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Ouvrage à toucher avec des pincettes. Dans une histoire à forte connotation autobiographique, Céline Wagner nous livre un album très fort, mais en même temps très difficile d'accès. En effet elle raconte son histoire d'amour avec un jeune homme à la dérive, une histoire racontée de façon non pas littérale, non pas réaliste, mais de façon extrêmement subjective, presque onirique, avec des illustrations souvent en décalage avec le texte. Artiste plasticienne de métier, l'auteure s'est "amusée" à placer de nombreuses références à des peintres connus (Dürer, Michel-Ange, Bosch...) dans ses planches, élevant ainsi le récit dans des sphères plus ambitieuses, très éloignées du terre à terre des toxicos qui sont mis en scène. Personnellement j'ai eu du mal avec cet album. Non pas que je l'aie trouvé mauvais, loin de là, la sincérité et l'authenticité des propos de l'auteur auraient même tendance à me toucher. Mais c'est avec ce type de récit que je me sens mal à l'aise. C'est glauque, sombre à souhait, et cela n'est pas fait pour arranger le moral. Cependant derrière l'amoureuse désespérée, derrière la conteuse inspirée, on sent une artiste bourrée de talent, capable de faire passer de nombreuses émotions dans ses peintures, de placer des ambiances uniques, mais aussi d'élever un récit. Une vraie découverte.

19/02/2009 (modifier)