La Pluie du Paradis (Vimoska)

Note: 3.13/5
(3.13/5 pour 8 avis)

Une petite ville du sud de la Chine est le théatre de trois récits qui mêlent amour et passion pour la peinture. Deux amoureux se préparent au départ du jeune homme pour une prestigieuse école de peinture. Un orphelin abandonné, recueilli par un vieux maître, décide de suivre la même voie que lui et d'apprendre l'art difficile de la peinture. Un jeune artiste, venu approfondir ses connaissances auprès d'un galeriste au caractère bien trempé, tombe sous le charme de la jeune fille de la maison. Chaque histoire interprète par ses joies, ses espérances, mais aussi ses tristesses et ses désillusions, ce qui fait l'essence même de la vie et de l'art : l'amour.


Chine Manhua Peinture et tableaux en bande dessinée

Une petite ville du sud de la Chine est le théatre de trois récits qui mêlent amour et passion pour la peinture. Deux amoureux se préparent au départ du jeune homme pour une prestigieuse école de peinture. Un orphelin abandonné, recueilli par un vieux maître, décide de suivre la même voie que lui et d'apprendre l'art difficile de la peinture. Un jeune artiste, venu approfondir ses connaissances auprès d'un galeriste au caractère bien trempé, tombe sous le charme de la jeune fille de la maison. Chaque histoire interprète par ses joies, ses espérances, mais aussi ses tristesses et ses désillusions, ce qui fait l'essence même de la vie et de l'art : l'amour.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Novembre 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Pluie du Paradis
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

07/02/2009 | Pasukare
Modifier


Par gruizzli
Note: 3/5
L'avatar du posteur gruizzli

Curieusement, j'avais une mauvaise impression en essayant de me rappeler cette Bd, et au final c'est beaucoup mieux passé à la relecture. Peut-être parce que j'ai surtout relu la dernière histoire, qui est un cran au-dessus des autres. En terme de dessin, c'est vraiment très bon, avec une colorisation qui n'est pas mauvaise du tout et donne une belle lumière au tout. On sent également tout le plaisir de l'auteur à retranscrire cette ville et son atmosphère si particulière. Niveau scénario, la dernière histoire est bien faite, pour une histoire d'amour pas mal du tout. C'est simple et bien retranscrit, même la façon de finir s'inscrit en ligne droite de tout ce qui a été proposé auparavant, et se conclut d'une belle façon. J'ai pris plus de plaisir que je ne pensais à la relecture. Pour le reste, les deux autres histoires sont anodines et vite oubliées : depuis ma relecture jusqu'à l'écriture de cet avis, je ne me rappelle quasiment plus de ce dont elles parlent. En somme, une BD sympa mais qui ne va pas changer ma vie de façon durable. C'est beau et sympathique, un petit tour par une ville chinoise, et voila.

19/10/2017 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Parmi les Manhuas qui sont arrivés jusqu'à nous en France, la majorité ont été choisis pour leur graphisme plutôt que pour leur scénario. Celui-ci n'échappe pas à la règle mais il faut avouer que le dessin y est vraiment beau. L'album contient 3 histoires. La première fait juste 3 pages. La seconde en fait une vingtaine. Et la dernière un peu plus de 80 pages. Dans les trois, Lu Yu utilise une technique légèrement différente, avec un encrage plus ou moins marqué et une présence plus ou moins imposante de la peinture informatique. Les trois styles sont très jolis et souvent même impressionnant sur le plan du travail et de l'esthétique. On est parfois plus dans l'oeuvre d'art graphique que dans un récit en bande dessinée. Ceci dit, la narration graphique n'est pas au même niveau de maîtrise. Beaucoup de cases sont très belles mais un peu sombres ou pas évidentes à déchiffrer. Ces trois histoires partagent un même décor, la ville de Suzhou même si la première est située dans le futur, et des thématiques similaires tournant autour de l'amour, de la passion pour la peinture, le métier de peintre et les études à l'école des Beaux-Arts. La première histoire se lit trop vite, on n'a pas le temps de s'y attacher. La seconde est belle à regarder mais pas très passionnante. La dernière, la plus longue, est la meilleure. Elle prend le temps de se mettre en place, on peut s'attacher aux personnages et elle se révèle pleine d'émotion sur la fin même s'il y a de quoi être frustré par ce qu'il se passe. Par contre, je n'ai toujours pas réussi à déterminer si c'est la façon chinoise de penser et de raconter les histoires qui diffère de l'occidentale, ou si c'est un simple manque de maîtrise narrative d'auteurs encore débutants, mais, dans ce manhua comme dans beaucoup d'autres que j'ai lus, la narration est souvent très embrouillée, un peu pénible à suivre. Cela se ressent dans la deuxième histoire et au début de la troisième, mais heureusement par la suite le récit devient bien plus compréhensible et plaisant. Au final, c'est un album que je conseillerais pour les amateurs de beau graphisme à base de peinture assistée par ordinateur et dont la troisième et plus grande histoire est plutôt jolie et touchante. Mais les deux premières histoires ne sont pas aussi bonnes et la narration pourrait rebuter certains lecteurs.

06/04/2016 (modifier)
Par Jérem
Note: 1/5

Ok les dessins sont splendides, bien qu'un peu figés. Côté histoire par contre, c’est fort mauvais. D’abord il ne se passe pas grand-chose : on suit les amours naissantes et chastes de deux ados que tout sépare. Le thème, déjà éculé est traité avec une mièvrerie consternante. Si on y ajoute des personnages archi-stéréotypés et sans profondeur, des dialogues insipides et des scènes plates, on obtient un shojo très ennuyeux et vu déjà mille fois. Pitié, pour le prochain album que l’auteur se fasse aider par un bon scénariste !

04/03/2012 (MAJ le 17/09/2012) (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

C'est beau et suprenant comme une pluie d'orage vu de derrière une vitre : les gouttes ruisselantes vous hypnotisent sans pour autant vous toucher... La première chose remarquable dans ce manga, est en effet sa qualité graphique. On est rapidement envouté par la virtuosité et le talent de Yu Lu. Ca m'a rappelé le travail de Benjamin, même si le fond est différent. Quel travail des couleurs, des lumières et des rendus d'ambiance ! On sent la maîtrise et le talent de l'auteur qui sait même jouer de nuances de style au fil de ses 3 histoires. Dommage que le fond ne soit pas à la hauteur de la technique. Si les 3 récits prennent pour trame de fond un même lieu traversé par l'art, l'amour et la pluie, le tout est assez inégal et superficiel. Dommage, car l'idée d'utiliser cette ville et la pluie comme focus était très bonne. Un manga à découvrir pour sa beauté, après, tout cela me semble un peu léger quand même.

20/05/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

La Chine va peut-être devenir selon les spécialistes la première puissance mondiale d'ici 50 ans. Un dragon s'est réveillé. On commence à peine à découvrir en Europe les bd chinoises qui sont radicalement différents des mangas japonais. En effet, je découvre en l'espèce une oeuvre pleine de maturité et d'une beauté graphique extraordinaire. D'accord pour dire que les deux premières nouvelles ne sont pas très intéressantes. Cependant, la dernière qui porte le titre de l'album m'a beaucoup touché. Il est également question d'art qui semble être la thématique centrale. A côté de ce thème récurrent, il y a également et surtout celui de la séparation amoureuse. Ling indique que son rêve est que la personne qu'elle aime soit heureux mais sans vivre avec elle. Je trouve ce concept très beau mais profondément injuste. Peut-être suis-je trop égoïste pour comprendre que cela soit réellement possible. Comment renoncer à l'être qu'on aime ? La pluie au paradis laisse un goût de tristesse et de mélancolie même si notre génie peintre semble retrouver le bonheur au bras d'une autre...

04/01/2010 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Ma très bonne note va en tout premier lieu au dessin de Hua Shu, magnifique. Son style est d'un semi-réalisme d'une délicatesse, d'une finesse assez incroyables, je me suis surpris à contempler, le mot n'est pas trop fort, les pages, les doubles pages parfois, où cette finesse s'exprime. Difficile d'être plus disert, mais c'est vraiment très beau. Les histoires sont divertissantes, mais pas très surprenantes. A lire, surtout pour le dessin, magnifique.

12/07/2009 (modifier)
Par fonch001
Note: 4/5

Au même titre que les œuvres de Benjamin, ce manhua tient plus de la peinture que de la bd. C'est juste magnifique. Et sur les 3 histoires, l'auteur se paye même le luxe de donner un rendu graphique différent à chaque fois. Cela dit c'est toujours aussi beau ; seule la seconde histoire (celle de 20 pages) est un poil trop sombre par moment. Il y a 3 histoires distinctes dans ce recueil. La première est anecdotique puisqu'elle ne fait que 3 pages. Elle n'a scénaristiquement aucun intérêt pour moi. La seconde à peut-être un intérêt (elle fait 20 pages) mais je ne l'ai pas comprise. Cela m'a juste paru être inutile ; j'ai sans doute raté quelque chose. La dernière enfin justifie à elle seule ma note. Elle fait 100 pages et donne son nom au recueil. J'ai aimé ce petit mélo du début à la fin, j'ai aimé la narration... Et bien sûr le graphisme ! Tout était parfait, un petit moment de rêve éveillé. Extrêmement bien fait. Bon reste que 13 euros pour 100 pages format grand manga, c'est chérot... même quand le graphisme tout en couleur est aussi bon.

23/02/2009 (modifier)
Par Pasukare
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pasukare

La Pluie du Paradis, ce sont trois histoires qui tournent autour de l'art, de l'amour et de la pluie. Je passerais assez vite sur les deux premières qui, bien que très courtes, nous mettent de plain pied dans l'ambiance graphique toute particulière de Yu Lu. Le dessin est un subtil mélange des genres entre le dessin hyper réaliste et le style manga, le tout avec une technique et une colorisation assez époustouflantes. L'histoire principale est celle d'Haojie, jeune artiste peintre qui revient dans le village où il a connu son premier amour et se souvient. Il se souvient de son entrée chez Gros-Bras, un genre de marchand d'art, mécène qui lui a permis de s'adonner à sa passion avant d'intégrer la prestigieuse école des Beaux-arts qui fera de lui un artiste renommé, il se souvient de sa rencontre avec Man et surtout de Ling, jeune fille énigmatique qui lui volera son cœur. Ce récit, tout en flashs backs et en émotions est plein de douceur et d'émotions, d'humour aussi et de fraîcheur. Haojie et Ling se sont rencontrés, ils se sont approchés, ils se sont aimés en secret sans vraiment se l'avouer malgré quelques regards appuyés mais leurs routes ne se sont jamais croisées pour de bon. Tout ça ne restera qu'un souvenir, une frustration, un rêve inaccessible. Il subsiste à la fin du récit comme un sentiment de gâchis, mais il faut bien se résigner, la vie est ainsi faite... C'est plutôt du genre contemplatif, mais vu ce qu'il y a à contempler, c'est agréable. Avis aux anti-sentimentalistes et autres fanas d'action : passez votre chemin !

07/02/2009 (modifier)