Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Gardien des Ténèbres

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 3 avis)

Mort London et Bram Stoker sont intrigués par le carnet qu’ils ont découvert. Ils ont pu en déchiffrer une partie. Son auteur y fait référence à une rencontre avec un homme cagoulé qui paraît dissimuler des traits fantastiques. Mais le plus étonnant, pour l’heure, c’est la découverte de l’identité de celui qui a écrit ces lignes. Il s’agit du célèbre Charles Darwin, le théoricien de l’évolution des espèces. Suite de la série London.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Ere Victorienne Iles Britanniques Rodolphe

La rencontre qu’il décrit dans le carnet semble avoir bousculé toutes les certitudes de Darwin, a tel point qu’il n’écrira presque plus rien durant les dernières années de sa vie. London et Stoker sont bien décidés à découvrir qui est l’étrange personnage qui a ainsi bouleversé les théories du fameux savant. Le mystérieux carnet rouge à l’écriture toujours étrange possède des fragments écrits par une autre main en grec ancien. Ils font allusion à Charles Darwin et à sa visite à Monham. LONDON est approché par l’inquiétant PTAH qui souhaite acquérir le carnet, offre qu’il refuse. Sur les traces de BREWSER, ancien secrétaire de Darwin, MORT LONDON apprend qu’il dirige un cirque ambulant sous le nom de Docteur WARD. Alors qu’il obtient de WARD le nom de Monham, la belle VICTORIA est chargée par BRAM STOKER de séduire PTAH qui l’entraîne de nuit au Bristish Museum... Un ultime épisode qui conclut avec éclat cette remarquable trilogie flirtant agréablement avec les romans gothiques des grands auteurs britanniques.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Juin 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Gardien des Ténèbres
Les notes (3)
Logo BDfugue Achetez sur BDfugue !

29/12/2008 | Ems
Modifier


L'avatar du posteur Fanfan Villeperdue

Je n’ai pas encore lu le diptyque London, dont ce one-shot est apparemment la suite, mais ce n’est pas nécessaire pour entamer ce récit. Nous avons là affaire à une histoire fantastique tout ce qu’il y a de plus classique. La lecture n’est pas désagréable, loin de là, mais cela reste peu surprenant. Par ailleurs, le clin d’œil de la fin, qui aurait pu être sympathique s’il ne s’était agi que d’un clin d’œil, est tellement amené avec des câbles d’amarrage qu’il tombe complètement à plat. Le dessin est correct et a le mérite de l’originalité, mais il reste un peu plat également. Bref, un emprunt correct en bibliothèque, qui vous fera passer une bonne fin de soirée pas prise de tête. Mais je n’en recommanderai pas l’achat pour autant.

13/01/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Avant toutes choses, je tiens à souligner le fait que ce one-shot est, en réalité, la suite des aventures de Mort London. Il peut se lire indépendamment de cette série mais une lecture préalable de London ne fait quand même pas de tort (ne fût-ce que pour comprendre dans quel genre d'univers on se trouve). J’ai bien aimé cet univers très influencé par la littérature fantastique de la fin du XIXème siècle. Cet album fait intervenir des personnages comme Bram Stoker ou H.P. Lovecraft et mentionne Conan Doyle ou Charles Darwin (et sa fameuse théorie de l’évolution des espèces). Le théâtre de cette aventure est donc bien plaisant, mais le scénario n’est pas du même tonneau. En effet, on tombe rapidement dans le convenu et le prévisible. En fait, Rodolphe est vraiment trop dans l’hommage et oublie de faire montre d’originalité. Pour peu que vous ayez lu quelques récits de Lovecraft, cette aventure aura pour vous un goût de déjà-vu trop prononcé. Le trait de Wens est d’une indiscutable qualité mais ce style ne me plaît pas trop pour de la bande dessinée. C’est trop raide, trop sombre, trop lourd à mon goût. Cela ne m’a pas empêché d’aller jusqu’au bout de l’album mais ce style graphique ne rend pas le récit très vivant. Entre le bof et le pas mal. Je tranche pour cette dernière cote du fait de la fidélité de l’hommage mais ne conseille la lecture que via un emprunt.

14/09/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Ce one shot aurait pu faire partie de la série "Mort London" mais il peut se lire indépendamment même si de nombreuses références y sont faites. Le récit a de forts accents lovecraftiens mais il m'a paru fade et j'ai eu l'impression que l'histoire était survolée afin de ne pas s'embourber. Le dessin sans être désagréable, ne m'a vraiment convaincu : le trait n'est pas sûr et la colorisation est souvent grossière certainement pour donner un certain effet mais l'effet escompté n'est pas au rendez vous. Je ne vais pas épiloguer sur cette BD, elle conviendra certainement aux fans du genre mais peu aux autres lecteurs. A emprunter éventuellement.

29/12/2008 (modifier)