Prométhée

Note: 3.37/5
(3.37/5 pour 27 avis)

Le temps se dérègle... le monde bascule. Une série d'événements planétaires, totalement inexpliqués s'est déclenchée et s'abat sur la planète jour après jour à 13 heure 13 minutes précises.


Auteurs espagnols Auteurs Italiens Christophe Bec École européenne supérieure de l'image Les prix lecteurs BDTheque 2008

13 h 13 min-21 Septembre 2019 La navette Atlantis disparaît mystérieusement des écrans de contrôle lors de son dernier vol. 13 h 13 min-22 Septembre 2019 Toutes les montres et les horloges de la planète s’arrêtent. Au même moment, le mécanisme d’Anticythère, un étrange astrolabe datant de la Grèce Antique, se met en marche alors qu’aucun scientifique n’était parvenu à le déclencher jusqu’à présent. 13 h 13 min-23 Septembre 2019 La navette Atlantis réapparaît et atterrit à Cap Canaveral, un survivant est à bord : le commandant de la mission, en état de choc au milieu des cadavres déchiquetés du reste de l’équipage. 13 h 13 min-24 Septembre 2019 Un sous-marin nucléaire américain capte l’écho sonar d’un U-boat de l’armée allemande disparu soixante-huit ans plus tôt... Un chalutier voit apparaître devant lui la monumentale coque du Titanic, disparu au même endroit, à 650 km au Sud-Est de Terre-Neuve. Alors que partout, les avions s’écrasent et que l’apocalypse s’abat sur la planète entière , le futur de l’humanité semble soudain dans les ténèbres, présageant le pire pour notre civilisation. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateurs
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 26 Novembre 2008
Statut histoire Série en cours - cycle(s) terminé(s) (Premier cycle de 12 tomes terminé) 20 tomes parus
Couverture de la série Prométhée
Les notes (27)
Cliquez pour lire les avis

26/11/2008 | Miranda
Modifier


Par Erik
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

J’ai beaucoup apprécié cette série qui nous entraîne dans une histoire fantastique aux consonances un peu apocalyptiques tout en renvoyant à la mythologie grecque. Prométhée a défié Zeus pour donner le feu aux hommes. Ce dernier lui a réservé un châtiment pour le moins cruel : avoir son foie dévoré par un aigle tout en étant enchainé sur un mont du Caucase. C’est une métaphore de l’apport de la connaissance aux hommes et de la folie de se mesurer aux Dieux pour s’élever de leur condition. Oui, il faut toujours payer le prix. Et il se comptera en millions de morts. La scène d’introduction du premier tome avec les conquistadors dans la jungle est d’une formidable réussite. C’est vrai qu’il faut jongler sans cesse avec les nombreux retours en arrière. Il y a également une multiplication de personnages à l’image de films catastrophes où l’on suit les histoires personnelles de chacun tout en sentant qu’ils sont impliqués dans un tout. Parmi ces personnages, le héros prend les traits de Fred Ward, un acteur américain habitué aux seconds rôles dont l’évocation ne dit rien d’un premier abord mais qui a une gueule dont on se rappelle. Au niveau du dessin, c’est très beau par moment. Je pense notamment à ces gros plans insérés sur deux pages qui donnent une dimension particulière. Cependant, quelquefois c’est moins bien dans le traitement graphique des visages des personnages. Cette irrégularité a d’ailleurs été soulevée par de nombreux lecteurs attentifs aux détails. Et puis, les planches aux couleurs informatisées restent tout de même assez froides. J’ai relevé que Bec a conçu tout seul ses premiers albums pour être rejoint par d’autres dessinateurs à partir du troisième volume dans le but d’augmenter le rythme de parution. Je ne suis pas contre. Les deux premiers tomes restent purement introductifs. En effet, l’auteur pose à la fois le problème et met en scène les protagonistes. Néanmoins, il est dommage de se limiter aux 46 pages de rigueur. Cela aurait gagné en profondeur de dépasser ce quota absurde pour vraiment installer l’histoire. Maintenant, on va voir si cette série plutôt ambitieuse tiendra ses promesses. Si c’est le cas, cela sera sans nul doute un futur chef d’œuvre du genre. Avec la lecture du second et du troisième tome, ma première bonne impression se poursuit fort agréablement. On voit que Bec maîtrise parfaitement son scénario. Les différents acteurs jouent leur rôle de composition comme dans un film hollywoodien. C'est d'ailleurs parfaitement assumé par l'auteur. Le suspense monte en créscendo. Pour autant, c'est également le temps des questions. En effet, on s’interroge sur le fait que l’action semble s’éterniser comme ses pendules qui s’arrêtent sur 13h13. Il faut dire que le quatrième ainsi que le cinquième tome progressent beaucoup trop lentement. On a l’impression que ces chapitres ne servent finalement qu’à meubler l’espace en multipliant les mystères et choses insolites à travers le monde. J’apprends également que la série fera pas moins de 12 tomes et je me rends compte de la supercherie en tant qu’acheteur. Les scènes contemplatives sont légions et paraissent souvent inutiles. Les mini-intrigues morcelées rendent difficile la compréhension de l’ensemble. Cela gâche un peu la progression de l’histoire. Certes, on voit que la théorie des extra-terrestres ne tient pas la route pour expliquer les mystérieux phénomènes observés et que cela serait plutôt celle d’une expérience gouvernementale qui a mal tourné. Bref, la théorie du complot avec la fameuse zone 51 ou l’expérience Philadelphia: tous les clichés du genre réuni ! C’est dommage car le plaisir disparaît petit à petit. Le risque d’un énorme gâchis est réel à ce stade de l’aventure. On gagera que l’auteur puisse donner une nouvelle impulsion à une bonne idée de scénario. Mon propos sera plus mesuré pour le 7ème tome qui avec la théorie du 100ème singe donne l’explication tant attendue ainsi que les enjeux. Cependant, cela ne veut pas dire pour autant que l’aventure est terminée. Il y a un compte à rebours qui se poursuit. L’avenir de l’humanité semble en jeu. On ne s’ennuie pas à la lecture. J’ai l’impression d’une véritable relance de l’histoire. Bec reste un très bon conteur d’histoire avec un mélange réussi entre science-fiction et fantastique. L’enjeu est de savoir comment va réagir l’homme face à une menace qui le dépasse. Les auteurs nous disent en postface que le 12ème tome ne sera pas le dernier mais il clôt le récit amorcé dans le premier volume. Il y a une boucle qui se referme. La plupart des mini-intrigues trouvent leur dénouement. Et puis surtout, on a droit à un final apocalyptique qui ne fera pas dans la dentelle. Sur la longueur, j’ai apprécié ce récit de science-fiction qui pourra se révéler crédible dans le futur mais on ne l’espère pas. L’auteur est parvenu à nous rappeler les enjeux, puis la chronologie des faits avant de donner une explication. Il reste encore de nombreuses questions à résoudre. Je n’arrive pas à me satisfaire de l’hypothèse du test et du créateur destructeur. On verra que tout est de la faute des politiques. Le président français en fera les frais alors que le président américain totalement responsable de ce désastre se cachera bien sous un puissant abri antiatomique. La justice divine est très partiale. Alors qu'on nous avait promis que le 13ème tome serait le dernier de la série, voilà un 14ème tome qui semble marquer un nouveau cycle ce que confirme d'ailleurs un tome 15 ainsi que les tomes suivants un peu plus constructif et moins passif. Je ne dis pas que c'est mauvais forcément. J'ai plutôt apprécié cette lecture qui semble remettre l'aventure sur d'autres rails. Il est vrai que je n'étais pas entièrement satisfait de la fin de cette saga tout comme de nombreux autres lecteurs. Christophe Bec a visiblement tenu compte des remarques qu'il avait reçues à ce sujet. On va vers la résolution de certains mystères et une progression du récit. Cependant, il faudra accepter un nombre de tomes conséquents ce qui fait assez feuilleton. C'est une série qui se vend autour de 35000 exemplaires chaque tome en moyenne. Bref, cela fonctionne parfaitement car la demande est présente. Pourquoi s'en priver alors ? Il faut sans doute préciser qu'il faut également savoir conclure car toute bonne chose a une fin. Je me suis également aperçu que c’est une série qu’il faut lire d’un coup pour faire le lien. On ne comprend pas grand-chose si on lit les albums séparément à chaque fois qu’ils paraissent. Il faut tout reprendre depuis le début pour apprécier cette lecture. Au final, on se rend compte que c’est diablement efficace. Bec a beaucoup progressé, c’est incontestable. En ce qui me concerne, une des meilleures séries de science-fiction de l'époque moderne de la BD. Note Dessin: 4/5 - Note Scénario: 4/5 - Note Globale: 4/5

15/01/2009 (MAJ le 12/06/2018) (modifier)
Par yOyO
Note: 3/5

Mouais ... cette série aurait pu être culte si elle ne s'était pas autant étirée sur la longueur ... Hier je me suis tapé onze heures de lecture et je ne suis pas entièrement satisfait pour plusieurs raisons. D'une part la série prévue en 6 tomes est clairement un succès donc on sent la série à rallonge passé le tome 7, ensuite je n'ai pas toutes les réponses a mes questions concernant certains mondes parallèles, bref 12 tomes pour voir "un monde à reconstruire" ou une autre " attaque extraterrestre". Dans un cas comme dans l'autre on peut repartir pour 12 ou 25 tomes, mais ça marche... tant mieux pour les auteurs mais la suite sera sans moi. Chapeau quand même à l'ensemble du travail, à la recherche documentaire et à l'imagination de Christophe Bec pour oser nous montrer peut-être ce qui se trame aux plus hautes instances mondiales. Dessin très bon, bien repris en cours de route avec du grand spectacle comme j'aime. L'achat n'est malheureusement pas conseillé pour les raisons évoquées ci-dessus.

13/02/2017 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Nous voilà bientôt rendus au 9ème tome et comme Soeur Anne je ne vois toujours rien venir. Les premiers tomes m'avaient paru alléchants même si le dessin n'est pas le plus esthétique qui soit. J'ai comme l'impression que les auteurs se sont embarqués dans quelque chose qu'ils ne maîtrisent pas vraiment. Ils délayent, ils pressent on ne sait quel citron dont le jus est de plus en plus amer. Le seul espoir qui me reste est qu'en un minimum de volumes les auteurs arrivent vraiment à nous surprendre pour un final d'apothéose, auquel cas la série pourrait devenir indispensable et faire se réviser mon jugement et ma note. Je conseille l'achat pour l'instant mais méfiance. Après lecture du tome 9 : Ce qu'il y a avec cette série c'est qu'elle nous oblige obligatoirement à la relire entièrement a chaque nouvel opus. Avouons que les auteurs ne font pas dans le simple. Je ne suis pas un adepte de la Bd décérébrée mais là c'est du lourd. Ch. Bec a manifestement beaucoup lu et s'est bien documenté et il semble vouloir nous faire partager tout cela ( d'où le nombre de tomes sans doute). J'attends vraiment le final pour un avis définitif. Majoration après sortie du tome 11 : Notre site chéri nous annonce : série terminée. Que nenni, il va y en avoir d'autres ! Au moins un puisqu'à la fin de celui-ci on nous dit , suite dans le tome 12 "Providence". Que dire ? Nous prendrait-on pour des vaches à lait ? Messieurs Bec et Raffael auraient-ils quelques réfections à faire dans leurs demeures qui nécessite la prolongation de la série ? En tout état de cause on ne peut pas dire que ce tome fasse grandement avancer les choses. Certes, les vilains extraterrestres apparaissent enfin et permettent aux auteurs moult planches anxiogènes de différents sites terrestres attaqués par ces vilains. Vous avez vu la guerre des mondes de Spielberg ? Dire que certaines des créatures de la BD ressemblent furieusement à celles du film serait un euphémisme. Alors oui, j'entends les critiques me dire que Ch. Bec arrive à synthétiser dans une œuvre magistrale toutes les peurs et théories du complot qui naviguent entre deux eaux, mais bon l'originalité n'est pas vraiment au rendez-vous. Le dessin est égal à lui-même et aux autres tomes, à savoir des visages ratés pour la plupart et cet aspect de photos colorisées. Dernier point avant de vous dire que ma note ne va donc pas évoluer, ce 11ème tome nous montre donc l'humanité qui se fait massacrer, mais parions que grâce à quelques poches de résistance bienvenues, tout ce petit monde va retrouver sa joie de vivre dans un monde purgé de tout mal. Plus le temps passe et plus je me dit que Ch. Bec est notre Michael Bay à nous. I'll be back pour la sortie du tome 12, ce ne sera sans doute pas la dernière fois car quelque chose me dit que tout le pitch étant basé sur cette fameuse heure de 13h13........ Majoration !!!!!!!!! Sans déc, il est 13h14 à la montre de mon ordinateur, je flippe un peu mais au final tout se passe bien. Et oui me revoilà. Lorsque j'ai découvert ce merveilleux site il y a quelques temps j'ai fouiné de ci de là et me suis rendu compte que lorsqu'on avisait une série il était possible par la suite de mettre un avis sur les tomes suivants. Bonne idée me dis je in petto car avec Mr Bec je suis plutôt servi, bon d'accord ça compte pas et c'est bien dommage parce que là j'aurais pu gratter 13 avis supplémentaires ! La dernière fois que j'étais venu faire un petit coucou pour cette série j'avais, en phase d'agacement, posté un "Bof sans plus". Hop là!, le Sloane est vindicatif mais il peut faire amende honorable et finalement je remonte les chose d'un poil, un seul, hélas insuffisant pour viser l'avis hebdomadaire, ( snif, mais soyons positifs ), pour deux raisons. Un, il y a quand même du boulot, c'est vrai que ça n'a pas dû être évident de se cogner toutes ces théories du complot, les ingurgiter, puis de nous les remettre dans un ordre qui est celui que l'on connait. Deux, sur ce 13ème opus Ch. Bec s'adjoint les services d'une palanquée de potes dessinateurs dont certains que j'apprécie suffisamment pour rehausser ma note. Sérieusement qu'est ce que ce 13 ème tome, sinon l'annonce d'un nouveau cycle à venir ? Tous les auteurs invités remplissent le cahier des charges sans lien évident. A l'heure où il faudrait se méfier de toutes ces théories complotistes qui fleurissent ici ou là, Ch. Bec nous fait un florilège. Certes ce n'est pas inintéressant mais bon ! Disons que je suis content pour les nouveaux lecteurs, adeptes de bdthèque, un seul avis suffira. A lire en bibliothèque, encore que ça va cramer la carte vu le nombre de volumes, et puis l'achat est à mon sens dispensable, personnellement je vais fort hésiter avant d'attaquer le second cycle, même avec de l'optimisme, je ne suis plus tout jeune, j'ai peur de rater la fin.

27/12/2013 (MAJ le 14/02/2016) (modifier)
Par dadou99
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

La meilleure bande dessinée que j'ai pu lire jusqu'à aujourd'hui. Les dessins sont superbes et le scénario est tout simplement génial. Si vous aimez les histoires de complot, d'extraterrestres c'est une série à suivre d'urgence. Christophe Bec vous emmène dans une histoire qui fait référence à la mythologie, au futur et au présent, autour de plusieurs personnages clés. Si comme moi vous aimez la science fiction, le fantastique cette bande dessinée est à acheter les yeux fermés. C'est vraiment la bande dessinée que j'attendais.

12/02/2014 (modifier)
Par Telenk0
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

J'ai longtemps hésité à commencer cette série qui était dès le départ prévue en de nombreux tomes. J'ai commencé par l'intégrale que j'ai ensuite complétée. J'aime déjà à la base les histoires de Christophe Bec, comme le très glauque Pandémonium ou l'oppressant Sanctuaire. Prométhée est dense, on se laisse vraiment embarquer pour des aventures qui vont durer. La tension monte, les phénomènes extraterrestres se multiplient et on suit plusieurs personnages dont les destins finissent par se lier. C'est documenté et on se ballade dans l'Amérique actuelle, mais on ne tombe jamais dans le patriotisme qui fait fuir les films traitant de ce thème. Je ne suis pas un grand fan du dessin, mais il sied bien à l'action. Les couleurs informatiques sont certes toujours présentes, mais je m'y suis fait au cours de ma lecture. En tout cas je n'ai pas du tout été gêné par la multiplication des lieux et des personnages et c'est palpitant de suivre plusieurs actions en même temps. J'attends la fin de la série avec impatience tout en espérant fortement de ne pas être déçu.

01/01/2014 (modifier)

Avis après la lecture du tome 5. Prométhée ou le bon début de série SF... Accumulant une multitude d'évènements surnaturels à travers le temps et le monde, Bec pose une intrigue qui attise la curiosité du lecteur. Maintenant un rythme rapide par son découpage de pans d'histoires en 3-4 pages qui à un moment ou un autre se rejoindront, on plonge volontiers dans cette histoire. Malheureusement, Prométhée connait de sérieux essoufflements dès le quatrième tome pour trois raisons principales : - L'accumulation pléthorique de phénomènes extraordinaires, dont l'aspect cataclysmique peine à aboutir sur des enjeux intéressants. On a même l'impression que le monde, à l'exception des personnages présentés, continue son petit chemin sans panique en ignorant les catastrophes mondiales. - Un dessin photo-réaliste mal colorisé et assez hideux pour mon goût, manquant cruellement d'animation (au passage, quelle inutilité de sortir des personnes connues pour cela, comme s'il s'agissait d'un film gros budget. Nous pourrons citer Lawrence Fishburne, Vladimir Poutine, etc...). L'histoire en devient aussi figée que les images, même quand elles affichent des fresques de révélation somptueuses. On peine ainsi souvent à reconnaitre un personnage, quand en plus il n'apparait que deux pages d'un tome à l'autre, obligeant à des aller-retour entre volumes et c'est pénalisant pour l'immersion. - Des dialogues qui deviennent de plus en plus des monologues fleuves. Sur certaines planches, le texte prend plus de place que l'image pour expliquer ce qui se passe. Cette prose intensive devient donc difficile à lire en entier, quand en plus elle sert surtout à aligner les théories conspirationnistes les plus fumeuses (et pas toujours fameuses). On en arrive à un pot pourri d'épisodes d'X-files : chiffres 13, area 51, les disparitions inexpliquées, le Titanic (?), etc... Ce déferlement verbal contribue encore à ralentir Prométhée et à nous détacher du fil conducteur. Il reste que cette complexité d'approche dans l'histoire ne m'empêche pas de vouloir lire le reste, mais pour le moment, ça donne surtout l'impression de vouloir nous afficher un best-of de la SF sans aucune idée de comment conclure tout cela. L'avenir nous le dira, la série approche de sa fin normalement, et il y a de fortes chances que les révélations se montrent bien décevantes.

10/06/2013 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

J'apprécie grandement les récits de science-fiction et j'aime les mystères à base de fantastique. Et cette BD joue précisément sur cette corde sensible : des mystères, de très nombreux mystères, à l'échelle planétaire, de l'ordre du Triangle des Bermudes, de grands bouleversements qui affectent de manière extraordinaire la technologie humaine, de disparitions et réapparitions incroyables, et bien sûr au-delà de ça un complot gouvernemental ultra-secret. Il y a vraiment de quoi attiser la curiosité, d'autant plus quand l'auteur y ajoute un parallèle sur les combats mythologiques des dieux et titans grecs, avec un Prométhée vengeur qui pourrait bien être encore bien réel de nos jours. Je n'avais pas trop accroché au premier album. Pourquoi ? D'abord parce que je ne suis pas trop fan du dessin de Christophe Bec. Je n'aime pas le réalisme photographique de ses personnages figés et le graphisme d'ensemble qui a souvent des allures de photos retouchées. Ceci étant dit, je reconnais le talent technique et c'est loin d'être moche. Ensuite parce que j'ai un peu de mal avec la méthode de narration hachée à base de nombreux sauts de personnages, sauts chronologiques et autres flash-backs qu'affectionne Bec depuis quelques séries. Je trouve ça un peu pénible. Trop de personnages, trop de lieux, et même trop de ces fameux mystères, je m'y perds et ça me donne le sentiment que l'auteur n'a pas su gérer la densité trop grande qu'il voulait donner à son récit. Et pour finir parce que certaines incohérences scientifiques m'ont fait décrocher à certains moments. C'est mon instinct d'ingénieur telecom qui a notamment hurlé lors du premier évènement planétaire : 3 heures durant lesquelles "le temps s'est arrêté", sous-entendu toutes les horloges atomiques et montres ont cessé de fonctionner. Mais ? Mais comment font les ordinateurs et autres liaisons telecoms du récit pour continuer à fonctionner sans source de synchro ? Cette incohérence technologique m'a fait sortir du récit pendant un bon tiers de l'album et j'ai eu un mal fou à y rentrer de nouveau. Les trois tomes suivants m'ont un peu réconcilié avec ce récit ambitieux. C'est toujours aussi décousu avec énormément d'acteurs et de lieux différents, mais les choses se mettent en place. Et même si tout cela reste mystérieux, la piste extra-terrestre prend une forme de plus en plus concrète. Cependant, les évènements intriguants et ultra-spectaculaires continuent à s’enchaîner de manière très artificielle, notamment avec une surabondance de sauts chronologiques et spatiales dont Christophe Bec abuse trop souvent dans ses oeuvres. Sans parler de la réutilisation, presque un inventaire rigoureux, de tous les thèmes de l'ufologie et de tous les mystères ésotériques qui font la joie des amateurs de complots extra-terrestres et d'énigmes fantastiques antédiluviennes sur le net et dans les livres sensationnalistes. C'est bien simple, j'ai passé une partie de ma lecture du 3e tome sur Wikipedia pour vérifier tous les noms, phénomènes et sources cités par le récit, constatant qu'ils étaient tous classés dans les mystères ésotériques, les thèses ufologiques et autres OOParts pourtant scientifiquement résolus pour la plupart, parfois plus récemment que l'écriture du scénario de cette BD d'ailleurs. N'empêche qu'à ce sujet, les preuves "flagrantes" et "irréfutables" fournies par l'"experte" du tome 3 de l'existence extra-terrestres observant la Terre et manipulant les humains depuis des millénaires m'ont souvent parues assez risibles. D'ailleurs, en parlant de Wikipedia, plusieurs des dialogues de cette série donnent l'impression d'en être directement issus tant ils ressemblent à la récitation d'un article encyclopédique : ils sonnent le plus souvent faux et artificiel dans la bouche des personnages. Le tome 5 m'a un peu plus refroidi. Christophe Bec continue dans son inventaire de tous les mystères et théories du complot avec cette fois l'expérience de Philadelphia et le projet Montauk. Et il insère cela dans son intrigue comme au chausse-pied pour les mêler à tout le reste qui est déjà bien assez indigeste. Cela devient trop lourd. D'autant que la narration manque franchement de rythme et de personnages auxquels s'attacher. Quoiqu'il en soit, c'est de la SF à très grand spectacle, une sorte d'arène défoulatoire pour amateurs de mystères qui bouleversent le monde. Pas crédible pour un sou, cette somme fantasque de mystères permet une lecture plus ou moins captivante mais trop souvent indigeste. Autant sur les 3 ou 4 premiers tomes, je gardais l'envie de savoir la suite et de comprendre la finalité de tout ça, l'énorme secret que Christophe Bec manipule pour attiser la curiosité et l'envie des amateurs de science-fiction et de fantastique, autant à force et maintenant que j'ai fini le tome 5, cela commence à m'ennuyer plus qu'autre chose. Je crains fortement que cela se conclue de manière trop bancale. A force de recenser et d'additionner les mystères inexpliqués, les références ufologiques et les théories du complot, l'intrigue devient de plus en plus boiteuse. Quand on est monté en haut de la pyramide, on n'a plus que deux solutions : soit partir en fumée, soit redescendre en prenant garde à ne pas se casser la gueule. Et là, la descente est de plus en plus savonnée...

04/12/2008 (MAJ le 27/11/2012) (modifier)
Par Capnono
Note: 4/5

Je suis très surpris de constater la disparité des avis. Bec à évidemment son style mais il me semble que l'on est averti avant de rentrer de plain pied dans l’aventure. Personnellement je ne suis pas fan du coup de crayon mais au-delà de ça je trouve le scénario bien cadencé, entrecoupé de recherches exhaustives sur plusieurs phénomènes parfois encore inexpliqués aujourd'hui. Je m’étonne toujours de voir un lecteur nous dire "j'ai vraiment pas accroché et ça dès le premier tome", le voilà tout de même parti pour lire toute la série !!! Je pense que Bec doit s'arracher les cheveux pour arriver à trouver une fin à tout ça, malgré tout et en tant qu'amateur de SF et de l'immense UW3, je conseille ce cycle qui me parait convaincant et qui a su aussi éveiller ma curiosité.

12/12/2011 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Beaucoup de choses ont été dites sur cet album. C’est normal, Bec est l'un des auteurs les plus "excitants" du moment. Avec "Prométhée" il ne déçoit toujours pas. Ayant amassé pas mal d'éléments de mythologie et de données par rapport au temps, il nous propose une histoire assez difficile à classer, brassant de nombreux thèmes. On ne passe pas loin du fouillis et de la confusion, car les personnages et les situations sont nombreux. Mais c'est normal, le récit est très ambitieux. Après lecture du tome 4, je reste très prudent quant à mon appréciation ; les évènements se suivent et se ressemblent. Il y a quand même une petite évolution sur ce dernier tome, tandis que le reste de l'histoire patine. J'ai un peu peur que Bec étire son récit inutilement... Prométhée ? C’est... prometteur.

18/04/2009 (MAJ le 30/07/2011) (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

Tome 1 : 4/5. Excellente bd de Bec, une de ses meilleures peut-être. Le dessin très réaliste ne souffre pas de défauts particuliers, les visages ne se ressemblent pas, les décors sont fouillés et les perspectives parfaites. La colorisation est réalisée par Sébastien Gérard, ses couleurs sont belles et il a su donner vie au dessin de Bec. Quelques photographies pointent leurs nez de-ci de-là, mais juste ce qu'il faut pour ne pas me rebuter, car c'est en général un style que me déplaît fortement. L'histoire est consistante sans être complexe, les différentes scènes s'alternent et nous suivons ainsi plusieurs histoires qui se recoupent, Bec a su donner à l'ensemble une cohérence parfaite. Le scénario commence en Amérique Latine (Panama) en 1513 et la découverte d'un vaisseau accidenté par des conquistadors, elle se poursuit avec la naissance de dieux grecs puis continue à notre époque, avec un dérèglement de toutes les horloges du monde qui entraîne diverses catastrophes… Mais quel est le lien qui unit tous ces évènements ? Il y a beaucoup de texte pour notre plus grand plaisir, c'est parfois assez scientifique mais cela reste compréhensible car il y a une bonne vulgarisation. Finalement non seulement l'histoire est prenante et le suspense haletant mais en plus on y grappille un peu de culture générale. En un mot : efficace. Cela dit, j'espère que pour le ou les tomes suivants le dessin restera de la même qualité que celui de ce premier et non pas comme Pandemonium qui s'est fortement dégradé au second opus. Tomes 2 et 3 : 2/5 Finalement j'arrête là la série. Si le premier tome était prometteur, la suite m'a beaucoup déçue. Trop grandiloquente, trop exagérée, trop déjà-vu, j'ai l'impression de lire une énième histoire de Stephen King, avec ses mystères et ses contre-mystères, ses complots et un genre qui valse entre la S.-F. et le fantastique, sans vouloir se décider pour l'un ou pour l'autre, où tout est prétexte à faire prendre au récit plusieurs directions qui s'avèrent toutes décevantes et radoteuses. Le tout est agrémenté de bavardages soporifiques, ceux du premier tome étaient intéressants, par la suite il sont soit inutiles et répétitifs, soit juste pas intéressants. Au fil des tomes les personnages ne provoquent aucun attachement, ils restent froids comme les couleurs très informatisées des planches.

26/11/2008 (MAJ le 22/07/2011) (modifier)