Kriegsspiel

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Kriegsspiel est un album de bande dessinée évoquant dans le contexte peu connu des derniers combats entre armée allemande et armée rouge après 1945, une histoire d'amour sur fond d'espionnage. A noter que cette série est originellement parue sous le titre "Anton Six".


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Histoires d'espions

Kriegsspiel est un album de bande dessinée évoquant dans le contexte peu connu des derniers combats entre armée allemande et armée rouge après 1945, une histoire d'amour sur fond d'espionnage. L'histoire met également en scène plusieurs rescapés d'anciennes divisions SS : le Belge Léon Lacour de la SS Freiwilligen-Grenadier 28e division SS Wallonie, le Finlandais Einar Tuomikoski de la 5e SS Panzerdivision Wiking, l'Allemand Otto Möller de la 10e Panzerdivision SS Frundsberg... Tous sont des "stay-behind" ayant rejoint un groupe de werfolf intitulé "Edelweiss Piraten" commandé par l'Allemand Hans Joachim Koch.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1992
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Kriegsspiel
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

25/09/2008 | Erik
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

J'attendais un peu plus de cet album. En effet je ne savais pas que certaines unités nazies avaient perduré si longtemps, semant la terreur dans le pays de l'est jusqu'en 1954... Je l'ai appris en lisant les premiers témoignages contenus dans cet album. Du coup j'aurais bien aimé me retrouver plongé dans ces unités, ou sur les traces de ceux qui les ont combattues. Malheureusement le récit est assez plat, le côté documentaire étant presque exclusivement assuré par les divers documents qui entrecoupent le récit. La bande dessinée en elle-même n'est hélas qu'une romance perdue au milieu de quelques poursuites entre des personnages dont on ne sait déjà plus pour qui ils travaillent. Quelle époque opaque ! Reste, en plus des témoignages dont j'ai déjà parlé, le trait élégant d'Arno, un fer de lance de la ligne claire qui nous a quittés trop tôt, laissant quelques bandes au charme indéniable...

26/01/2009 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

J'ai un avis nuancé pour cette BD. J'ai apprécié le travail documentaire et son intégration à l'oeuvre. Le côté historique est détaillé et aborde des faits méconnus du grand public. Le récit est une fiction qui pourrait avoir eu lieu car elle s'intègre parfaitement dans les faits historiques. On y retrouve des personnages ayant existé. Je ne sais pas si c'était nécessaire d'y intégrer une histoire sentimentale mis à part le fait qu'elle met en rapport deux juifs ayant connus des parcours différents voir opposés lors de la seconde guerre mondiale. Le point négatif est le dessin, pas à mon goût, peut être gâché par la colorisation trop basique et prononcée. D'un point de vue documentaire, je conseille la lecture de ce one-shot mais l'achat demeure dispensable sauf pour ceux qui se passionnent pour cette époque.

01/10/2008 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Les Werwölfe (Loups-garous) ont commencé leurs activités dans les jours qui suivirent la capitulation du Reich. Composés de fanatiques nazis n'ayant pas voulu déposer les armes, ces groupes clandestins agissaient dans les pays de l'Est. A leur programme : guérilla, sabotage, propagande, guerre psychologique, infiltration et espionnage. Certains werwölfe poursuivirent leur combat terroriste jusqu'en 1954. Derrière, dans l'ombre: l'ex-général hitlérien Reinhard Gehlen. Il dirigeait le service d'espionnage nazi à l'est. En 1944, il sent le vent tourné et sans rien dire à ses supérieurs, il met ses réseaux en sommeil. Il attendait le jour où les alliés américains et russes allaient se disputer l'échiquier du monde. Bref, il s'est mis au service des américains qui ont financé ses activités... Incroyable mais vrai? Cette histoire de jeu de guerre que nous n'apprenons pas à l'Ecole est révélée par cette bd qui s'appuie également sur des documents d'époque pour prouver la véracité. Le personnage principal est un jeune juif chargé d'une mission secrète en Ukraine dans l'immédiat après-guerre. Il est également question d'une histoire d'amour avec une femme ayant survécu au massacre du ghetto de Varsovie. D'étranges alliances vont se nouer. Cette Bd compose 60 planches mais 46 de celles-ci avaient déjà été publiées en 1986 par les Editions Albin Michel sous le titre Anton Six. Cette oeuvre est donc bien plus complète que l'original car elle donne de nombreuses explications qui sont loin d'être inutiles pour les amateurs d'histoire. En effet, le complément illustré apporte un jour nouveau sur l'album et montre la bonne recherche documentaire de l'auteur qui mêle personnages réels et fictifs de telle manière qu'il finit par semer la confusion sur l'existence et la réalité des werwölfes dont beaucoup nient l'existence.

25/09/2008 (modifier)