Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Kiss 1977

Note: 1/5
(1/5 pour 1 avis)

A l'apogée de leur règne sur le monde du rock chevelu et peinturluré des années 70, les KISS offrent leur sang à Marvel pour un comic book à leur gloire.


Marvel Musique

Milieu des années 70, 4 clowns en cuir se produisent sur les scènes du monde entier sous le nom de KISS, et tout ce qui porte leur logo ou leur maquillage noir et blanc se vend par camions entiers. Rien de plus naturel donc que le groupe mené par Gene Simmons devienne, en 1977, héros d'un numéro spécial de Marvel Comics. Plus forts que Pif Gadget, Marvel et Kiss proposent LE bonus ultime pour les fans : les membres du groupe donnent chacun un échantillon de sang, versé dans la cuve d'encre rouge utilisée pour imprimer le magazine. Pour assurer que tout cela n'est pas un simple bobard publicitaire, la prise de sang se fait même sous contrôle d'huissier ! Bon, et le contenu de la BD elle-même alors ? Eh bien, c'est l'histoire de deux ados super rebelles qui se retrouvent par hasard en possession d'une boîte super magique ! Alors qu'ils sont poursuivis par des méchants super méchants, ils retrouvent deux super potes, et ensemble ils ouvrent la boîte, qui contient 4 talismans ! Qui transforment nos 4 chenapans en un boys band sado-maso gay doté de super pouvoirs ! Grâce à la fabuleuse magie de Khyscz ! Mais attention, parce que le Dr Fatalis, il la voulait pour lui, la magie de Khyscz !

Scénariste
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 2008
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Kiss 1977
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

17/06/2008 | Cassidy
Modifier


Par Cassidy
Note: 1/5

En quête d'un truc risible à poster ici, je me suis plongé avec honte dans la BD de Kiss à la Fnac... Elle ne tient malheureusement pas toutes les promesses que l'on se fait lorsqu'on s'empare d'un machin à la gloire d'un groupe de mimes se rêvant superhéros et offrant leurs globules rouges à leurs fans : on aimerait que ce soit vraiment un monument nanaresque d'une connerie épique, mais au final, ça n'est "que" mauvais. On rigole un peu, mais en fait, on s'ennuie surtout. Oui, c'est vrai qu'il y a quand même l'imagerie Kiss, les maquillages à côté desquels Bowie période glam a l'air sobre, les bottes que même un gothique d'aujourd'hui il trouverait ça abusé, les cuirs moule-teubes ouverts sur des torses velus. C'est vrai qu'il y a l'idée que ces merveilleuses andouilles soient allées remplir la cuve à encre avec leur raisiné personnel pour doper les ventes. C'est vrai aussi qu'il y a le fait que cet improbable quatuor ait eu tellement le melon que l'idée d'être dépeints comme des superhéros ne leur a pas paru ridicule. Avec mention spéciale à Gene "le Démon" Simmons d'ailleurs, puisqu'au final c'est lui qui hérite des meilleurs pouvoirs tandis que ses 3 potes font office de sidekicks quasi-inutiles. Et c'est vrai enfin que le semblant de scénario est vraiment con, les grosses ficelles d'une intrigue bien mince ne servant qu'à montrer que décidément, les Kiss ils sont trop forts et trop cool, surtout Gene Simmons. Alors donc avec tout ça, au début l'amateur de série Z a quand même de quoi rire un peu, ou au moins de quoi sourire. Le problème c'est que ça s'essouffle bien vite : c'est vraiment du comic de superhéros très très bas-de-gamme, mal écrit et répétitif. Après une séquence d'exposition offrant aux héros une bien médiocre et paresseuse "origin story" comme on dit dans le jargon, puisque c'est simplement "c'est magique et ça leur tombe dans les mains par hasard en se promenant dans la rue", les très courts chapitres qui suivent se résument tous grosso modo à "un nouveau méchant se dresse sur la route des Kiss, mais Gene Simmons est trop malin et trop fort, il crache du feu et c'est gagné ! Téléportons-nous vite au chapitre suivant !" Et même si la moitié de l'écurie Marvel, de Spider-Man à Hulk en passant par les 4 Fantastiques et Dr Strange, vient faire de la figuration inutile pour donner un os à ronger aux bdphiles non-fans de Kiss, ça ne suffit pas à rendre ces quelques pages moins poussives et soporifiques. Alors maintenant, la question est : en 2008, en France, qui est encore assez fan de Kiss pour lâcher 31 euros pour cette couillonnade ? Ca a beau être limité à un tirage de 100 exemplaires, c'est quand même une sacrée arnaque pour une pauvre cinquantaine de pages de BD (accompagnées certes de pages montrant des photos de la séance de prise de sang des quatre guignols, pour épaissir un peu le bouquin), surtout aussi tarte. Et y a même pas quelques atomes du vrai sang magique de Gene Simmons dedans, cette fois, pour justifier le prix. Bref, on pourra feuilleter le livre en librairie pour son côté "objet de curiosité", mais son comique involontaire n'est pas assez fort pour mériter mieux qu'une note d'1/5.

17/06/2008 (modifier)