Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

King David

Note: 2.8/5
(2.8/5 pour 5 avis)

Un avatar de la légende de David et Goliath, mêlant humour, hyperviolence et poésie urbaine.


Gangsters

Dans une mégalopole contemporaine synthèse de New York, Paris et Métropolis, un gosse des rues sans complexe accomplit une ascension fulgurante au sein d'une organisation criminelle et en devient l'exécuteur en chef. Un avatar de la légende de David et Goliath, mêlant humour, hyperviolence et poésie urbaine.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Mai 2008
Statut histoire One shot (Peut-être une suite ?) 1 tome paru
Couverture de la série King David
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

02/06/2008 | Miranda
Modifier


Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

King David... ou la légende de David et Goliath revisitée façon Scarface. Tout d'abord, j'avoue apprécier l'objet et le format. Un bon point pour cette collection ! Et puis, la couverture m'a tapé dans l'oeil. Restait à voir ce qui se cachait derrière... Et là, c'est la bonne surprise. Graphiquement, la surprise est grande et ne peut laisser indifférent. Et comme le dit Miranda, soit on aime, soit on aime pas. Pas de demie mesure pour ce genre d'ouvrage. Moi j'adore ! En effet, c'est un dessin très personnel qu'impose Guillaume Singelin : faussement simplifié, hyper expressif, nerveux et très dynamique, des couleurs déroutantes mais magnifiques qui collent parfaitement à l'histoire, des cadrages audacieux et des découpages très bien pensés. Bref : du très bon boulot ! Côté scénar', Antoine Ozanam voit grand. Taper dans l'ancien testament pour en réajuster une des légende majeure à la sauce Tarantino, l'humour en moins, on a vu plus simple... Et si son thriller tient la route, on est toujours sur le fil. Quelques longueurs, des références un peu trop pointues à mon gout pour le piètre connaisseur es Religion que je suis et quelques explications un peu longues ou confuses m'ont parfois un peu gêné dans ce one shot de 127 pages. Mais malgré ces quelques défauts, la narration est prenante et on est tenu en haleine jusqu'au bout. Cette vie de David, à feu et à sang, dans un New York effacé est un élastique tendu à mort dont on attend à tout moment qu'il claque pour nous péter à la gueule. Ici, on ne fait pas dans la dentelle ou alors au scalpel ! A lire, surtout avant de l'acheter, tant cette BD ne peut laisser indifférente.

29/01/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Le graphisme assez graveleux est un de ceux que je déteste le plus. J'ai déjà vu ce style qui me rebute tant. Dès lors, il m'est difficile de rentrer dans l'histoire. Je fais toujours un effort pour voir si malgré cela, cela en vaut la peine. Il ne faut pas que se cantonner à l'univers graphique. Cependant, il faut remarquer que je ne lis pas un roman fait de papier et de mots juxtaposés. En bande dessinée, cela conserve toute son importance. En l'espèce, il n'en n'est rien. Cette histoire manque singulièrement de cohérence. Il y a tout de suite un désir de vite en finir qui l'emporte sur le reste. C'est pas bon signe quand on en arrive là ! Par ailleurs, c'est glauque et ultra violent à souhait. Cette surenchère gratuite ne retient pas mes faveurs. Au total, cette lecture fut réellement pénible. On pourra passer allègrement son chemin car la diversité existe et on n'a que l'embarras du choix.

11/10/2009 (modifier)
Par Tomeke
Note: 1/5

Monsieur Ozanam, désolé… Après Le Chant des sabres, me voilà une nouvelle fois bien déçu. Promis, je n’insiste plus ! Pourtant, je ne crois pas que je suis si difficile mais encore une fois, j’ai trouvé le scénario complètement inintéressant. J’ai eu l’impression que l’histoire avait été inventée planche après planche, sans que je ne ressente la moindre cohérence. Quant à l’aspect graphique, s’il peut présenter par moment un trait dynamique, je dois bien avouer que je l’ai trouvé inégal. Tout ou rien, et malheureusement plus souvent rien… Bref, je ne m’étendrai pas, tant j’ai été encore déçu par cette production de la collection KSTR de Casterman (alors que La Rage au poing ou Baal me semblent être de bons one-shot). Louez cette BD pour voir, mais ne l’achetez pas tout de suite, au risque d’être comme moi terriblement déçu…

27/03/2009 (modifier)
Par nounours
Note: 4/5

Acheté un peu par hasard sur le trait vif et original de Guillaume Singelin qui m'a tout de suite plu, cet album s'est révélé une très bonne surprise. Je partage l'avis de Miranda s'agissant du dessin et des couleurs : C'est beau. L'idée du scénario m'a ensuite intrigué : Comment les auteurs allaient-ils donner vie à cette histoire tirée de la Bible ? Et bien finalement d'une manière assez proche de ce qu'a pu faire Luhrmann avec son Romeo + Juliet (le film avec Leonardo...) c'est à dire en reprenant fidèlement les protagonistes mais dans un monde résolument moderne : une sorte de Moïse à Mutafukaz ! Le résultat est brillant. On ne s'ennuie pas une seconde. A noter que les éditions KSTR ont modifié la maquette de leurs albums qui ressemblent désormais à ceux de chez Futuropolis... c'est dire si l'ouvrage est beau.

10/07/2008 (modifier)
Par Miranda
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Miranda

Note 4,5. Superbe est le premier mot qui me vient à la bouche ou plutôt sur les touches pour qualifier cette bd. Le dessin en couleurs directes - et quelles couleurs magnifiques ! - est un ravissement pour les yeux, enfin pour mes yeux, car j'entends déjà certains dire que ce n'est pas beau. Il y a un petit côté Bézian dans le trait et les visages, il y aura donc ceux qui aiment et ceux qui n'aiment pas. C'est donc l'histoire de David, petit gars vif et intelligent, qui monte qui monte sur l'échelle mafieuse, et comme toute échelle elle a ses barreaux défectueux. Il y a beaucoup de violence, de sang qui gicle, de cadavres, mais le tout toujours bien dosé avec cette petite pointe d'exagération qui donne tout son charme à l'histoire. L'intérêt de ce récit réside tout d'abord dans l'excellent lettrage tout en finesse et humour et dans le parallèle fait avec la légende de David et Goliath, c'est exagérément bon et très intelligent. Une seule chose me chagrine, c'est la fin, encore une fois ouverte, on aimerait savoir ce que va devenir David, "mais ça c'est une autre histoire" comme le dit l'auteur et j'espère que cette histoire sera également écrite.

02/06/2008 (modifier)