Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Chroniques du temps où Kull était Roi (Kull the Barbarian)

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Kull de Valusie, le Roi barbare d'Atlantis est un personnage créé par Robert E Howard.


Marvel

Avant l'ère d'Hyboria et l'arrivée de Conan le Barbare, regnait Kull monarque d'Atlantis. Kull le barbare dirige Valusie d'une main de fer. Pour lui la hache a toujours le dernier mot. Son Totem est le tigre de qui il tire sa rage, pour Kull rien ne vaut les joies que lui procurent les champs de bataille. Roi incontesté, Kull commence à s'ennuyer et doute de lui même, laissant son esprit vagabonder il ne se rend pas compte que le peuple est prêt à se soulever tandis que le puissant sorcier Sekhmet Tharn complote dans l'ombre...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 1987
Statut histoire Une histoire par tome 1 tome paru
Couverture de la série Chroniques du temps où Kull était Roi
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

16/04/2008 | JJJ
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Voila de la vraie fantasy comme je l'aime, celle qui développe un véritable univers merveilleux de "sword and sorcery", un univers à la Conan. Ce sont 2 Bd très proches avec plein d'éléments communs, et c'est tout à fait normal puisque c'est du Robert Howard. Malheureusement, le personnage de Kull est beaucoup moins connu que Conan, Howard ne s'y étant pas consacré avec autant de sérieux ; en France, il est quasiment inconnu, sauf d'une poignée de fans, la bande ayant été trop peu diffusée. Mais les 2 personnages sont très proches ; comme Conan, Kull règle ses problèmes au fil de l'épée et se confronte aux forces maléfiques, le ton est aussi épique, et la fureur guerrière y est aussi présente. Ce personnage a fait l'objet d'une adaptation ciné en 1997, Kull le Conquérant, avec Kevin Sorbo en roi Kull qui devait récupérer une arme magique censée l'aider à reconquérir son trône. Hélas, cette version est pitoyable, non seulement par l'acteur choisi (qui était déjà un Hercule discutable) totalement dénué de charisme (au moins, Schwarzy en 1981 a donné une force à Conan), mais aussi par le reste du casting peu à la hauteur, par les effets spéciaux complètement fauchés et grossiers, par un réalisateur pas du tout inspiré (pour Conan, John Milius s'était vraiment investi dans sa tâche), et surtout par le scénario d'une indigence totale et complètement fantoche, bourré de ficelles et de scènes bidon. Tout ceci dénaturait un personnage qui n'avait pas besoin de cette grosse daube... C'est pourquoi il faut se rabattre sur cette adaptation BD qui a la chance de bénéficier de 2 pointures des comic book : le texte de Doug Moench est d'une très grande richesse, et le dessin de Bolton est absolument somptueux par son noir et blanc en forme de relief hyperréaliste qui sublime véritablement cet univers chaotique et barbare. J'ai lu l'unique récit paru en France dans un pocket de moyen format édité par Arédit et daté de 1983 qui contenait aussi un récit de Red Sonja, autre personnage de Robert Howard ; le tout était dessiné par Ross Andru. Ce numéro est activement recherché par les collectionneurs. Je sais qu'il existe aussi un autre numéro daté de 1984 dessiné par Buscema sur scéanrio de Roy Thomas que je n'ai pas lu ; celui-ci, je le recherche. Mais cet album Delcourt présentement, se fait hélas de plus en plus rare...

18/11/2014 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

Deux choses font que cette bd sorte du lot malgré son histoire assez conventionnelle : le sublime noir et blanc de Bolton et la superbe narration de Moench. Dommage que le format ne soit pas plus grand, c'est un peu du gâchis de ne pas pouvoir profiter pleinement de ces majestueuses planches où fourmillent d'innombrables détails, je suis restée scotchée par tant de précision. L'histoire est simple, à base de miroirs magiques, monstre marin, morts-vivants, hommes-animaux et autres ficelles fantastiques, on suit Kull avec beaucoup de plaisir, d'autant plus que le gaillard est plutôt bien bâti et agréable à regarder. Par ailleurs la voix off est un régal, ponctuée de belles phrases toujours bien tournées et parfois un peu poétiques, j'aurais personnellement classé cette série dans le genre "conte", qui lui est probablement plus adapté au niveau narratif. Une histoire complète certes, mais sans de nouvelles aventures de Kull c'est un peu frustrant.

26/04/2009 (modifier)
Par JJJ
Note: 4/5

Kull est un personnage moins connu et moins fouillé que Conan, il est cependant de la même trempe. Roi autoproclamé et sans pitié, Kull l'Atlante est aussi farouche que le Cimmérien, il est peut-être encore plus rude et expéditif que son lointain descendant. Le monde de Kull est également proche de celui de Conan, monstres et sorciers le peuplent, les rues de Valusie regorgent de tavernes emplies de soudards et de filles de joie. Cette histoire, Carnage, est une perle du genre pour qui aime le « Sword & Sorcery ». Kull en proie à des forces obscures, comme possédé, affronte plusieurs menaces, seul son fidèle ami Brûle le Picte aura une totale confiance en lui quand la situation mettra en péril la grande ville de Valusie. Evidemment, c'est par la force brutale que Kull résoudra ses problèmes, néanmoins Doug Moench aborde un aspect psychologique du personnage de Kull, le forçant à modifier sa vision des choses, à regarder au-delà du miroir et mûrir. Après cette épreuve Kull deviendra un monarque plus sage. John Bolton illustre cette histoire barbare avec le talent qu'on lui connaît, les planches en noir et blanc sont simplement superbes. De la fantasy sombre et magnifique. A la façon dont il est représenté, Kull ressemble à Conan tel que l'on le connaît en BD, si son visage balafré est plus cruel que celui de Conan, ils partagent tous deux la même crinière brune et la même corpulence de colosse. Si l'on excepte quelques revues Artima à l'intérêt limité, Il n'y a que cet album assez rare paru chez Delcourt qui relate les aventures de Kull en BD. Dommage, car même si l'histoire est complète, sa lecture donne envie d'en avoir plus. Ce livre est à lire sans hésiter si vous tombez dessus. JJJ

16/04/2008 (MAJ le 16/04/2008) (modifier)